En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© wikipédia
Revue d'analyses financières cartes
Revue d'analyses financières
Si la droite se décidait enfin à jouer la vraie carte libérale
Publié le 22 novembre 2016
Dans les traces de Jacques Chirac, Alain Juppé était le favori des médias, pour la primaire de la droite. Comme avec Hillary Clinton, les instituts de sondage se sont encore trompés, car il semble qu’une majorité de français ne veulent plus entendre parler du "politiquement correct" qui étouffe la France depuis des décennies. La société civile ne supporte plus le jacobinisme.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les traces de Jacques Chirac, Alain Juppé était le favori des médias, pour la primaire de la droite. Comme avec Hillary Clinton, les instituts de sondage se sont encore trompés, car il semble qu’une majorité de français ne veulent plus entendre parler du "politiquement correct" qui étouffe la France depuis des décennies. La société civile ne supporte plus le jacobinisme.

Depuis des décennies le mode de pensée de la classe politique est marqué parle jacobinisme et le colbertisme. Ce dernier permet de développer  « l’Etat spectacle » et « l’Etat guichet ». Cela produit en permanence des effets d’annonce qui privilégient le court terme électoral par rapport à la stratégie. Le résultat est qu’il n’y plus aucune  cohérence de l’action publique.

Cela empêche aussi de procéder à toutes les réformes nécessaires pour faire mieux fonctionner notre économie et créer des emplois. Jacques Chirac a très bien incarné ce qui provoque le déclin français. L'histoire condamnera probablement ce président sans qualités qui ne s'est mis qu'au service de lui même.

Le libéralisme au contraire n’est pas une idéologie, mais la simple constatation qu’une forme de production  décentralisée et prenant ses informations d’un système de prix libres arrive à de biens meilleurs résultats sur le long terme qu’un système de production lié à l’état.

Dans les traces de Jacques Chirac, Alain Juppé était le favori des médias, pour la primaire de la droite. Comme avec Hillary Clinton, les instituts de sondage se sont encore trompés, car il semble qu’une majorité de français ne veulent plus entendre parler du "politiquement correct" qui étouffe la France depuis des décennies. La société civile ne supporte plus le jacobinisme.

On peut malheureusement faire confiance à Alain Juppé pour nous expliquer, que voter pour lui serait la seule façon "d’éviter l’arrivée de Marine Le Pen". En la désignant de façon obsessionnelle comme la seule adversaire on en fait la représentante du parti anti-système. Il va certainement reprendre abondamment  les arguments favoris de la gauche « au secours l’ultra libéralisme revient »…

Il serait souhaitable que le débat du second tour de la primaire nous ramène à la question clef de la croissance. Cela passe inévitablement par une baisse de la dépense publique, un recentrage de l’Etat sur ses vraies fonctions et la libéralisation de l’économie, au moyen d’un renforcement de la concurrence et d’une fiscalité favorable à la croissance. Quel qu’il soit, le futur Président se heurtera au choc des réalités.

Aujourd'hui, il est trop facile de rendre la mondialisation responsable de notre déclin industriel, des délocalisations et du chômage. La croissance ne peut se produire que grâce à la concurrence et à l’investissement. En revanche, le déclin peut se poursuivre par le déficit public et le manque de réformes franches.

Il est donc temps de s’attaquer sérieusement à la diminution des dépenses publiques. Il est urgent d’alléger les contraintes qui pèsent sur les PME et les TPE. Il faut le plus vite possible réconcilier les français avec leurs entreprises, afin de faire en sorte que leur épargne irrigue ceux qui créent des entreprises, investissent et créent des emplois

La gauche s’est trompée quand elle a cru pouvoir faire oublier la hausse spectaculaire du chômage en vendant la « modernisation de la famille » ou celle du code pénal. Elle n’a fait en réalité qu’ajouter une crise de société à une crise économique. Les français sont extrêmement anxieux face à la métamorphose de leur communauté nationale.

