En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Sécurité
Eté meurtrier : de la "Garde nationale" à "l’Etat de droit", un nouveau discours sur la "sécurité" lourd d’arrière-pensées politiques.
Publié le 15 août 2016
Derrière l’évidence qui fait consensus qu’"il n’y a pas de risque zéro", le discours du gouvernement sur "la sécurité" a connu depuis la tragédie de Nice, il y a tout juste un mois, une sensible évolution qui passe largement inaperçue.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière l’évidence qui fait consensus qu’"il n’y a pas de risque zéro", le discours du gouvernement sur "la sécurité" a connu depuis la tragédie de Nice, il y a tout juste un mois, une sensible évolution qui passe largement inaperçue.

L’on se souvient que dans son interview du 14 juillet, François Hollande avait annoncé la diminution de la "Force Sentinelle" et la fin prochaine de l’état d’urgence. Las, le soir même, la tragédie de Nice venait ruiner ces modestes espoirs et mettre plus que jamais la "sécurité" en tête des préoccupations des Français et au cœur des cauchemars gouvernementaux. Mais derrière la double évidence du "il n’y a pas de risque zéro" et de "la menace est toujours aussi élevée", qui fait au moins consensus, force est de constater que le discours sécuritaire a profondément évolué.

Tout le monde l’a remarqué pour la droite : dès le soir de la tragédie de Nice, la très ambiguë "unité nationale" était rompue, comme l’avait annoncé le 14 juillet au matin cette même chronique, en cas de nouvel attentat. Mais cette rupture était à la fois inévitable et légitime : l’instrumentalisation de "l’unité nationale" par le pouvoir depuis le carnage de Charlie hebdo, pour écarter non seulement toute critique mais aussi toute question, était devenue intenable. Après un moment de flottement, le gouvernement a trouvé le secours de la "Garde Nationale", nouveau et pompeux nom de la bonne vieille Réserve. 

Mais, c’est tout l’objet de cette chronique, les mots sont lourds de sens. En l’occurrence, ce nouveau discours opère un changement d’affichage sécuritaire passé largement inaperçu : au nom de la "menace omniprésente" l’accent est désormais mis sur une nouvelle priorité : la protection de toutes les cibles possibles. Or comme le caractère de ce nouveau terrorisme est de tuer n’importe qui, n’importe où, n’importe quand et n’importe comment, cet objectif est totalement irréaliste. "Garde nationale" ou pas. D’où les multiples annulations de festivités qui ne remplissent pas les exigences drastiques fixées par les préfets. D’où l’inégalité flagrante de traitement entre les manifestations, au détriment de celles provenant de l’initiative privée et en faveur de celles qui disposent -sur quels critères ? – d’un concours massif de la force publique. Fait plus grave, car directement lié aux attentats : l’interdiction de la "Marche blanche" à Nice, toujours au nom de la "sécurité", ne montre-t-elle pas la volonté de l’Etat de se réserver le monopole de la commémoration ? Pourquoi donc un hommage public avec ministres serait-il plus "sécurisable" qu’une manifestation populaire sans ministres ? Au-delà de l’instrumentalisation politique de l’émotion collective, c’est un bon vieux travers français qui se donne à voir ici : la méfiance congénitale à l’égard de la société qui anime un Etat obsédé par son pouvoir de contrôle. 

A côté de la "Garde nationale", c’est également "la défense de l’Etat de droit" qui désormais fonctionne comme le nouveau totem, couvrant la difficulté à prendre de nouvelles mesures directement contre les terroristes potentiels et le terreau qui les nourrit. Il est ainsi frappant de constater la faiblesse et l’approximation du nombre ("une vingtaine") de mosquées radicales fermées, donné par un Ministre de l’intérieur qui est d’ordinaire d’une précision maniaque sur les chiffres. Il est aussi frappant de voir que personne n’ait songé à lui en demander la liste exacte… 

Il se pourrait bien en fait que, derrière l’évolution du discours, une constante soit peu remarquée. Depuis dix-huit mois, d’abord au nom de "l’unité nationale" puis au nom de "l’Etat de droit", l’attention de l’opinion est détournée d’une question décisive : le fonctionnement de l’appareil sécuritaire et en particulier de la justice qui, dans tous les parcours des futurs tueurs, de Paris à Saint -Etienne du Rouvray, a été défectueux. Non que la justice soit complaisante, comme le veut une certaine démagogie ; mais elle est trop souvent naïve face à une tactique consommée de dissimulation. Elle doit donc changer de logiciel à l’égard des terroristes potentiels ou confirmés. Avant de songer à changer la loi, comme on l’entend trop souvent à droite, il faudrait d’abord l’appliquer dans sa totalité et dans toute sa rigueur. Dura lex, sed lex ! "La loi est dure mais c’est la loi". C’est d’abord cela "l’Etat de droit". 

Comment éviter sinon que les Français fassent le parallèle avec le traitement réservé à Jacqueline Sauvage, meurtrière d’un mari ultra-violent, ne présentant, elle, aucun risque de récidive comme le reconnaît la justice elle-même, qui vient pourtant de lui refuser une libération anticipée, même conditionnelle ? 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 21/08/2016 - 17:17
Pas de changement en vue !
Rien n'a vraiment évolué depuis les attentats de Charlie-hebdo : les forces de l'ordre sur les rotules et redéployées des journaux aux écoles, des école au Thalys, des Thalys aux sites sensibles, des sites sensibles à la COP 21 puis à la coupe d'Europe de foot, aux festivités publiques, aux églises, aux plages...demain les hôpitaux ? les villages isolés ? les crèches ? les terrains de camping ? Pendant ce temps la cinquième colonne - libre comme le vent - organise en rigolant "le coup d'après" ! Et rien ne changera car cet exécutif de merde NE PEUT PLUS CHANGER sans reconnaitre la vérité : sa responsabilité dans la morts de centaines de citoyens + autant de blessés. Comment en serai-il autrement avec le trio perdant Hollande/Valls/Cazeneuve ? Ils ont du sang jusqu'aux coudes !
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 17/08/2016 - 10:40
et l'éducation ? nationale et parentale ?
Exonérée de tous ces "chouinards" dont les vitrines explosées sont les footeux ,les "geignards " des JO .... les vents debout ,les voitures brulées , les gens assassinés....les enfants des familles décomposées contents de rien et comptant sur tout , le permis de conduire plus difficile que le bac , le burkini.....
Et on n'y serait pour rien avec des politiques trop occupés a se faire réélire , des murs des cons batis a coup de truelle ....On attends quoi?
winnie
- 17/08/2016 - 09:25
fort avec les faibles.....
et laxiste et complaisant avec les forts.
Encore un peut de patience et cette bande d incapables collabo va disparaitre pour longtemps.