En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Rhétorico-laser
"C'est mon candidat qui a gagné !" : du débat des primaires au débat des commentaires, le confort des certitudes
Publié le 07 novembre 2016
Le 2ème débat des primaires de la droite a donné lieu, comme le premier, à un florilège de commentaires, où les préférences personnelles servent trop souvent de critère d’analyse.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 2ème débat des primaires de la droite a donné lieu, comme le premier, à un florilège de commentaires, où les préférences personnelles servent trop souvent de critère d’analyse.

Le sondage à chaud réalisé par Elabe juste après le débat du 3 novembre n’a pas causé une grande surprise : le quatuor des candidats jugés les plus convaincants par les Français ressemble à s’y méprendre au quatuor en tête des derniers sondages : 1/Juppé 2/ Sarkozy /3 Fillon 4/ BLM. Et l’on peut poursuivre le constat pour les autres candidats : l’ordre de conviction des téléspectateurs correspond à leur ordre de préférence avec, dans l’ordre NKM, Copé et Poisson. Bref, ils ont jugé la prestation des candidats à l’opinion qu’ils en avaient déjà.

De quoi mesurer une fois de plus la force de la CROYANCE, du "wishful thinking" comme disent les Anglais, l’un des plus sûrs ressorts des comportements électoraux. Mais aussi des comportements médiatiques, tant les "enseignements du débat" ont varié d’un journaliste à l’autre, certains allant, contre l’évidence, jusqu’à trouver Copé "très bon" et Sarkozy "mauvais". La plupart, il est vrai, ont placé Alain Juppé en tête : traduction d’une certaine préférence ?

Rien que de très humain là-dedans : l’on entend vraiment que ce que l’on veut entendre, loi vérifiée jadis par le psychosociologue danois, Lund. Celui-ci avait ainsi calculé que dans 88% des cas nous n’acceptons un jugement que s’il correspond à notre attente. Dur de faire évoluer l’opinion dans de telles conditions ! Et l’on comprend l’idée (reçue) que "ce genre de débat ne change rien, sauf grosse catastrophe" ou que "l’on n’a rien à y gagner mais seulement à y perdre".

Mais ces clichés reposent sur la confusion entre deux choses très différentes : la prestation TECHNIQUE des candidats d’une part, leur positionnement STRATEGIQUE de l’autre. L’on mesure la différence avec la situation de NKM. Celle-ci a fait preuve de clarté et de concision, de vivacité dans la répartie (on l‘a vu face à son ancien patron) et surtout d’une argumentation percutante et pertinente, fait très rare à droite comme à gauche : ainsi de sa distinction limpide entre métier et statut à propos des fonctionnaires (certes on a besoin d’infirmières mais pourquoi donc d’infirmières fonctionnaires ?). Mais cela ne retire rien à l’obstacle fondamental de la candidate : son positionnement stratégique "libéral-écolo" est en total décalage avec les attentes de l’électorat de droite. Ses qualités combatives la conduiront donc à un succès d’estime.

Tel n’est évidemment pas le cas d’Alain Juppé qui, de fait, gère bien son avance avec une attitude sereine et enjouée qui convient à un discours "rassembleur". Il sait souvent trouver LA bonne réponse. Ainsi à la question très biaisée des journalistes : "pourquoi vous présenter CONTRE Nicolas Sarkozy ?" : "Je ne me présente pas contre lui, mais contre Hollande et le FN".

Mais, sur le fond, et quoi qu’on ait dit partout, Alain Juppé n’a pas tranché le "cas Bayrou". Davantage, l’agacement du candidat sur ce sujet était visible et peu "raccord" avec l’image qu’il veut donner. Or le repoussoir Bayrou est très fort pour l’électorat de droite, non seulement à cause de la "trahison de 2012" mais aussi de son ministère aussi long qu’immobile à l’Education nationale dans les années 1990.

Qu’on en ait dit, là encore, Nicolas Sarkozy a plutôt marqué un point dans cette séquence. Il a su instiller "l’ombre d’un doute" sur la résolution d’Alain Juppé. De même qu’il a su résister, au prix de grosse ficelles rhétoriques, aux assauts de NKM et BLM ; et profiter enfin du statut enviable de victime, cible de tous les tirs. Mais il souffre toujours de son erreur initiale : ne pas avoir fait le bilan honnête et complet de son quinquennat, qui lui revient toujours en boomerang. Y compris, on l’a vu, dans son propre camp.

Dès lors, le vrai vainqueur de ce débat aurait-il été François Fillon ? Son style rhétorique concis et clair (et plus calme que celui de NKM), son refus d’entrer dans les polémiques personnelles ont été en adéquation avec son message de loyauté, d’autorité et de vérité. Adéquation qui le conduira à un bon score final. Mais qui se heurte à une redoutable considération : les Français, même de droite, veulent-ils VRAIMENT de la vérité et de ses douloureuses conséquences pour leur cher Etat-Providence ? Veulent-ils de même VRAIMENT du changement de la classe politique que leur propose Bruno Le Maire ? Une classe politique qui finalement leur ressemble tant…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Alliot-Marie : scandale ou acharnement ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 07/11/2016 - 22:41
Doit-on laisser le droit de vote...
à ceux qui, contrairement à notre cher grand penseur, ne savent pas la vérité sur la France et l'état providence?? Quand même s'ils ne savent pas la vérité comme moi, de toute évidence ils me sont inférieurs. De ce fait serait-il normal que ces sous-hommes puissent être considéré comme mes égaux face à la justice??.... Vous en pensez quoi Mr de Voogd?... Permettez-moi de vous dire ce que j'en pense. Je pense qu'il est temps d'en finir avec les niaiseries pour ne pas trop vexer les crétins patentés. Vous devriez rejoindre les autres raclures en Syrie qui eux aussi connaissent et se battent pour la vérité.
Olivier K.
- 07/11/2016 - 22:00
Sans rire!!
Incroyable, ce journaliste est tellement génial qu'il s'insulte lui-meme. Il commence par dire que les électeurs sont des veaux qui voteront pour celui dont ils partagent l'opinion!! Et fini par dire qu'en fait c'est Fillon qui a la vérité, et que les électeurs sont trop bêtes pour le reconnaitre. Quel champion celui-là, je l'inviterai bien à un diner de cons.
Orchidee31
- 07/11/2016 - 20:19
Rectif
On la cherche.