En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 46 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 23 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 35 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 35 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 27 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 27 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 27 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 31 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 27 min
Géopolitico-scanner

Le mythe de la "dette européenne" vis-à-vis de la science arabo-musulmane, carburant du totalitarisme islamiste et de la repentance

Publié le 10 mars 2017
Après avoir évoqué les fondements théologiques du totalitarisme islamiste et le phénomène de la dhimmitude, Alexandre del Valle aborde le thème central du politiquement correct qu’est le mythe "d’Al-Andalous". D’après l’auteur, le fait que ce mythe de la "supériorité morale" et scientifique de l’Espagne alors dominée par le Califat islamique soit également l’un des thèmes mobilisateurs favoris des islamistes - terroristes ou propagandistes - devrait rendre prudent.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir évoqué les fondements théologiques du totalitarisme islamiste et le phénomène de la dhimmitude, Alexandre del Valle aborde le thème central du politiquement correct qu’est le mythe "d’Al-Andalous". D’après l’auteur, le fait que ce mythe de la "supériorité morale" et scientifique de l’Espagne alors dominée par le Califat islamique soit également l’un des thèmes mobilisateurs favoris des islamistes - terroristes ou propagandistes - devrait rendre prudent.

L’origine du mythe de la supériorité de la civilisation arabo-musulmane et de celui, parallèle, d’Al-Andalous n’est pas uniquement un mythe cher aux islamistes irrédentistes ou aux partisans du dialogue des civilisations, mais également un mythe promu par des chercheurs et intellectuels nationaux-socialistes liés de façon structurelle aux instances universitaires et de recherche du Troisième Reich. Nous avons rappelé notamment l’importance du rôle rempli par Ludwig Ferdinand Klauss[1] (1891-1974), intellectuel nazi spécialiste de philologie germanique et indo-européenne, chercheur en « science des races » (Rassenseelekunde)[2]. Après avoir connu la célébrité en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale pour avoir séjourné comme un bédouin[3], Klauss avait publié sur ce sujet une série de livres qui firent connaître au public allemand leurs vie et coutumes : Als Beduine unter Beduinen (1931), Semiten der Wüste unter sich (1937), Araber des Ostens (1943) »[4]. Cette influence philo-arabe marquera profondément l’une de ses disciples zélées, Sigrid Hunke (1913-1999) qui, dans les années 60 va consacrer l’essentiel de son travail à une exaltation idéologique de l’islam et du monde arabe. C’est elle qui, faisant oublier ses origines nazies, sera l’une des principales propagatrices du mythe de la supériorité scientifique islamique, de la corrélative dette européenne vis-à-vis du monde arabe et de celui, également corrélatif, de l’âge d’or d’Al-Andalous.

En 1960, Sigrid Hunke publie son livre le plus connu : Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident, notre héritage arabe[5] qui lui vaut une renommée internationale immédiate, se vendant à plus d’un demi-million d’exemplaires et traduit dans onze pays étrangers dont la France, le Japon, l’Italie, l’Iran, le Pakistan... Hunke y démontre que la civilisation européenne doit énormément à la culture arabe - l’auteur assimilant d’ailleurs à tort civilisation islamique et civilisation arabe - notamment dans le domaine des sciences, des mathématiques, de la médecine et de la philosophie, accréditant par là même le lieu commun de la dette occidentale vis-à-vis de la culture arabo-islamique et de la supériorité de la culture arabe sur la culture judéo-chrétienne. Animée d’un antichristianisme et d’un antijudaïsme profonds, Hunke explique que c’est essentiellement la science arabe qui, au XIIème siècle, en affranchissant l’esprit européen de la mentalité théologique chrétienne, a rendu possible une véritable Renaissance scientifique. « Opposant l’esprit expérimental des chercheurs arabes au dogmatisme chrétien [...] et soulignant l’ancienneté des relations entre le monde arabe et le monde européen, elle évoque aussi la grandeur et le raffinement de la civilisation andalouse durant le règne d’Abd ar-Rahman le Grand (912-961), l’Etat normand de Sicile, et la haute figure de Frédéric II de Hohenstaufen, qui attira auprès de lui des érudits arabes au mépris des interdictions de l’Eglise romaine »[6]. Thèmes d’ailleurs constamment développés par la propagande du Troisième Reich, littéralement obsédé par Charlemagne et l’empereur romain germanique Frédéric II. Dans « Le soleil d’Allah brille sur l’Occident : notre héritage arabe », Hunke reprend, à partir de l’objectif louable consistant à mieux connaître un monde différent de la civilisation européenne, la méthodologie mystificatrice de l’épistémè nazie, dans le but de trouver une nouvelle légitimation au rejet de la tradition judéo-chrétienne-helléniste, ceci dans le but d’assouvir une haine nouvelle du monde juif et chrétien puis, indirectement, de l’Etat d’Israël.

