En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 44 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 37 min 30 sec
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 2 heures 2 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 17 heures 11 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 18 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 19 heures 34 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 21 heures 51 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 22 heures 47 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 15 min 32 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 58 min 26 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 1 heure 47 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 16 heures 58 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 18 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 21 heures 34 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 22 heures 21 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 23 heures 54 min
info atlantico
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Politico Scanner place de la République plan Vigipirate terrorisme
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Politico Scanner place de la République plan Vigipirate terrorisme
Politico Scanner

Sondage exclusif sur les priorités des Français : la lutte contre le chômage reprend le pas sur la sécurité et l'anti-terrorisme (et bien d'autres leçons pour les candidats 2017…)

Publié le 09 décembre 2016
Quatre mois après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, les Français accordent moins d'importance à la lutte contre le terrorisme. Pour autant, la question sécuritaire reste très prégnante dans leurs esprits et concurrence la question socio-économique.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre mois après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, les Français accordent moins d'importance à la lutte contre le terrorisme. Pour autant, la question sécuritaire reste très prégnante dans leurs esprits et concurrence la question socio-économique.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : On constate que si la question de la lutte contre le terrorisme demeure une préoccupation très forte de nos concitoyens, elle a significativement reflué, en termes d'intensité et de hiérarchie des priorités. Elle fait de nouveau jeu égal avec la question de la lutte contre le chômage. L'historique des données, dont la dernière mesure date de quelques jours après les attentats de Nice et de Saint-Etienne du Rouvray, est clair. On constatait alors une montée crescendo de la polarisation de l'opinion publique et de sa focalisation sur la question de la lutte contre le terrorisme. Après les attaques du 13 novembre, la question de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme apparaissait comme première réponse, passée de 18% quelques jours avant les attentats à 39% après coup. En moins d'un mois, cette préoccupation a doublé. Les attentats de Bruxelles survenant ensuite, la pole-position de la lutte contre le terrorisme dans les attentes des Français n'a pas été démentie. Elle s'est même amplifiée. Après Nice, six Français sur dix faisaient de la lutte contre le terrorisme la priorité des priorités. Dans le même temps, la lutte contre le chômage, l'amélioration du pouvoir d'achat et la préservation du modèle social français étaient autant de préoccupations en reflux.


(Cliquer pour agrandir)

L'analyse de ces chiffres s'est évidemment faite à chaud. Cependant, les précédentes mesures traduisaient une dynamique et un mouvement de fond réel. Tout se passe comme si l'accalmie dont la société française a pu bénéficier depuis lors - du fait de l'absence d'attentat en quatre mois - permettait un regain des autres attentes. On remarque néanmoins que l'impact du contexte terroriste dans l'opinion est fort : un attentat déjoué ou une cellule démantelée fait remonter l'inquiétude et la sensibilité des Français. Pour autant, en termes de hiérarchie dans les priorités, on constate une certaine décélération de la concentration de l'attention sur la question sécuritaire. Cela se fait au profit des enjeux économiques et sociaux. À mon sens, cela s'explique par le rythme des attentats, la distance qui nous sépare de la dernière date d'attaque datant de fin juillet, mais également par le début de la campagne présidentielle – nécessairement amorcé par la campagne des primaires de la droite. Cette campagne a été l'occasion de discuter abondamment des propositions économiques et sociales. Elle a mis en avant celles du vainqueur, François Fillon, tout particulièrement sur la protection sociale ou sur la surpression de 500.000 postes dans la fonction publique. Ces deux dimensions (lancement de la campagne présidentielle, d'une part, et relative accalmie sur le front du terrorisme) semblent contribuer au retour à une situation plus classique, qui replacerait les questions économiques et sociales au cœur des préoccupations des Français.

Pour autant, nous sommes dans une période de transition. On voit bien que la lutte contre le terrorisme continue de faire jeu égal avec celle contre le chômage. Le fait qu'un item sécuritaire puisse concurrencer la lutte contre le chômage sur la durée constitue d'ores et déjà un précédent historique. Rappelons-le, il y a quatre mois encore, le chômage était très loin derrière le terrorisme. Difficile de ne pas voir les plaques bouger en fonction de l'actualité politique, certes, mais également sécuritaire.

À quel point cet équilibre entre lutte contre le chômage et lutte contre le terrorisme est-il fragile ? Peut-on penser qu'il est encore susceptible de bouger ?

Cet équilibre est, effectivement, profondément instable. Les différentes mesures et baromètres en témoignent clairement : quand on regarde ce qui s'est passé entre les 6-7 novembre 2015 et les 1-3 décembre de la même année (soit moins d'un mois d'écart entre les deux mesures), la lutte contre le terrorisme et la sécurité gagnent 20 points. La lutte contre le chômage en perd 10.

