En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Revue de blogs
Au Venezuela, il y a si peu de nourriture disponible que l'on commence à manger les animaux des zoos
Publié le 17 août 2016
Comment les Vénézuéliens vivent-ils en manquant de tout, et surtout de nourriture et de médicaments, à deux pas de fabuleuses réserves de pétrole ?
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment les Vénézuéliens vivent-ils en manquant de tout, et surtout de nourriture et de médicaments, à deux pas de fabuleuses réserves de pétrole ?

Cette photo d'un lion affamé dans un zoo du Venezuela (de Carlos Jasso pour Reuters) a fait le tour du monde et a soudain rappelé que le Venezuela, malgré toutes ses ressources pétrolières, a toujours plus faim. La crise alimentaire est si aiguë que dans les zoos, on dénombrerait déjà 50 animaux morts de faim (des félins sont parfois nourris de courges et de mangues faute de budget). Par ailleurs, les animaux, dont un éléphant et un cheval, ont été abattus pour leur viande. Quant à un bison du zoo de Caracas, une photo sur Twitter le montre déjà entouré de charognard.

Du côté des humains, les réseaux sociaux venezueliens commencent à ressembler à un film de science-fiction et de guerilla urbaine provoqué par les pénuries. Début aout, Marianna Diaz a posté cette photo sur son compte Facebook.

"Devinez le prix. Indice: ‪#‎Venezuela‬ (Le tout a couté environ dix dollars. Le problème: le salaire mensuel minimum est de quinze dollars.)" 

Aquiles commente : 'Par les temps qui courrent, c'est de la pornographie alimentaire'. 

 Le 2 aout, Marianna signale aussi qu'il n'est plus possible de téléphoner à l'étranger car l'Autorité des telecom ne paie plus les opérateurs étrangers depuis belle lurette. Sur Twitter, une internaute assure qu'elle a pu se procurer des couches pour bébés auprès d'un...pharmacien de Miami, qui accepte de les envoyer à Caracas par des moyens mystérieux. Il est pratiquement impossible de prendre un avion si on ne possède pas de dollars. Les lignes aériennes étrangères préfèrent des avions vides à des billets payés en Bolivar, la monnaie locale folle et son inflation à plusieurs chiffres.

Francsco Urreiztieta chronique sur son compte la vie quotidienne au Venezuela par temps de faim. Au grè des choses vues, voici une publicité pour un voyage organisé en Colombie, l'Eldorado, pour aller faire les courses...

Sol Rojas a vu un camion de poulets vivants attaqué sur une route et aussitôt vidé. Et aussi des chiens abattus et dépecés à même le trottoir.

Caricature de Pinvilla sur La Voz

Si les émeutes de la faim ou des médicaments sont quotidiens, il est par ailleurs interdit d'en parler, comme du cours du jour du dollar, seule monnaie qui puisse vous sauvez.  Sur son blog, Marianne parle de 'cette terrible sensation d'asphyxie'', alors qu'elle cherche des oeufs dans toute la ville.

"J'achète mes oeufs à un quelconque vendeur de rue. Ce n'est pas toujours le même, mais parfois si. (un lieu de vente précaire, (...) son horaires ni stabilité, sans garantie aucune pour la transaction. Je ne sais pas s'il sera là la semaine prochaine, lui ne sait pas s'il aura des clients ce jour -là ou si une moto roulera sur ses oeufs à 200 à l'heure sans un regard. (..) La survie du vendeur d'oeuf dépend de la volatilité des mesures politiques prises par un gouvernement véléitaire. Peut-être pourra-t-il ce jour-là vendre ses oeufs à un supermarché, ou bien dans la rue, ou alors la Garde Nationale déboulera et sequestrera ses oeufs comme marchandise illégale. Il n'a de contrôle sur rien. Vivre au Venezuela est comme naviguer dans un diagramme de Venn. Un système légal, complexe, est fait de logique et d'illogique. Il ne faut pas tuer, ne pas voler, ne pas publier le cours du dollar au marché noir. (...) On ne sait pas si tu finiras en prison parce que  tu as tué vingt personnes ou bien parce que tu as revendu un kilo de farine."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
“Le pacifisme, ça suffit” : pourquoi la stratégie de répression judiciaire et policière risque de produire une génération de militants politiques aguerris
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/08/2016 - 22:00
Tant qu'il y aura des cons .........
Pour croire que l'homme peut être désinterressé.....et travailler pour le bien public sans en retirer le moindre profit ............. Il y aura des électeurs pour croire aux conneries de ces vendeurs d'utopies,
uniquement intéressés par l'exploitation de la bêtise humaine....Staline, Mao, Castro, Polpot.....Chavez...Maduro...etc.....
Texas
- 17/08/2016 - 15:40
Chavez a trahi Bolivar...
....Maduro a trahi Chavez , Staline a trahi le Communisme , Le Président Erythréen a trahi le Maoisme , Mugabe a trahi le Socialisme , Cuba a trahi le Guévarisme.....et wah wah wah ! . Le double Salto récurrent des Collectivistes devant les faits !
rodmcban
- 17/08/2016 - 10:16
Bientôt chez nous
Comme à Cuba, comme en Corée du Nord, le socialo-marxisme produit invariablement les mêmes effets. Réjouissez-vous Français, grâce à Mou-Présiflan et sa clique, nous nous rapprochons chaque jour un peu plus des abîmes socialistes avec en prime une guerre civile ethnico-religieuse.