Le résultat de l’œuvre de Sigrid Hunke est de passer du mythe des Aryens, inventé par les nazis, au mythe des Arabes, créateurs de l’islam conforme à la forma mentis européenne : l’islam.[7]. Elle est rarement présentée en France comme une chercheuse idéologisée membre d'une structure de recherches du Troisième Reich, alors que de nombreux chercheurs ont révélé cet aspect en Allemagne où ses écrits sont présentés avec plus de recul et de distance[8]. En effet, les chercheurs allemands ont montré dans le cadre d’études approfondies sur l’œuvre de Hunke que le mythe de la dette vis-à-vis de la science arabe et de l’Andalousie islamique havre de tolérance et de paix avait été en partie promu dans le cadre d’une volonté de minimiser par antichristianisme et antijudaïsme les mérites de la civilisation occidentales, dans la mesure où le Troisième Reich a toujours entretenu de bonnes relations avec le monde arabo-musulman qui était jugé par les Nazis paganisant comme plus proche de la forma mentis européenne païenne que la pensée juive ou chrétienne[9].



[1] Les écrits de Klauss circulent encore sous forme polycopiés dans les milieux d’extrême-droite. Pour bibliographie : L’âme nordique. Introduction à la psychologie raciale);  Les sémites entre-eux : note à partir de l’expérience d’un chercheur en science des races). Etc…

[2] Il inventera la “ méthode mimique ”, classification raciale des types humains de l’Europe à l’aide de photographies d’expressions topiques de différents sujets, en fait un catalogue de clichés racistes sur des stéréotypes raciaux.

[3] Après 1945, il recevra une distinction pour avoir « sauvé » son assistante juive. Mais il ne l’avait gardé à ses côtés, de son propre aveu, qu’aux fins d’avoir près de lui un « sujet expérimental » commode.

[4] Mutti, Claudio, Le Nazisme et l’Islam, Ibidem, p, 129.

[5] Allahs Sonne über dem Abendland. Unser arabisches Erbe, deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1960, 2e édition.rév. : Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident, Notre héritage arabe, Albin Michel, 1963, 2è édition, 1984, 3è éd. 1997.

[6] De Herte, Robert (Alain de Benoist), « Sigrid Hunke : elle avait retrouvé la vraie religion de l’Europe », Eléments (pour la civilisation européenne), N° 96, novembre 1999.

[7] Le marqueur de la méthodologie de type nazi apparaît dans le titre lui-même, à travers le mot « ERBE », qui signifie en allemand, « héritage ». Or « Erbe » est lourdement connoté III ème Reich. L’organisation « Ahnenerbe », qui signifie « l’héritage des ancêtres », auquel a collaboré Hunke, et rattachée à la SS, visait à promouvoir le rétablissement d’une religion nordique[7]. Horst Jünginger note que le but était de « germaniser » et « aryaniser », par des méthodes génocidaires, les nouveaux territoires conquis à l’Est, usurpés par les Slaves, et les Juifs ! Ainsi, lorsque Sigrid Hunke utilise l’expression « … unser Arabisches Erbe », elle utilise les mêmes stéréotypes que durant le période nazie où « l’héritage » revendiqué était celui des « aryens ». Les « Arabes », parés de toutes les vertus civilisationnelles, ont ici remplacé les « aryens » « SS » dont le but était d’aryaniser les terres conquises sur les peuples non-aryens, avec les mêmes méthodes que les conquérants arabes détruisirent les civilisations non-musulmanes de l’Algérie à l’Indonésie.

