En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 11 heures 39 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 7 heures 2 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 11 heures 10 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 8 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 8 heures
Chroniques du pot aux roses

Présidentielle 2017 : comment éviter un Hollande de droite ?

Publié le 05 octobre 2016
Mou-Président, qui fait semblant de nous gouverner pour encore quelques mois, loin d’œuvrer à la renégociation des traités, s’est borné à monter dans ce train monétaire fou pour continuer de financer une bureaucratie à laquelle il ne veut pas s’attaquer.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mou-Président, qui fait semblant de nous gouverner pour encore quelques mois, loin d’œuvrer à la renégociation des traités, s’est borné à monter dans ce train monétaire fou pour continuer de financer une bureaucratie à laquelle il ne veut pas s’attaquer.

1 – Aux trois boulets

Non ce n’est pas le nom d’un café bien connu des turfistes, ni celui des principaux candidats à la primaire de la droite, du centre, etc.

Mais une référence à ce qui plombe la France et continuera de la tirer vers le bas dans les années qui viennent si une rupture drastique et cohérente n’est pas opérée en 2017.

Tout d’abord, s’affranchir d’une Union européenne et d’un Euroland qui meurent à petit feu. Depuis trois ans, le pompier Mario Draghi tente de sauver cette construction bancale en battant monnaie de singe. Mais la relance n’est pas au rendez-vous, singulièrement en France, et le système bancaire donne des signes inquiétants de strangulation. La baisse de sa rentabilité dans son cœur de métier, le prêt avec intérêt, finit par le rattraper. L’économie des pays du sud de l’Europe, France comprise, continue de souffrir d’un euro surévalué par rapport au dollar et au yuan. Draghi chasse les mouches à coup de marteau : au lieu d’agir directement sur les taux de change il rachète de la dette publique pour des montants sans cesse plus élevés.

Mou-Président, qui fait semblant de nous gouverner pour encore quelques mois, loin d’œuvrer à la renégociation des traités, s’est borné à monter dans ce train monétaire fou pour continuer de financer une bureaucratie à laquelle il ne veut pas s’attaquer.

Et les candidats de droite, que disent-ils sur ce sujet ? Ils sont d’une prudence de serpent, aucun ne veut prendre le problème à bras-le-corps et exiger une modification des missions de la Banque centrale européenne. Ils seront donc autant paralysés que par le passé s’ils adviennent au pouvoir ; devant quémander à Bruxelles, Francfort et Berlin de quoi nourrir les clientèles de l’Etat dit providence.

Sur ce sujet, deuxième boulet, il est vrai que tous les candidats à la primaire de la droite, du centre, etc. entendent soumettre la chose publique à une cure d’amaigrissement allant du sévère au famélique. Cela est nécessaire à la condition toutefois que cela soit utile. Mais, précisément, espérer mener des réformes drastiques tout en conservant le corset de l’euro est irréaliste et même dangereux.

On ne court pas un marathon avec des semelles de plomb. Aussi bien De Gaulle que Thatcher, en entreprenant des réformes libérales, s’étaient empressés de procéder à des dévaluations, lubrifiant et antalgique nécessaires aux lourdes chirurgies qu’ils engageaient.

Bref, la droite en les murs, sur ce sujet, persiste dans une erreur qui ne pourra provoquer que la vive et rapide résurgence de la gauche et de l’extrême-gauche. Il sera inévitable d’engager un bras-de-fer avec les syndicats, notamment du secteur public. Mais si les résultats économiques ne sont pas rapidement probants, l’effet boomerang sera terrible et discréditera la droite pour longtemps.

Enfin, troisième boulet, qui prend hélas parfois des allures de bombes, le communautarisme musulman se répand et prend un tour de plus en plus réactionnaire et bigot. On se demande dans quel environnement et véhicule de fonction vivent et circulent ceux qui ne le voient pas. Certains, comme Juppé, éludent largement le problème. D’autres, comme Sarkozy, en parle beaucoup mais s’attachent à des solutions superficielles. Tant que la laïcité stricte ne sera pas introduite dans l’espace public et que le régime des allocations familiales et autres aides ne sera pas réformé pour être réservé à des dépenses dans des services publics respectant les principes de cette même laïcité, le mal continuera à nous ronger. Le péril démographique est bien pire que celui du terrorisme. Une très récente étude de l’Insee montre à quel point la natalité dans les familles de parents nés en France et les familles de parents nés à l’étranger diverge.

Il faut que les belles âmes se fassent une raison : la « fachosphère » a sur ce point raison et la « gauchosphère » a tort. C’est dur pour cette dernière mais c’est ainsi.

Il est donc indispensable que le ou la future président(e) en tienne compte plutôt que de poursuivre sur le chemin ensablé où les autruches enfouissent leurs têtes.

Arriverons-nous, dans ces conditions, à éviter un Hollande de droite ? Peu importe le nom qui apparaîtra sur la photo du vainqueur, ce qui compte est bel et bien un engagement clair sur les trois sujets précités, qui n’apparaît chez aucun « Républicain » et que même le Front national, économiquement chevènementiste, ne prend pas avec cohérence.

