En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Allociné
Revue d'analyses financières retour vers le futur Atlantico.fr
Revue d'analyses financières

Compétitivité de la France : le retour à la réalité est remis à une date ultérieure

Publié le 04 octobre 2016
En France, il est vraiment curieux de constater l’écart entre les propos de François Hollande, les déclarations de ses ministres et la réalité.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, il est vraiment curieux de constater l’écart entre les propos de François Hollande, les déclarations de ses ministres et la réalité.

Le président de la République est fier de son "bilan compétitivité". La réalité est que l’industrie française ne représente plus que 12% du PIB avec une gamme de produits qui n’est pas supérieure à celle de l’Espagne. A partir de cette constatation Patrick Artus, chef économiste de Natixis ne voit que deux solutions. Soit on baisse encore le coût des salaires et des charges en France pour se retrouver proche du niveau espagnol… Soit on élève la qualité des produits vendus. Cela a peu de chances de se produire puisque l’investissement en robots en France est plus faible que le niveau espagnol. Cela n’empêche pas les candidats à la présidentielle de s’emparer du dossier Alstom qui connaîtra pour les mêmes raisons le même sort que le dossier Florange…

L’Etat en se voulant stratège industriel est le premier fossoyeur de l’industrie française. Il y a encore pire, car les grands groupes français qui ont survécu au traitement qui leur a été infligé par l’Etat dans  leur pays, sont de moins en moins français, puisque la majorité de  leur capital est détenu par des actionnaires qui sont désormais étrangers.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé est satisfaite. Elle nous a annoncé que "la sécurité sociale était sauvée". La réalité est que la sécurité sociale a amélioré ses comptes grâce aux efforts des assurés sociaux, des médecins et de l’industrie pharmaceutique. Aucun effort significatif n’a été entrepris pour une réforme sérieuse du fonctionnement interne de la sécurité sociale. La sécurité sociale reste droguée à la dette. Comme la Cour des Comptes le fait remarquer régulièrement, la réduction des effectifs ces dernières années, n’a fait que compenser les augmentations salariales intervenues. Les agents ont une durée de travail de 1540 heures par an inférieure à la durée légale de 1607 heures. Ce qui est encore plus grave est que le taux d’absentéisme reste de 8,9% ce qui est très élevé. L’assurance chômage de son côté affiche une nouvelle dégradation de ses comptes, mais cela ne fait l’objet d’aucun commentaire…

Pour la ministre du Travail de l’Emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social "la tendance reste bonne" en matière de chômage, puisque les très mauvais résultats du mois d’août sont imputables "aux difficultés rencontrées dans les secteurs affectés par les attentats de juillet". La fameuse inversion de la courbe du chômage, promesse présidentielle qui doit permettre à François Hollande d’être candidat à la présidentielle de 2017 n’est là encore pas encore une réalité…

Le ministre de l’Economie et des Finances est comme d’habitude content de la façon dont les finances publiques ont été gérées par le gouvernement auquel il appartient. La réalité est différente, car le PIB de la France a finalement reculé de 0,1% au deuxième trimestre.  L’investissement et les stocks sont tombés dans le rouge. Nous ne pouvons plus continuer à faire supporter l’essentiel du coût du modèle social français par les entreprises, en matière  d’emploi, de pouvoir d’achat, de service public, de protection sociale. C’est un modèle derrière lequel tout le monde s’abrite pour ne pas affronter la réalité. Un modèle qui est notre nouvelle ligne Maginot.

Quant au Premier ministre, il prépare encore "de grandes réformes" comme "Le Revenu Universel". Chaque citoyen en dessous d’un certain seuil de revenus recevrait une allocation mensuelle qu’il utiliserait à sa convenance pour s’assurer contre les aléas de la vie. Egalement appelé impôt négatif sur le revenu, cette innovation réduirait, en principe,  la bureaucratie qui gère la solidarité complexe. Elle éliminerait paraît il en grande partie la fraude. On ne comprend pas bien pourquoi ceux qui travaillent et créent des richesses qui nous permettent de vivre, voudraient payer un revenu mensuel à ceux qui veulent "un emploi à condition que cela ne dégénère pas en travail"…

"Le Prélèvement à la Source" censé représenter l’audace de François Hollande en matière fiscale risque d’être une catastrophe pour les entreprises.  Quand les salariés vont avoir un salaire net qui sera différent de celui qu'ils touchaient, ils vont aller voir le chef d'entreprise, qui va se transformer en percepteur d'impôt. Il y aura de nombreux cas de figure et beaucoup de spécificités que les employeurs devront intégrer pour le calcul de la retenue à la source. La encore l’écart entre le choc de simplification promis par François Hollande début 2013 et la réalité n’aura pas eu lieu.

Les solutions pour arrêter ce déclin avaient été proposées dès 2003 par Charles Gave,  Président de l’Institut des Libertés dans son livre "Des lions menés par des ânes" Il faut notamment enlever du pouvoir aux technocrates, refuser la dictature des banques centrales et les solutions liberticides et opaques de la Commission européenne. Un diagnostic clair et accessible à un très large public…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Comme Richard Ferrand, nous appelons à un « sursaut collectif contre la violence ». Oui, mais contre toutes les violences !

06.

Pourquoi le ralentissement économique occidental n'a que peu de liens avec la guerre commerciale sino-américaine

07.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 28/09/2016 - 10:00
Etat économique de la France
Qui en est satisfait? Fr. Hollande et son gouvernement? SEULS dans leurs certitudes idéologiques, et la complète ignorance volontaire des problèmes de terrain: eux seuls SAVENT
vangog
- 27/09/2016 - 21:32
Ne pas enlever "du pouvoir" aux technocrates
et aux banquiers", mais enlever "le pouvoir"! À partir du moment où le diagnostic est posé de leur échec et de leur incompétence, et nous, les patriotes faisons le même, pourquoi se limiter à un peu de pouvoir? Il faut leur ôter tout leur pouvoir et rendre le pouvoir au peuple ( Ooooooh, populiste!), car leur laisser "du pouvoir", c'est leur laisser un pouvoir de nuisance non négligeable...
gerint
- 27/09/2016 - 18:48
Cette autosatisfaction gouvernementale est épouvantable
tant elle cache de déni. Bien sûr que la France a des atouts mais ils ont tout fait pour les détruire.