[8] Née le 26 avril 1913 à Kiel, Sigrid Hunke étudia la philosophie, la sociologie, l’histoire des religions, la germanistique et la psychologie des peuples à Kiel, Frieburg et Berlin. Elève de Martin Heidegger et de Ludwig Ferdinand Clauss, elle écrira dans revue nazie Germanien et soutiendra en 1941 sa thèse à l'université de Berlin sous la direction du spécialiste de la « psychologie des races » Eduard Spranger. Elle écrira plus tard pour le magazine Rasse, vitrine idéologique du régime nazi. Puis elle fonde le DUR, un mouvement païen prônant l’unitarisme qui rejette certains principes chrétiens et récupère des symboles de l’histoire celtique et nord-européenne tels que les symboles runiques. En 1942, Hunke épouse Peter H. Schulze, alors membre du Consulat général d’Allemagne à Tanger, ce qui l’amène à vivre deux années au Maroc et à approfondir sa passion pour le monde arabo-musulman. Elle travailla dans ce cadre activement pour le Thule Seminar en 1986, institution néo-païenne défendant un nazisme ésotériste, et rédigera plusieurs articles pour la revue Elemente publiée par le Thule Seminar. D’où sa collaboration avec le pendant français, Elements. Elle mourra en 1999 à l’âge de 86 ans.

[9] Cf Horst Jüngiger, Sigrid Hunke : new religion and old stereotypes, université de Tübingen, 1998. ( trad : Sigrid Hunke : une nouvelle religion fondée sur des vieux stéréotypes ». Texte de la conférence "Neo-Paganism, 'voelkische Religion' and Antisemitism II: The Religious Roots of Stereotypes" ; université de Tübingen, October 1997 ; Voir aussi la thèse (université de Kiel) Reinfandt, Stephanie, Selbstbild rechter Frauen. (s.d.), Les femmes de droite par elles-mêmes, qui étudie le féminisme nazi de l’entre-deux guerre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 10/03/2017 - 14:47
A propos de carburant...
Créditer l'Islam de toutes les avancées scientifiques arabes est une idiotie: si les mathématiciens et médecins arabes du Moyen-Âge étaient bien musulmans (par obligation), ce n'est pas Allah qui les a inspirés, mais les connaissances gréco-latines auxquelles ils ont eu accès après les invasions. Si on veut que l'Occident remercie les Arabes, alors tous les peuples colonisés par nous devraient aussi nous remercier, et l'un serait aussi inepte que l'autre. Qui plus est, avec tous les pétrodollars qui les enrichissent sans aucun mérite de leur part, on pourrait aussi dire que la dette supposée est plus que remboursée...
Deneziere
- 10/03/2017 - 14:43
@ Olivier62 : c'est très excessif
Il n'est pas sérieux de minimiser la contribution scientifique de la civilisation arabo-musulmane. La science, principalement les mathématiques, à l'époque ne s'opposait pas à la religion car elle résolvait des problèmes très quotidiens loin de la métaphysique. La vérité est qu'il y a eu un certain nombre de califes qui étaient très soucieux de connaissance scientifique et l'ont donc promue sous diverses formes : ouverture d'université, commande de traités à des savants... etc... Cette civilisation a donc pris le relai aux indiens et l'a transmis aux Européens, et ses avancées en trigonométrie et en résolution d'équations, notamment, mais aussi en médecine, sont fondamentales. Ce qui est vrai en revanche, c'est que les arabes en tant que peuple, n'ont pas inventé grand chose. En effet, les savants qui sont passés à la postérité (Al Khwarzimi, Averroès) sont souvent des Perses - voire même des juifs (!). A ce propos, Del Valle cite des anecdotes amusantes dans ses bouquins.
Olivier62
- 10/03/2017 - 10:14
Un mythe grotesque
Il y a deux absurdités dans ce mythe. D'abord l'islam est une religion et nullement une science. Ensuite la contribution du monde arabo-musulman au savoir humain en général, et au savoir scientifique en particulier, est proche du zéro. Il y a eu certes quelques mathématiciens mais cette contribution s'est arrêtée pour l'essentiel dés le XIIème siècle (encore s'agissait-il souvent en fait de persans ou de chrétiens vivant dans des pays musulmans). A partir de Fibonacci la quasi-totalité du savoir scientifique s'est construite en Occident. Cela s'explique entre autres par le fait que dans le concept musulman c'est Allah Lui-même (en personne si l'on peut dire), qui crée et anime directement l'esprit humain. Prétendre avoir une pensée et une essence indépendante, c'est déjà remettre en cause la toute-puissance d'Allah. Les bases intellectuelles d'une recherche libre manquent totalement.