Certes, sur tous ces sujets, les candidats à la primaire de la droite, du centre, etc. peuvent espérer jouer au plus malin comme l’actuel président, ne pas dire précisément ce qu’ils vont faire, ou bien mentir sur l’ampleur des réformes.

Les médias systémiques vont naturellement tenter de nous vendre, dans les mois qui viennent, un Hollande de droite à défaut de pouvoir nous imposer Macron, trop pied-tendre pour le job. Il suffira d’évaluer les projets des uns et des autres au regard de ces trois critères pour savoir qui soutenir et même s’il faut en rallier un, ce qui n’est pas une obligation.

Car la seule nécessité absolue pour la droite, le centre, etc. est d’éviter à la France un Hollande de droite, du centre, etc. Nous avons depuis bientôt cinq ans à l’Elysée un anti-modèle parfait. Servons-nous en, il suffit de faire le contraire de ce qu’il a fait dans tous les domaines.

2 – RSA la coupe

Parmi les techniques utilisées par notre Enfumeur national pour faire semblant de réduire les dépenses de l’Etat, le transfert non parfaitement compensé de charges aux collectivités locales est une des plus éprouvées.

Au pire, avec le décalage dans le temps, l’impact sur le niveau de la fiscalité et des dépenses est un peu différé, au mieux personne ne se rend compte de ce jeu pervers à somme nulle. Las ! Du fait du marasme économique persistant et des dérives classiques de l’assistanat, les dépenses de RSA flambent et certains départements sont au bord de la rupture financière.

Mais l’Etat n’en a cure. Il se goberge, depuis son soi-disant « plan de lutte contre la pauvreté », lancé en 2013, de l’augmentation sur cinq ans du minima social de 10 %. Mais c’est aux départements de payer et l’Etat n’a couvert que 61,3% des dépenses d’allocation du RSA en 2015 contre 65,7% en 2014 et 90% en 2009. Une véritable arnaque.

Si les départements cessent de verser le RSA à la fin de l’année, ce sera l’émeute dans beaucoup de chaumières. Il faudra donc que le gouvernement augmente son fonds de compensation et le déficit budgétaire affiché de plus de 500 millions d’euros. Bruxelles est prié de continuer à faire semblant de ne rien voir. Décidément, la voltige comptable devient un vrai casse-tête.

3 – Mauvais rails vers l’échafaud

On pourra bientôt voyager en wagons TGV sur des lignes à moyenne et faible vitesses. Le « sauvetage » d’Alstom Belfort prend des allures vivement grotesques.

Mou-Président envisagera-t-il bientôt de fournir de la brioche à tous ceux qui réclament du pain afin de soutenir la boulangerie française ?

Cela vous rappelle quelqu'un(e) ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 07/10/2016 - 10:42
la seule,
facon d'en finir avec ces gens qui profitent et ne font rien pour la France depuis 30 ans, c'est de voter Marine!
Jardinier
- 06/10/2016 - 19:35
Il y a beaucoup de gens qui se tortillent.
L'euro c'est pas bien, l'immigration ça commence a bien faire, etc. Mais Le Pen, ils la trouvent "chevenementiste" ou "de gôche". Faut arrêter de se compliquer l'existence, et tenter ceux qu'on n'a jamais essayé, ceux qu’apparemment on ne veut pas qu'on essaye, et surtout ceux qui ont eu le bon diagnostic depuis trente ans. Au lieu de se disputer sur l'accessoire, il faut se rassembler sur l'essentiel. Elle est peut être trop ceci et pas assez cela, mais la solution c'est Marine. Arrêtez de lutter et défendez votre pays.
lafronde
- 06/10/2016 - 09:51
En recherche d'alternance franche
Nous épargner un Hollande de Droite sera difficile. Comme ce denier en 2012, Juppé est le candidat des medias mainstream pour 2017. Sarkozy sera vraiment plombé par sa campagne mégalomane de 2012 mais surtout par les manoeuvres pour le dissimuler. Avec Copé ils sont OUT au plan moral, puisqu'ils ont triché à la présidentielle. Reste Fillon, plus sérieux que les deux autres, mais qui aurait dénoncé ses petits camarades au pouvoir socialiste. Pourquoi pas la nouvelle génération ? Mais Le Maire est encore un peu trop politiquement correct. En fait, Wauquiez eut été le meilleur candidat pour la Droite, puisque précisément il tient sa Droite. On le qualifie de fasciste à Gauche, ce qui prouve qu'il a des convictions patriotes. Voici pour les politiciens. Pour le programme, cela dépend des Législatives. Si l'on veut la même politique qui est menée depuis des décennies, il faut voter Front républicain. Si vous voulez changer de politique il est logique de votre CONTRE ce Front républicain. Libre à vous d'opter FN ou LR, puis de favoriser le meilleur des deux au 2d tour. L'électeur median passe à l'intérieur du parti LR. Tout ce qui est à Gauche de l'UDI au NPA est minoritaire. Inédit.