Bien évidemment, l'attaque du 13 novembre était d'une grosse ampleur et il n'est pas dit qu'un plus petit attentat aurait produit les mêmes effets. En outre, il y a un effet cumulatif sur le baromètre de la menace terroriste. Il suffit qu'un groupe soit démantelé en province ou que l'on retrouve une voiture piégée avec des bonbonnes de gaz dans le périmètre de Notre-Dame de Paris pour que, immédiatement, l'inquiétude reparte en flèche. Nous sommes peut-être en train de revenir à une balance plus traditionnelle, certes, mais pour l'heure tout cela reste très précaire et intimement indexé à l'actualité. Encore une fois, une nouvelle attaque – sans avoir besoin d'être de l'ampleur de celles du 13 novembre, pour peu qu'elle soit revendiquée par Daech – suffirait à faire repartir à la hausse la préoccupation des Français pour la lutte contre le terrorisme. Instantanément. C'est là l'une des caractéristiques de la période actuelle : même si la question de la lutte contre le terrorisme n'est plus si prégnante qu'il y a quelques mois, elle est dans toutes les têtes. Elle ne demande qu'à être ravivée à l'occasion d'un événement qui surviendrait.


(Cliquer pour agrandir)

Cette question sécuritaire n'est absolument pas dépassée. Elle fait jeu égal avec la lutte contre le chômage en guise de première préoccupation des Français. Elle n'est simplement plus aussi brûlante – et par conséquent ne concentre plus autant l'attention – que cela pouvait être le cas jusqu'à cet été. Pour autant, elle est là et, in fine, tout dépendra de ce qui pourrait se passer dans les mois qui viennent. Nous allons bientôt entrer dans la primaire du Parti socialiste, qui sera logiquement marquée par un bilan critique de l'activité du gouvernement (et de manière générale du quinquennat), notamment sur les questions économiques et sociales. Manuel Valls devra défendre son bilan face à des adversaires qui invoqueront la nécessité d'une ligne plus à gauche. Du côté de la droite, il va de soi qu'on ne se contentera pas de compter les points, mais qu'il y aura également des prises de position. Une telle dynamique s'ancrerait dans le prolongement de la tendance actuelle : une attention plus forte en faveur des questions économiques et sociales. Cependant, ce scénario peut-être remis en cause et voler en éclat en cas de nouvel attentat.

Peut-on dire des classes populaires qu'elles sont plus attachées à la préservation du modèle social qu'à la lutte contre le terrorisme ?

Les catégories populaires sont davantage préoccupées par le terrorisme, qui est leur première priorité, suivie de près du pouvoir d'achat et du chômage. D'une manière générale, ces attentes sont assez équilibrés dans ce public. Par ailleurs, c'est un sujet assez peu clivé socialement.
(Cliquer pour agrandir)

Un des principaux clivages que l'on constate en matière d'attentes se fait en fonction de l'appartenance et de la sensibilité politique. Indéniablement on voit que dans l'électorat de gauche et de François Bayrou à la dernière présidentielle, la question de la lutte contre le chômage arrive en tête. A l'inverse, dans l'électorat de Nicolas Sarkozy, la question prioritaire est clairement celle de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. C'est d'autant plus vrai au sein de l'électorat de Marine Le Pen. Autre élément important : la question de l'amélioration du pouvoir d'achat arrive en deuxième position dans l'électorat FN, derrière le terrorisme. Celle de la préservation du modèle social français arrive en deuxième position – derrière le chômage – au sein des électorats de François Hollande et de Jean-Luc Mélenchon. C'est révélateur de ce dont il faudra parler à la primaire de la gauche. Le terrorisme ne vient qu'en troisième position dans l'électorat de gauche. Il est en tête dans les électorats de droite.


(Cliquer pour agrandir)



(Cliquer pour agrandir)


(Cliquer pour agrandir)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 15:40
Macron plus moderne... et il a un vrai programme!
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
- http://vision-macron.fr/ -

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence.
On pourrait le comparer à un John Kennedy à la française.

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
Sa plus grosse erreur: Il ne se présente pas à la primaire de la gauche et du centre.
totor101
- 08/12/2016 - 11:37
COMBIEN ?
Combien d'attentats et de français touchés, directement ou indirectement ? ?
Combien de liquidations, restructurations, licenciements collectifs ou autres et de français touchés, directement ou indirectement ? ? ? ?
La réponse à nos problèmes politiques est dans ces deux chiffres !
D'un côté un écran de fumée, de l'autre la préoccupation et la crainte d'une France minée de l'intérieur ! ! ! ! ! ! !
joke ka
- 07/12/2016 - 11:29
sondages
tout dépend des questions et de la manière dont elles sont posées!