La gauche française s'est épuisée à ne pas faire de réformes, car son électorat en est le principal bénéficiaire. Elle est en voie de marginalisation, car ses défaites successives sont le signe de l’accélération de son déclin et de sa possible sortie de l’histoire au profit de la droite.

Le déclin français est impressionnant

En France,le chômage repart à la hausse. On est remonté à 10% de la population active. La France compte près de 13M de travailleurs indépendants dont personne ne s’occupe vraiment.

En matière de compétitivité on assiste au grand décrochage français. Au mois de septembre la production industrielle s’est repliée de 1,1%. Quand François Hollande est arrivé à l’Elysée l’économie française représentait 76,2% de l’économie allemande. Aujourd'hui selon Eurostat nous sommes à 71, 9%. Le grand tort de la France est de se comporter comme si elle n’avait pas de concurrents alors que des pays émergents ou l’Espagne proposent des produits voisins de ceux de la France avec des coûts de production beaucoup plus bas.

L’instabilité fiscale a trop duré. Sur les actions gratuites, élément essentiel pour attirer et garder tous ceux qui innovent dans les entreprises, on assiste au troisième changement de régime fiscal en cinq ans alors que plus de 100 000 cadres sont concernés. C’est un outil indispensable pour récompenser justement tous ceux qui ont du talent.

Les actionnaires individuels sont de plus en plus rares et les fonds de pensions manquent cruellement pour éviter à de nombreuses entreprises de passer sous le contrôle d’investisseurs étrangers.

La retenue à la source va être un véritable cauchemar pour les entreprises. Il concernera une assiette de 1000 Md€

L’examen du dernier budget du gouvernement Valls est uniquement un budget de campagne électorale  comprenant une série de cadeaux fiscaux profitant à l’actuelle majorité mais qui devront être financés par celle qui suivra, des « économies » qui ne se manifesteront pas, de la cavalerie budgétaire et enfin des dépenses oubliées.

En Allemagne la croissance faiblit. Le recul des exportations est la cause du ralentissement de l’activité au T3. Le développement du protectionnisme des Etats Unis toucherait l’économie allemande dont les US sont le premier marché.

Tout cela n’empêche pas l’Allemagne de continuer à réaliser des excédents commerciaux très importants, d’être dans une situation de quasi plein emploi et d’enregistrer régulièrement des surplus budgétaires.

En Italie peu de commentateurs semblent s’être aperçu que le Mouvement 5 étoiles, dirigé par Beppe Grillo, est devenu le premier parti du pays. L’Italie est à l’offensive contre une commission pourtant indulgente à son égard. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
04.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 27/11/2016 - 14:22
NON, ce n'est pas Blanc-bonnet-Bonnet-blanc
Il existe des différences qui valent le déplacement dimanche.
Ceux qui prétendent le contraire manipulent.

François Fillon est plus proche du centre de gravité de la droite tandis qu'Alain Juppé est plus proche du centre de gravité politique de la France.
Pour cette raison, il vaut mieux soutenir Alain Juppé.

En outre, vu son âge, Juppé ne fera probablement qu’un seul mandat et cela le libérera des contingences de cour.
bd
- 27/11/2016 - 14:18
VA VOTER!
QUAND TU METS LA TÊTE DANS LE SABLE,
N’OUBLIE PAS QUE TON CUL RESTE DEHORS!

Votez à toutes les primaires ouvertes.
Les unes pour protéger du pire et les autres par conviction.
Aucun bulletin n’est accepté après 19h00.
Allez-y bien avant pour éviter les files.
Anouman
- 23/11/2016 - 18:15
Liberal
Ils ne seront jamais libéraux (sauf sur quelques détails) parce qu'ils adorent intervenir sur tout et ils adorent surtout intervenir car ce qui les fait exister. Notons aussi que le bon peuple adore qu'ils fassent des lois contraignantes et que l'état se mêle de tout. Tant que ce sera le cas les libéraux (sur tous les sujets pas juste ce qui les arrange) pourront aller à la pêche (ou au golf ou tailler leurs rosiers...) le jour des élections.