En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Rhétorico-laser discours Hollande Atlantico.fr
Rhétorico-laser
Des mots, des mots, des mots... Quand François Hollande part à la reconquête de l'Elysée avec une obsession rhétorique qui pourrait vite se retourner contre lui
Publié le 13 septembre 2016
Le "beau discours" de François Hollande salle Wagram n’a guère été convaincant sur le fond, délaissé pour des procédés rhétoriques qui peuvent aisément se retourner contre leur auteur.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le "beau discours" de François Hollande salle Wagram n’a guère été convaincant sur le fond, délaissé pour des procédés rhétoriques qui peuvent aisément se retourner contre leur auteur.

On nous l’aura répété à satiété sur tant de médias, et pas seulement gouvernementaux : le Président(candidat) a fait un "beau discours" à la salle Wagram : formules ciselées, images frappantes, questions rhétoriques et, bien sûr, anaphores, le tout accompagné d’un vrai engagement corporel de l’orateur. Etait-ce enfin le retour du François Hollande inspiré, celui du Bourget, que l’on n’avait entendu qu’une seule fois depuis 2012, devant le Congrès réuni en janvier dernier ? 

Pourtant l’impression l’a emporté très vite que l’intervention présidentielle était restée loin du compte, c’est-à-dire de la question posée qui n’avait rien d’anecdotique : "la démocratie face au terrorisme". 

Voilà qui aurait demandé une argumentation solide et d’abord des définitions précises des termes clés : "démocratie", "république" "islamisme", "Etat de droit", "France" (une "idée", mais laquelle ?). Et une thèse claire : a-t-on, oui ou non, tout fait contre le terrorisme dans le cadre de cet Etat de droit ? Rien de tout cela. Ce qui est un peu ennuyeux pour un discours, supposé de fond, prononcé devant deux distingués "think-tanks"…

Ah ! C’est vrai, il y a eu ce très beau moment sur "les arguties juridiques", véritable feu d’artifice oratoire. Le procédé s’appelle la "rétorsion" : elle consiste à reprendre l’expression de l’adversaire (devinez qui ?) pour la retourner contre lui afin d’en monter l’absurdité et/ou le danger. 

Mais la manœuvre est des plus risquées car elle invite à la contre-rétorsion. Appliquons-la à F. Hollande sur son propre totem, "l’Etat de droit" :

"Etat de droit, un Etat où la justice n’est pas un Pouvoir mais, aux termes mêmes de la Constitution, une simple "autorité" ?

Etat de droit, une justice où le parquet reste soumis à la Chancellerie, comme nous en fait régulièrement grief la Cour européenne des droits de l’homme ?

Etat de droit, où le même parquet dresse des réquisitions plus étendues que celles de l’instruction contre un adversaire majeur du Pouvoir ? Et les publie par "pur hasard" (sic) le jour même où s’ouvre le procès d’un ancien dignitaire dudit Pouvoir ?

Etat de droit, quand 100 000 peines de prison sont en attente d’exécution ?

Etat de droit, quand les dépenses de justice par habitant sont parmi les plus faibles de l’OCDE ?

Etat de droit, quand des individus, dont la dangerosité n’est pas "supposée" mais avérée, sont laissés en liberté ou en semi-liberté ?

Etat de droit, quand la surpopulation carcérale atteint un sommet historique parce que l’on a refusé délibérément la construction des places nécessaires ?

Etat de droit, quand la jungle des migrants de Calais grossit de jour en jour dans l’illégalité et la misère absolues ?

Etat de droit, quand des dizaines de décision de justice demeurent inexécutées à Notre Dame des Landes ?

Etat de droit, quand la loi sur la Burqa n’est plus appliquée de peur de soulever les "quartiers" ?

Etat de droit, quand "la liberté d’aller et venir", si chère au Président, est réduite à néant par des groupuscules politiques ou syndicaux ? 

Etat de droit, quand l’inégalité des droits sociaux est sans cesse accrue entre secteur public et secteur privé ?

Etat de droit, quand l’Etat s’exonère des règles, normes et contrôles en tout genre, dont il accable les entreprises ?   

Etat de droit, quand l’on a soi-même fait adopter l’une des lois les plus liberticides de la Vème République, celle sur le Renseignement ?

Etat de droit, quand l’on a, soi-même encore, proposé de constitutionnaliser l’état d’urgence qui est bel et bien l’un de ces "états d’exception" que l’on prétend honnir ?"

Nous voilà, sauf erreur, à 15 termes pour l’anaphore… Comme pour un certain "Moi, Président".

Mais que le lecteur n’attende pas que la droite réponde du tac au tac, ni à l’anaphore par l’anaphore. Comme Nicolas Sarkozy en 2012, tétanisé par le "Moi-Président", elle laisse passer la charge.

Et ce, pour deux (tristes) raisons :

La première, de fond, est que la tradition majoritaire de la droite française est au moins aussi liberticide que celle de la gauche. On l’a bien vu lors du vote massif de la loi sur le Renseignement.

La seconde, de forme, tient à sa faiblesse rhétorique ; pire, à son désintérêt pour la rhétorique dont elle a, sauf en 2007, laissé le monopole à la gauche depuis la victoire de F. Mitterrand en 1981.

Quand viendra donc, et par qui, son grand réveil oratoire ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 12/09/2016 - 17:46
Et Calais à ne pas oublier
L'état de droit est un slogan pour F Hollande et son gouvernement de gauchiste ancrés dans une idéologie dépassée et une certaine complaisance envers les coupables plutôt que les victimes. Idem pour ceux qui prétendent nous imposer, à terme, les us et coutumes de ces "merveilleux" pays islamisés. Que ces beaux esprits égarés de la promotion Voltaire vienne voir sur Calais, par exemple, ce qui s'y passe vraiment ! Ils découvriront le vrai visage d'une zone de non-droit !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/09/2016 - 17:13
Et on pourrait ajouter......
État de droit quand on laisse en plein état d'urgence la police s'épuiser pour encadrer les manifs de la CGT et casseurs réunis...
État de droit quand on oblige une minorité (juive) à se cacher ou quitter certains quartiers...
État de droit quand on oublie volontairement de protéger des minorités asiatiques qui ne demandent rien sinon de pouvoir travailler en sécurité.
État de droit quand certains territoires de plus en plus nombreux sont interdits aux services de l'état et aux non musulmans .....
On pourrait continuer ainsi à l'infini...
Pas de temps à perdre !
vangog
- 12/09/2016 - 12:35
Le Front National rétablira l'état de droit!
Sur ces quinze points et sur d'autres ( Justice du mur des cons, 100% des journaleux de la place de Paris issus du CFJ votent extrême-gauche ou gauche...), le Front National sera sans compromis sur l'état de droit. Ah oui! Et aussi l'application sans les états d'âmes gauchistes du type "ce n'est pas l'esprit du texte..." du livre IV du code pénal et de son article « Le fait d’entretenir des intelligences avec une puissance étrangère, avec une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou avec leurs agents, en vue de susciter des hostilités ou des actes d’agression contre la France, est puni de trente ans de détention criminelle et de 450 000 euros d’amende. »...avec les patriotes au pouvoir, "l'esprit" sera là et les gauchistes devront se soumettre au droit français, ou déguerpir dans le pays de leur choix...