En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Rhétorico-laser
Hillary Clinton face au redoutable défi posé par Donald Trump avec son discours à l'investiture
Publié le 25 juillet 2016
Jeudi, à Philadelphie, Hillary Clinton donnera son discours d’acceptation à la Convention démocrate. Il lui faudra répondre au véritable défi rhétorique que lui a lancé Trump dans son propre discours à la Convention républicaine. Un discours parfois surprenant.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi, à Philadelphie, Hillary Clinton donnera son discours d’acceptation à la Convention démocrate. Il lui faudra répondre au véritable défi rhétorique que lui a lancé Trump dans son propre discours à la Convention républicaine. Un discours parfois surprenant.

Donald Trump n’est pas un grand orateur. Surtout dans un pays qui en compte tant dans son histoire de Lincoln à Reagan en passant par Roosevelt et Kennedy. Et plus encore si on le compare au Président en exercice, Barack Obama qui, sur ce point au moins, fait l’unanimité.

Mais Donald Trump est un orateur efficace. L’une des grandes règles de l’art du discours est qu’il n’y a pas de bon discours en soi mais seulement dans un contexte donné. Un bon discours est toujours le discours d’un moment.

Le discours d’acceptation (acceptance speech) du candidat républicain la semaine dernière aura été un tel discours.

Certes les médias « libéraux », comme on dit aux Etats-Unis, c’est- à- dire de gauche, s’en sont donné à cœur joie pour en relever les faiblesses : longueur excessive ; monotonie de la gestuelle, registre toujours proche de la vocifération, rythme haché et lassant. Absence surtout de storytelling personnel, comme les Américains adorent en dire et en entendre, sur les leçons de la vie, l’humilité du succès et l’apprentissage des échecs, avec confession publique obligatoire des erreurs passées, comme il sied à une culture puritaine.  Enfin, a-t-on partout écrit dans le crépitement immédiat des fact-checkers, affirmations discutables voire fausses dans un discours bourré de chiffres pour assurer la crédibilité jusque-là douteuse de l’orateur.

Oui, tout cela est vrai. Ou presque. Les affirmations de Trump sont parfois délirantes : comme lorsqu’il prétend que les Etats-Unis sont « l’un des pays les plus taxés du monde ». Les pauvres Français que nous somme savent ce que « taxés » veut dire… Ou lorsqu’il accuse Hillary Clinton de tous les mécomptes de la politique extérieure américaine depuis 15 ans. Mais pour le reste, et malgré les contorsions rhétoriques des fact-checkers pour prouver le contraire, Trump n’a pas donné le moindre chiffre faux. Il a juste « oublié » de les contextualiser et de citer ceux qui allaient contre sa thèse. 

Car la thèse, l’élément central du discours, était, elle, d’une clarté limpide : l’Amérique va très mal et c’est la faute d’Obama et des Clinton. Et elle va surtout très mal sur le plan de la sécurité (« law and order »), thème central, obsessionnel même, du discours. Des attentats contre la police au terrorisme islamiste en passant par les homicides quotidiens, Trump n’a cette fois rien « oublié », avec force pathos et storytelling. Choix délibéré, car sur le plan économique, il sait que l’Amérique va mieux avec Obama qu’avant. Et qu’elle se portait encore mieux sous Bill Clinton. Mais Trump a mis le doigt là où le bât blesse : la désindustrialisation du pays et la stagnation du revenu des foyers américains depuis 40 ans. Exactement la thématique de Bernie Sanders, à l’électorat duquel il a multiplié les appels du pied.

Comme il a habilement ciblé les groupes clefs de l’électorat démocrate. Ainsi de la défense des travailleurs noirs et latinos discriminés sur le marché du travail ; ainsi des noms à consonance espagnole et arabe cités parmi les victimes de la criminalité ; ainsi de la « protection » offerte aux LGBT, après la tuerie d’Orlando, LGBT qu’il a fait acclamer par la Convention ! De quoi surprendre chez un homme accusé de racisme et d’homophobie. Posture bien sûr, mais habile, car cette « triangulation » comme on dit, cet appel aux thèmes et à la clientèle de l’adversaire, est indispensable pour l’emporter, vu la composition de la population américaine, où les « petits blancs en colère », l’électorat premier de Trump, sont minoritaires. D’où aussi la création d’emblée d’un « nous » collectif (impératif de tout discours), comprenant d’abord l’ensemble des Républicains puis l’ensemble du peuple américain contre « l’égoïsme » de ses élites. Et au slogan des partisans d’Hillary (« I’m with her ») il a opposé un « I’m with you ! » bien trouvé.

Il est évidemment encore loin de convaincre, surtout ceux qu’ils brocardaient hier. Mais le resserrement des sondages montre que Trump a visé juste, quitte à en rajouter contre adversaire démocrate chargée de tous les « crimes » (sic). Tant le rejet d’Hillary est au moins aussi fort que celui de Donald.

Le défi pour cette dernière est donc clair et double. Dénoncer l’évidente brutalité narcissique de Trump ne sera pas la solution : elle devra d’abord proposer un message d’union fort et crédible à un peuple américain si divisé ; elle devra surtout briser sa propre image d’arrogance et d’affairisme qui menace un succès promis il y a encore 6 mois.

Il est vrai qu’elle y sera aidée par deux renforts de poids : Michelle et Barack Obama. Il se pourrait bien que le vrai grand discours de la convention démocrate soit encore dû au président en exercice…  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 28/07/2016 - 09:06
La martingale Obama
des minorités (2008) et du libéralisme sociétal (2012) ne sont plus d'actualité pour les Américains, sur les sujets actuels de la désindustrialisation et de la sécurité, Clinton n'est pas crédible.
zouk
- 26/07/2016 - 08:23
CLINTON vs TRUMP
Ni l'Europe en général ni la France en particulier n'ont de raisons de souhaiter la victoire de l'un ou de l'autre: America First dans le simplisme ou basculement vers l'Asie sans trop de souci de l'Europe..... , que pourrions nous préférer?
Liberte5
- 25/07/2016 - 23:00
H. Clinton a du plomb dans l'aile
et un très bon discours même écrit par B. Obama, n'y changera rien. Cela sera oublié au bout de 48h.