En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 3 heures 52 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 5 heures 6 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 7 heures 43 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 8 heures 41 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 9 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 9 heures 57 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 10 heures 21 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 10 heures 56 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 6 heures 18 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 9 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 10 heures 56 min
Rhétorico laser Trump-Clinton
Rhétorico laser Trump-Clinton
Rhétorico-laser

Hillary contre Donald ou la réponse de la bergère au berger. La guerre (pas très propre) ne fait que commencer

Publié le 02 août 2016
Hillary Clinton a fait un discours brillantissime à la Convention démocrate ; mais l’on reste vraiment sur sa faim quant au fond. Chez les deux candidats les attaques personnelles ont remplacé l’argumentation.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hillary Clinton a fait un discours brillantissime à la Convention démocrate ; mais l’on reste vraiment sur sa faim quant au fond. Chez les deux candidats les attaques personnelles ont remplacé l’argumentation.

Le discours d’Hillary Clinton à la convention démocrate était très attendu. Comment allait elle répliquer à l’artillerie lourde de son adversaire républicain qui l’avait accusée rien moins que de crimes la semaine précédente. Comment allait elle contrer les tentatives de séduction de Trump à l’égard de son propre électorat femmes, latinos, noirs, LGBT ? Et surtout comment allait elle offrir une autre image, positive et convaincante, d’une Amérique peinte en noir par Trump ? 

La réponse est venue dans un discours brillantissime, où l’excellence de speechwriters démocrates a encore fait merveille et où Hillary elle-même a su surmonter ses faiblesses oratoires. Habillée dans un tailleur-pantalon blanc proclamant à la fois son leadership et son innocence, la tête droite et le regard inspiré, la voix bien posée, les pauses bien marquées, la gestuelle ouverte et inclusive, la candidate démocrate a fait un sans-faute dans l’attitude : digne mais non arrogante, ferme mais non cassante, résolue mais non butée.

Les thèmes du discours ont eux aussi été bien choisis : pour rétablir une image très négative dans l’opinion, Hillary a longuement développé son ethos, sa personnalité et ses valeurs, à travers un long storytelling personnel. Celle que l’on présente comme le symbole de l’establishment a rappelé ses origines très modestes et son parcours typique de la méritocratie à l’américaine conjuguée au féminin. Celle que l’on qualifie de dure et d’indifférente, a rappelé son engagement précoce en faveur de l’enfance handicapée et multiplié les témoignages d’empathie. L’éthos et le pathos ont d’ailleurs été les registres dominants, à travers l’appel aux valeurs américaines d’égalité des chances de courage et de solidarité : le vivre ensemble et le faire ensemble ont été les leitmotivs de son message avec le martèlement de together

Et, par un recours systématique à l’antithèse, la charge contre Trump toute trouvée et déployée avec gourmandise au prix d’une grosse mauvaise foi : brodant sur la fameuse phrase de son adversaire, I alone can fix it, (« c’est moi seul qui peut régler le problème »), Hillary force la syntaxe et lui fait dire « je peux régler le problème tout seul » (I can fix it alone). Le procédé annonce une offensive tous azimuths contre la crédibilité du candidat républicain :  incompétent dans les affaires, ignorant les réalités du monde, incapable de se maîtriser ; et plus encore cynique doublé d’un menteur qui fait fabriquer ses produits en Chine (et au Mexique !) tout en pleurant sur les ruines de l’industrie américaine. Rien de plus efficace que de souligner les contradictions de l’adversaire pour le disqualifier. Le tout servi par un arsenal impressionnant d’images, d’allitérations, de questions rhétoriques et de formules tirées au cordeau : there is no other Donald Trump. This is it.     

Le contraste était net avec la prestation de son adversaire bien moins réussie techniquement. Et quand celui-ci qualifie le discours d’Hillary de « hurlement très moyen » (so average scream), il n’est pas fair play et risque fort d’aggraver son propre cas. On comprend la satisfaction du camp démocrate et des médias « libéraux », y compris chez la plupart des commentateurs français, très pro-Hillary.  

Mais l’insatisfaction demeure quant au fond de ce discours, d’une légèreté inquiétante. Quasiment aucun chiffre et passage bien rapide sur les faits, surtout ceux qui fâchent (criminalité, immigration illégale, menaces extérieures). L’Amérique qu’elle décrit est un monde de Bisounours où la bonne volonté congénitale d’un peuple d’exception suffira à résoudre tous les problèmes. Le wishful thinking d’un beau rêve bipartisan remplace l’analyse politique. Les propositions concrètes restent aussi vagues que coûteuses : grand plan d’investissement, large exonération des droits universitaires, hausse des salaires etc. Avec en face pour toute solution, « faire payer les riches ». On connaît la chanson, notamment en France. Et on mesure le poids du ralliement de Bernie Sanders... 

Certes, Hillary a retenu les impératifs de tout discours politique gagnant : être aussi inclusif que possible et opposer l’espoir et l’unité à la peur et à la division. Encore faut-il que deux conditions soient réunies pour que le message soit crédible : une solide argumentation qui fasse honnêtement la part des difficultés ; et la conformité du réel au discours. Tant que l’économie américaine va bien, la candidate démocrate pourra bénéficier de la loi édictée par son mari : it’s the economy stupid (« ce qui compte, c’est l’économie, idiot ! »). Mais au moindre fléchissement de la conjoncture d’ici les élections, la version sombre peinte par Trump gagnera en crédibilité. Surtout si des faits divers tragiques et plus encore des attentats viennent encore alourdir le climat de la campagne.

Dans tous les cas, le registre de l’attaque personnelle dans laquelle celle-ci s’est installée n’augure rien de bon, ouvrant la triste perspective d’un choix final entre le moins détesté des deux candidats. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 02/08/2016 - 19:26
Son discours; elle est une femme
et d'ailleurs...elle est une femme, un peu comme Ségo jadis, probablement avec le même succès. Ceci dit elle est une femme.....
Lafayette 68
- 02/08/2016 - 08:05
ah bon...
J'avais cru comprendre que le discours de Trump avait été très bon mais De Voogd est fan d'Hillary ,excellentissime , c'est son droit.
Paul Emiste
- 02/08/2016 - 06:39
Et Billy "cigare" Clinton?
La presse française est en train de s´acharner avec des photos de la femme de Trump (Kilukru?), certes peux vêtue, mais ils préfèrent peut être les goûts (?!) pour le moins spéciaux de Billy, fumer des cigares aux arômes vaginaux avec le concours actif de miss Monica?