En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 31 min 33 sec
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 5 heures 55 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 18 heures 59 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 20 heures 19 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 5 heures 40 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 18 heures 17 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 19 heures 44 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 20 heures 46 min
Rhétorico-laser

Pourquoi François Bayrou n’est pas un concurrent politique dangereux pour François Fillon... mais peut se révéler un redoutable adversaire rhétorique ?

Publié le 06 décembre 2016
La perspective d'une candidature du maire de Pau est aujourd'hui à envisager. Une initiative qui pourrait présenter de réels inconvénients pour le vainqueur de la primaire de la droite et du centre.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La perspective d'une candidature du maire de Pau est aujourd'hui à envisager. Une initiative qui pourrait présenter de réels inconvénients pour le vainqueur de la primaire de la droite et du centre.

L’on s’y attendait. Voilà trop longtemps que le maire de Pau se faisait discret dans l’ombre d’un Alain Juppé qu’il disait soutenir. La défaite de son favori et la victoire aussi large qu’inattendue de François Fillon lui a donné l’occasion de revenir dans l’arène, au cours d’une semaine où il a disputé la vedette médiatique à Manuel Valls et aux reliquats de la gauche.

La perspective d’une candidature Bayrou est aujourd’hui une possibilité qu’il faut envisager.

Une possibilité, disons-nous : en aucun cas une épée de Damoclès au-dessus de la candidature Fillon car le poids de François Bayrou n’est plus ce qu’il était. Le président du Modem manque de capital et surtout d’espace politiques. Il a de fait tiré bien des traites sur ledit capital avec ses trois candidatures à la présidentielle qui sont, malgré le beau résultat de 2007, autant d’échecs. Le désir évident des Français de ne pas rejouer éternellement la même partie risque de lui être fatal, comme il l’a été à Nicolas Sarkozy et F. Hollande. Enfin et surtout, la candidature d’Emmanuel Macron le prive de l’oxygène nécessaire au centre. Il est très probable qu’entre la « répétition Bayrou » et la « nouveauté Macron », le match sera vite joué. On comprend l’ire de François Bayrou devant la concurrence inattendue de ce jeune impudent, traité avec une violence dont les « modérés » ont le secret : Macron? Un simple « hologramme », aux mains « des puissances d’argent »…

Quoi qu’il en soit de l’avenir de cette candidature, un ancrage, à un titre ou à un autre de François Bayrou dans le camp anti-Fillon présente de réels inconvénients pour ce dernier : l’audience du Maire de Pau dépasse largement ses troupes (de plus en plus maigres), car sa puissance de feu rhétorique est considérable. Bayrou pratique depuis longtemps l’interpellation ferme et/ou souriante des journalistes, attitude de plus en plus appréciée par l’électorat : ce dimanche encore sur Europe 1 en moquant J. P. Elkabach, « journaliste débutant ». Refusant les considérations personnelles - sauf quand il s’y livre lui-même - il se place au-dessus de la mêlée et du moment pour imposer les sujets de fond avec des propos clairs, servis par l’élégance d’un agrégé de lettres. Fillon justement vient de faire les frais de son sens de la formule et de l’image (il est vrai empruntée en partie à Alain Madelin) :  «C'est Robin des Bois à l'envers. Au lieu de prendre aux riches pour donner aux pauvres, il prend aux pauvres pour donner aux riches !   …Ceux qui ont moins auront moins, et ceux qui ont plus auront plus »,

Ce faisant, il accrédite la thèse d’un Fillon « candidats des riches » et conforte la campagne que la gauche et le FN ont lancé en fanfare contre « la destruction de notre modèle social ».

Alliance qui d’ailleurs n’a rien de surprenant : Bayrou, malgré ses proclamations réformatrices, est fondamentalement un conservateur, non pas au sens idéologique mais au sens technique du terme : le maintien du statu quo, moyennant quelques toilettages. Il l’a prouvé par ses clins d’œil à la gauche en 2007 comme en 2012. Il l’avait déjà montré au Ministère de l’éducation nationale, dont il fut le titulaire le plus long de la Vème République après Christian Fouchet : le contraste y fut frappant entre son talent rhétorique (« le ministère du Destin » avait-il dit à sa prise de fonctions) et l’inertie de sa politique après l’échec de la révision de la loi Falloux. On s’étonne au passage que ce fâcheux précédent pour un réformateur affiché ne soit jamais rappelé par ses adversaires.

Etait-ce un lapsus ? Evoquant hier sur Europe 1 les réformes de la gauche, il a précisé qu’il fallait « les garder avant de les évaluer » ; on aurait attendu : « les évaluer avant de les changer ». Propos qui en dit long, dans tous les cas, sur sa volonté de rupture.

C’est en cela que F. Fillon, avec son agenda réformateur bien plus audacieux que celui d’un Nicolas Sarkozy, naguère objet de toute sa vindicte, doit prendre garde à une offensive Bayrou qui pourrait renforcer un camp conservateur déjà pléthorique.

Et c’est sans doute la raison de l’invitation lancée par le candidat de la droite à « l’autre François ». L’on mesure déjà son effet au changement de ton entre les deux interventions de Bayrou cette semaine, la première au canon (sur France 2), la seconde au fleuret moucheté (sur Europe 1). La neutralisation politique et rhétorique du président du Modem serait-elle en marche ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Flamel
- 06/12/2016 - 18:40
Les gesticulations de Bayrou
Pour moi, il est clair que Bayrou ne sera pas candidat. Il ne prendra pas le risque de se faire laminer par Macron. Si Macron fait une bonne campagne et se retrouve à moins de 5 points de Marine Le Pen dans les sondages 3 semaines avant les présidentielles (ce qui est fort probable), il laminera l'essentiel de l'électorat de Valls et de l'éventuel Bayrou. Ces électeurs préféreront "voter utile" et assurer la présence de Macron au second tour, au détriment de Marine Le Pen. Bayrou risquerait alors bien de ne pas se voir même rembourser ses frais de campagne... et cela le fait sûrement réfléchir ! Fillon aura juste à satisfaire son ego démesuré en l'invitant pour un entretien et légèrement "socialiser" ensuite son programme à la marge, et il l'aura dans sa poche pour pas cher.
Septentrionale
- 06/12/2016 - 12:45
Désolée pour lui
Mais l'action de son discours est si hachée que sa capacité de persuasion politique se perd en route. Sa culture alliée à la lenteur de son éloquence sont plus une qualité pour enseigner. Il s'est fourvoyé. En voulant exister médiatiquement il s'est perdu en traître par une politique de circonstance.
john mac lane
- 06/12/2016 - 12:28
Mieux vaut l'avoir comme ennemi, qu'ami doit penser Fillon
En fait c'est un parasite. Il n'a aucun programme et a part des clichés et des zozoteris qui ne flatte qu'un égo démesuré. Il sent les 0.8% des votes et la déculottée de l'année 2017....Son choix Hollande de 2012, répété de 2016 Juppé l'on recalé dans les pitres. Il ne résiste qu'avec un carnet d'adresse de journalistes tenu depuis longue date. Hollande ou Juppé avaient aussi la même liste....Le monde a changé!