En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 4 min 50 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 11 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 3 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 6 heures 23 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 8 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 10 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 9 heures 26 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 11 heures 45 min
© Reuters
Rhétorico-laser discours Hollande Atlantico.fr
© Reuters
Rhétorico-laser discours Hollande Atlantico.fr
Rhétorico-laser

Des mots, des mots, des mots... Quand François Hollande part à la reconquête de l'Elysée avec une obsession rhétorique qui pourrait vite se retourner contre lui

Publié le 13 septembre 2016
Le "beau discours" de François Hollande salle Wagram n’a guère été convaincant sur le fond, délaissé pour des procédés rhétoriques qui peuvent aisément se retourner contre leur auteur.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le "beau discours" de François Hollande salle Wagram n’a guère été convaincant sur le fond, délaissé pour des procédés rhétoriques qui peuvent aisément se retourner contre leur auteur.

On nous l’aura répété à satiété sur tant de médias, et pas seulement gouvernementaux : le Président(candidat) a fait un "beau discours" à la salle Wagram : formules ciselées, images frappantes, questions rhétoriques et, bien sûr, anaphores, le tout accompagné d’un vrai engagement corporel de l’orateur. Etait-ce enfin le retour du François Hollande inspiré, celui du Bourget, que l’on n’avait entendu qu’une seule fois depuis 2012, devant le Congrès réuni en janvier dernier ? 

Pourtant l’impression l’a emporté très vite que l’intervention présidentielle était restée loin du compte, c’est-à-dire de la question posée qui n’avait rien d’anecdotique : "la démocratie face au terrorisme". 

Voilà qui aurait demandé une argumentation solide et d’abord des définitions précises des termes clés : "démocratie", "république" "islamisme", "Etat de droit", "France" (une "idée", mais laquelle ?). Et une thèse claire : a-t-on, oui ou non, tout fait contre le terrorisme dans le cadre de cet Etat de droit ? Rien de tout cela. Ce qui est un peu ennuyeux pour un discours, supposé de fond, prononcé devant deux distingués "think-tanks"…

Ah ! C’est vrai, il y a eu ce très beau moment sur "les arguties juridiques", véritable feu d’artifice oratoire. Le procédé s’appelle la "rétorsion" : elle consiste à reprendre l’expression de l’adversaire (devinez qui ?) pour la retourner contre lui afin d’en monter l’absurdité et/ou le danger. 

Mais la manœuvre est des plus risquées car elle invite à la contre-rétorsion. Appliquons-la à F. Hollande sur son propre totem, "l’Etat de droit" :

"Etat de droit, un Etat où la justice n’est pas un Pouvoir mais, aux termes mêmes de la Constitution, une simple "autorité" ?

Etat de droit, une justice où le parquet reste soumis à la Chancellerie, comme nous en fait régulièrement grief la Cour européenne des droits de l’homme ?

Etat de droit, où le même parquet dresse des réquisitions plus étendues que celles de l’instruction contre un adversaire majeur du Pouvoir ? Et les publie par "pur hasard" (sic) le jour même où s’ouvre le procès d’un ancien dignitaire dudit Pouvoir ?

Etat de droit, quand 100 000 peines de prison sont en attente d’exécution ?

Etat de droit, quand les dépenses de justice par habitant sont parmi les plus faibles de l’OCDE ?

Etat de droit, quand des individus, dont la dangerosité n’est pas "supposée" mais avérée, sont laissés en liberté ou en semi-liberté ?

Etat de droit, quand la surpopulation carcérale atteint un sommet historique parce que l’on a refusé délibérément la construction des places nécessaires ?

Etat de droit, quand la jungle des migrants de Calais grossit de jour en jour dans l’illégalité et la misère absolues ?

Etat de droit, quand des dizaines de décision de justice demeurent inexécutées à Notre Dame des Landes ?

Etat de droit, quand la loi sur la Burqa n’est plus appliquée de peur de soulever les "quartiers" ?

Etat de droit, quand "la liberté d’aller et venir", si chère au Président, est réduite à néant par des groupuscules politiques ou syndicaux ? 

Etat de droit, quand l’inégalité des droits sociaux est sans cesse accrue entre secteur public et secteur privé ?

Etat de droit, quand l’Etat s’exonère des règles, normes et contrôles en tout genre, dont il accable les entreprises ?   

Etat de droit, quand l’on a soi-même fait adopter l’une des lois les plus liberticides de la Vème République, celle sur le Renseignement ?

Etat de droit, quand l’on a, soi-même encore, proposé de constitutionnaliser l’état d’urgence qui est bel et bien l’un de ces "états d’exception" que l’on prétend honnir ?"

Nous voilà, sauf erreur, à 15 termes pour l’anaphore… Comme pour un certain "Moi, Président".

Mais que le lecteur n’attende pas que la droite réponde du tac au tac, ni à l’anaphore par l’anaphore. Comme Nicolas Sarkozy en 2012, tétanisé par le "Moi-Président", elle laisse passer la charge.

Et ce, pour deux (tristes) raisons :

La première, de fond, est que la tradition majoritaire de la droite française est au moins aussi liberticide que celle de la gauche. On l’a bien vu lors du vote massif de la loi sur le Renseignement.

La seconde, de forme, tient à sa faiblesse rhétorique ; pire, à son désintérêt pour la rhétorique dont elle a, sauf en 2007, laissé le monopole à la gauche depuis la victoire de F. Mitterrand en 1981.

Quand viendra donc, et par qui, son grand réveil oratoire ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 12/09/2016 - 17:46
Et Calais à ne pas oublier
L'état de droit est un slogan pour F Hollande et son gouvernement de gauchiste ancrés dans une idéologie dépassée et une certaine complaisance envers les coupables plutôt que les victimes. Idem pour ceux qui prétendent nous imposer, à terme, les us et coutumes de ces "merveilleux" pays islamisés. Que ces beaux esprits égarés de la promotion Voltaire vienne voir sur Calais, par exemple, ce qui s'y passe vraiment ! Ils découvriront le vrai visage d'une zone de non-droit !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/09/2016 - 17:13
Et on pourrait ajouter......
État de droit quand on laisse en plein état d'urgence la police s'épuiser pour encadrer les manifs de la CGT et casseurs réunis...
État de droit quand on oblige une minorité (juive) à se cacher ou quitter certains quartiers...
État de droit quand on oublie volontairement de protéger des minorités asiatiques qui ne demandent rien sinon de pouvoir travailler en sécurité.
État de droit quand certains territoires de plus en plus nombreux sont interdits aux services de l'état et aux non musulmans .....
On pourrait continuer ainsi à l'infini...
Pas de temps à perdre !
vangog
- 12/09/2016 - 12:35
Le Front National rétablira l'état de droit!
Sur ces quinze points et sur d'autres ( Justice du mur des cons, 100% des journaleux de la place de Paris issus du CFJ votent extrême-gauche ou gauche...), le Front National sera sans compromis sur l'état de droit. Ah oui! Et aussi l'application sans les états d'âmes gauchistes du type "ce n'est pas l'esprit du texte..." du livre IV du code pénal et de son article « Le fait d’entretenir des intelligences avec une puissance étrangère, avec une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou avec leurs agents, en vue de susciter des hostilités ou des actes d’agression contre la France, est puni de trente ans de détention criminelle et de 450 000 euros d’amende. »...avec les patriotes au pouvoir, "l'esprit" sera là et les gauchistes devront se soumettre au droit français, ou déguerpir dans le pays de leur choix...