En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 25 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 58 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 14 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 6 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 37 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 57 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 56 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 11 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 23 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 14 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 19 min
Rhétorico-laser

"C'est mon candidat qui a gagné !" : du débat des primaires au débat des commentaires, le confort des certitudes

Publié le 07 novembre 2016
Le 2ème débat des primaires de la droite a donné lieu, comme le premier, à un florilège de commentaires, où les préférences personnelles servent trop souvent de critère d’analyse.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 2ème débat des primaires de la droite a donné lieu, comme le premier, à un florilège de commentaires, où les préférences personnelles servent trop souvent de critère d’analyse.

Le sondage à chaud réalisé par Elabe juste après le débat du 3 novembre n’a pas causé une grande surprise : le quatuor des candidats jugés les plus convaincants par les Français ressemble à s’y méprendre au quatuor en tête des derniers sondages : 1/Juppé 2/ Sarkozy /3 Fillon 4/ BLM. Et l’on peut poursuivre le constat pour les autres candidats : l’ordre de conviction des téléspectateurs correspond à leur ordre de préférence avec, dans l’ordre NKM, Copé et Poisson. Bref, ils ont jugé la prestation des candidats à l’opinion qu’ils en avaient déjà.

De quoi mesurer une fois de plus la force de la CROYANCE, du "wishful thinking" comme disent les Anglais, l’un des plus sûrs ressorts des comportements électoraux. Mais aussi des comportements médiatiques, tant les "enseignements du débat" ont varié d’un journaliste à l’autre, certains allant, contre l’évidence, jusqu’à trouver Copé "très bon" et Sarkozy "mauvais". La plupart, il est vrai, ont placé Alain Juppé en tête : traduction d’une certaine préférence ?

Rien que de très humain là-dedans : l’on entend vraiment que ce que l’on veut entendre, loi vérifiée jadis par le psychosociologue danois, Lund. Celui-ci avait ainsi calculé que dans 88% des cas nous n’acceptons un jugement que s’il correspond à notre attente. Dur de faire évoluer l’opinion dans de telles conditions ! Et l’on comprend l’idée (reçue) que "ce genre de débat ne change rien, sauf grosse catastrophe" ou que "l’on n’a rien à y gagner mais seulement à y perdre".

Mais ces clichés reposent sur la confusion entre deux choses très différentes : la prestation TECHNIQUE des candidats d’une part, leur positionnement STRATEGIQUE de l’autre. L’on mesure la différence avec la situation de NKM. Celle-ci a fait preuve de clarté et de concision, de vivacité dans la répartie (on l‘a vu face à son ancien patron) et surtout d’une argumentation percutante et pertinente, fait très rare à droite comme à gauche : ainsi de sa distinction limpide entre métier et statut à propos des fonctionnaires (certes on a besoin d’infirmières mais pourquoi donc d’infirmières fonctionnaires ?). Mais cela ne retire rien à l’obstacle fondamental de la candidate : son positionnement stratégique "libéral-écolo" est en total décalage avec les attentes de l’électorat de droite. Ses qualités combatives la conduiront donc à un succès d’estime.

Tel n’est évidemment pas le cas d’Alain Juppé qui, de fait, gère bien son avance avec une attitude sereine et enjouée qui convient à un discours "rassembleur". Il sait souvent trouver LA bonne réponse. Ainsi à la question très biaisée des journalistes : "pourquoi vous présenter CONTRE Nicolas Sarkozy ?" : "Je ne me présente pas contre lui, mais contre Hollande et le FN".

Mais, sur le fond, et quoi qu’on ait dit partout, Alain Juppé n’a pas tranché le "cas Bayrou". Davantage, l’agacement du candidat sur ce sujet était visible et peu "raccord" avec l’image qu’il veut donner. Or le repoussoir Bayrou est très fort pour l’électorat de droite, non seulement à cause de la "trahison de 2012" mais aussi de son ministère aussi long qu’immobile à l’Education nationale dans les années 1990.

Qu’on en ait dit, là encore, Nicolas Sarkozy a plutôt marqué un point dans cette séquence. Il a su instiller "l’ombre d’un doute" sur la résolution d’Alain Juppé. De même qu’il a su résister, au prix de grosse ficelles rhétoriques, aux assauts de NKM et BLM ; et profiter enfin du statut enviable de victime, cible de tous les tirs. Mais il souffre toujours de son erreur initiale : ne pas avoir fait le bilan honnête et complet de son quinquennat, qui lui revient toujours en boomerang. Y compris, on l’a vu, dans son propre camp.

Dès lors, le vrai vainqueur de ce débat aurait-il été François Fillon ? Son style rhétorique concis et clair (et plus calme que celui de NKM), son refus d’entrer dans les polémiques personnelles ont été en adéquation avec son message de loyauté, d’autorité et de vérité. Adéquation qui le conduira à un bon score final. Mais qui se heurte à une redoutable considération : les Français, même de droite, veulent-ils VRAIMENT de la vérité et de ses douloureuses conséquences pour leur cher Etat-Providence ? Veulent-ils de même VRAIMENT du changement de la classe politique que leur propose Bruno Le Maire ? Une classe politique qui finalement leur ressemble tant…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 07/11/2016 - 22:41
Doit-on laisser le droit de vote...
à ceux qui, contrairement à notre cher grand penseur, ne savent pas la vérité sur la France et l'état providence?? Quand même s'ils ne savent pas la vérité comme moi, de toute évidence ils me sont inférieurs. De ce fait serait-il normal que ces sous-hommes puissent être considéré comme mes égaux face à la justice??.... Vous en pensez quoi Mr de Voogd?... Permettez-moi de vous dire ce que j'en pense. Je pense qu'il est temps d'en finir avec les niaiseries pour ne pas trop vexer les crétins patentés. Vous devriez rejoindre les autres raclures en Syrie qui eux aussi connaissent et se battent pour la vérité.
Olivier K.
- 07/11/2016 - 22:00
Sans rire!!
Incroyable, ce journaliste est tellement génial qu'il s'insulte lui-meme. Il commence par dire que les électeurs sont des veaux qui voteront pour celui dont ils partagent l'opinion!! Et fini par dire qu'en fait c'est Fillon qui a la vérité, et que les électeurs sont trop bêtes pour le reconnaitre. Quel champion celui-là, je l'inviterai bien à un diner de cons.
Orchidee31
- 07/11/2016 - 20:19
Rectif
On la cherche.