En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Hillary Clinton Rhétorico laser
Rhétorico-laser
Comment le danger pour Hillary Clinton vient bien plus du discours démocrate sur les attentats que sur sa santé
Publié le 20 septembre 2016
Plus grave que les cachotteries sur sa santé précaire dont elle pourrait même faire un atout, Hillary risque d’être battue rhétoriquement et politiquement par la reprise des attentats aux Etats-Unis.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus grave que les cachotteries sur sa santé précaire dont elle pourrait même faire un atout, Hillary risque d’être battue rhétoriquement et politiquement par la reprise des attentats aux Etats-Unis.

On l’aura lu et entendu partout la semaine passée, y compris dans les colonnes d'Atlantico : les ennuis de santé d’Hillary Clinton peuvent compromettre ses chances aux élections de novembre. Non pas tant en eux-mêmes (sauf maladie sérieuse et durable) que par la « com' » démocrate sur le sujet, tour à tour dans le déni, la minimisation et la mise en scène. Le « culte du secret » d’Hillary, son absence de spontanéité, ses évitements et ses demi-vérités, autrement dit, le discours tenu par elle et son entourage : tout cela pourrait profiter à son rival qui, de fait, la tutoie dans les sondages. Au passage les médias, qui lui sont normalement très favorables, en profitent pour lui faire payer la distance qu’elle a mise entre elle et eux : d’où les titres sur « le tournant de la campagne », «la faute grave de communication » etc.

Peut-être. Mais c’est aller un peu vite en besogne que de la croire déjà condamnée par cette affaire et ignorer une ressource capitale et aussi ancienne que la rhétorique elle-même : à savoir la possibilité de trouver en toute circonstance un contre-discours salvateur ; et plus précisément d’utiliser l’art de retourner les arguments. Cela s’appelle une antilogie.

C’est l’un des grands sophistes et des grands adversaires de Platon, Protagoras, qui dans la tradition grecque en serait à l’origine. Plaidant que « sur toute chose, il existe deux discours opposés », il encourageait ses disciples à plaider successivement le pour et le contre d’une thèse, l’art suprême consistant à utiliser le même argument pour et contre la thèse en question.

Dès l’époque de Protagoras, on en fit grand usage dans la politique athénienne et les antilogies pullulent encore aujourd'hui, y compris chez nous. Exemples : la multiplication des ennuis judiciaires de Nicolas Sarkozy ? Pour les uns, la preuve même de ses méfaits. Pour les autres, la preuve même qu’on le persécute.  De même, « l’identité heureuse » chère à Alain Juppé, est-elle la formule d’un optimisme résolu ou d’un angélisme naïf ? 

Dans le cas des élections américaines, la pneumonie d’Hillary peut ainsi fort bien être retournée comme un argument en sa faveur, en suscitant l’empathie du public (qui lui fait tant défaut), voire en donnant une image plus humaine à une femme décriée pour sa dureté (réelle ou supposée). Ce sera là tout l’art de son équipe, à condition bien sûr d’être assorti d’un certificat médical en béton sur l’état réel de sa santé.

Bien plus dommageable, la réaction du maire démocrate de New York et d’Hillary elle-même au récent attentat dans cette ville. Poussant la political correctness jusqu'à l’absurde, le premier a parlé d’un « acte intentionnel mais non terroriste » ; ce qui est un non-sens absolu : faire exploser une bombe en pleine rue (et en avoir prévu une seconde) est un acte terroriste par sa méthode comme par son but. Ce que Bill de Blasio voulait sans doute éviter, c’est d’accréditer trop tôt l’hypothèse d’une acte terroriste islamiste. Et voilà comme on se prend les pieds dans les mots et tombe sous l’accusation dévastatrice de déni de réalité.

Hillary Clinton a, elle, décidé de jouer le « wait and see » et d’attendre les résultats de l’enquête. Position plus prudente mais qui a de nouveau l’inconvénient de donner à Trump l’avantage tactique de l’offensive. Qu’il s’est empressé de saisir en annonçant qu’il faudra être « très sévère». Position astucieuse, car bien plus claire que celle des démocrates, sans pour autant désigner à ce stade les islamistes. L’homme est plus malin qu’on ne le dit. Et, selon les informations à venir, il pourra, soit en rester là (il faut être « très sévère » avec les poseurs de bombes, quels qu’ils soient), soit monter en puissance sur ses thème favoris de l'anti-immigration et de l'anti-Islam.   

Comme les heures passant, la piste islamiste prend du poids, conforté par le déroulement et la revendication par Daesh de l’agression à l’arme blanche le même jour dans le Minnesota, le camp démocrate est en train de commettre un gros raté rhétorique, qui pourrait lui coûter bien plus cher que le cafouillage autour de la santé d’Hillary. Heureusement le gouverneur de l’Etat de New York, Robert Cuomo, démocrate lui-aussi, est venu rappeler l’évidence première : « une bombe à New York, c’est du terrorisme ». Mais le mal était fait, ajoutant la confusion au déni.

Ce n’est certes pas chez nous que de tels pataquès arriveraient !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 20/09/2016 - 13:01
Démocrates
Je n'avais pas lu les commentaires de Bill di Blasio .De Gauche, pour les Etats Unis, politiquement corrects, les démocrates se fourvoient dans les voies très douteuses du déni, même si Cuomo appelle un chat un chat.
zouk
- 20/09/2016 - 12:53
H. Clinton
Ses liens très profonds avec Israël sont bien connus. Cela seul la désigne aux islamistes, qui n'ont certainement pas envie de la voir accéder à la Présidence. Ce n'est pas pour autant que je souhaite D. Trump à la Maison Blanche, les deux sont dangereux pour nous, isolationnistes qu'ils sont tous deux. Mais H. Clinton pourrait être la plus dangereuse
vangog
- 19/09/2016 - 20:43
Ceux qui, par naïveté et angélisme,
tentent par tous les moyens d'éviter les amalgames, sont les premiers responsables de ces amalgames. En tentant de noyer le poisson de l'islamisme, De Blasio finit par nous convaincre que cela ne peut être qu'un islamiste. Telle est la politique actuelle, où la manipulation gauchiste (au sens large) finit par se retourner contre son auteur...