En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 13 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 21 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 39 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 35 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 10 heures 51 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 43 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 48 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 44 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 10 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 9 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

56% des sympathisants de la droite et du centre considèrent qu'Alain Juppé a le plus de chances de remporter la présidentielle mais seuls 36% des sympathisants Républicains considèrent qu'il ferait un meilleur président (contre 45% pour Nicolas Sarkozy)

Publié le 24 juin 2016
Un résultat révélateur des tensions et des hésitations de l'électorat de la droite et du centre.
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un résultat révélateur des tensions et des hésitations de l'électorat de la droite et du centre.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements de cette étude sur les images comparées d'Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy au regard des résultats du sondage similaire que vous aviez mené en septembre 2015 ?

Yves-Marie Cann : Le principal enseignement de ce sondage mis en perspective avec celui que nous avions réalisé début septembre 2015, c'est de constater qu'Alain Juppé s'installe dans les esprits comme le champion potentiel de la droite dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017. Mais il ne bénéficie par pour autant du statut de champion incontesté : Alain Juppé, face à Nicolas Sarkozy, doit encore convaincre les Français et avant tout ceux qui voteront à la primaire, les sympathisants de la droite et du centre. En effet, sur des éléments comme le courage, l'autorité ou encore le dynamisme, des qualités fortement attendues d'un président de la République, celles-ci sont aujourd'hui davantage attribuées à Nicolas Sarkozy qu’au Maire de Bordeaux, même si ce dernier progresse sur ces items face à l’ancien chef de l’Etat.

Au-delà de ces deux grandes lignes, on voit aussi qu'en l'espace de plusieurs mois, le regard des Français et plus particulièrement des sympathisants de la droite et du centre a évolué : sur l'ensemble des traits d'image testés, quels que soient les scores observés, on s'aperçoit que d'une manière générale, Alain Juppé tend à progresser face à Nicolas Sarkozy qui tend à baisser.

Pour autant, il n'y a pas de jeu de vase communicant parfait entre les deux favoris de la primaire à droite puisque l’on constate aussi une progression de la proportion de personnes interrogées ayant répondu "ni l'un ni l'autre" sur la plupart des items proposés. Alors que la campagne pour la primaire n'a pas encore commencé, une proportion non négligeable d'électeurs potentiels, de sympathisants de la droite et du centre restent encore à convaincre soit par l'un soit par l'autre pour dégager des lignes plus claires dans la perspective des scrutins à venir.

52% des sympathisants des Républicains considèrent qu'Alain Juppé a le plus de chances de gagner la présidentielle en 2017 (contre 34% pour Nicolas Sarkozy), mais seuls 36% considèrent qu'il ferait un meilleur président de la République contre 45% pour Nicolas Sarkozy. Est-ce le signe d'une résignation des sympathisants des Républicains ?

Ce sont deux résultats très intéressants parce qu'ils montrent combien en l'espace de quelques mois, Alain Juppé, notamment auprès des sympathisants des Républicains, apparaît de plus en plus comme celui ayant le plus de chances de gagner la présidentielle en 2017 : 52% des sympathisants des Républicains citent aujourd'hui Alain Juppé face à Nicolas Sarkozy, soit 21 points de plus qu'en septembre 2015, tandis que le score de Nicolas Sarkozy baisse de 25 points. Sous l'effet de l'actualité au sens large, de l'amorce de la campagne électorale et des enquêtes d'intentions de vote présidentielles, est en train de s'installer l'idée qu'entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, le maire de Bordeaux est celui qui aurait le plus de chances de l'emporter en 2017. Cela peut constituer un avantage concurrentiel important pour Alain Juppé car on sait qu'une élection primaire -dont la visée est de désigner le champion de son camp pour l'élection présidentielle- est aussi influencée par un vote stratège. Ainsi, ceux qui vont voter à la primaire vont désigner un candidat en fonction de l'image des personnalités, de leurs propositions mais aussi en fonction des chances de chacune d’elle de gagner l'élection présidentielle. Ceci étant dit, aussi forte soit la progression d'Alain Juppé par rapport à septembre 2015, son score reste encore largement perfectible : 52% c'est tout juste la moitié des sympathisants des Républicains qui citent aujourd'hui Alain Juppé quand plus du tiers se porte encore sur Nicolas Sarkozy.

De plus, il est intéressant de mettre ces résultats en parallèle avec l'item "ferait un meilleur président de la République" puisque sur cette dimension c'est Nicolas Sarkozy qui l'emporte face à Alain Juppé. Ce résultat témoigne d’une forme d'hésitation voire de tension au sein de l’électorat LR, lequel balancerait entre l’objectif de s’assurer d’une victoire en 2017 et un attachement qui reste fort à l’ancien chef de l’Etat, dont la stature présidentielle séduit toujours. Toutefois, si l'avantage est pour Nicolas Sarkozy, il est intéressant de noter que celui-ci perd du terrain par rapport au mois de septembre (-16 points), alors qu'Alain Juppé progresse de 9 points. Tout ceci crée aujourd'hui une forte incertitude quant à l'issue de la primaire qui aura lieu les 20 et 27 novembre prochain.

 

Si Alain Juppé devance Nicolas Sarkozy sur l'ensemble des dimensions stratégiques, il ne suscite pas l'enthousiasme. A moins d'un an de la présidentielle, quel candidat de droite pourrait rivaliser avec Alain Juppé sur ces dimensions "présidentielles" et susciter davantage d'adhésion ?  

Cette enquête montre les forces d'Alain Juppé mais aussi ses faiblesses. Il reste beaucoup à faire à Alain Juppé pour convaincre l’électorat potentiel à la primaire que c'est lui qui a aujourd'hui les meilleurs atouts pour être élu en 2017 et réformer le pays. A ce stade, Nicolas Sarkozy est incontestablement le rival le plus dangereux pour Alain Juppé car il bénéficie naturellement d'un avantage lié à la fonction présidentielle qu'il a occupée entre 2007 et 2012.

Ceci étant dit, il faut garder à l'esprit que la campagne pour la primaire n'a pas encore véritablement commencé. Au-delà des favoris, il y a au moins deux challengers : François Fillon et Bruno Le Maire qui, bénéficiant d'une meilleure visibilité lors de la campagne à venir, pourraient être en mesure de faire bouger les lignes. Il est possible que le regard des Français et plus particulièrement des électeurs à la primaire change sur ces personnalités. Les électeurs de la primaire leur reconnaîtront peut-être davantage qu'aujourd'hui une stature présidentielle, une capacité à accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat, ce qui pourrait fragiliser non seulement Alain Juppé mais aussi Nicolas Sarkozy dont la personnalité reste extrêmement clivante.   

Il faut donc rester prudent, la vraie campagne ne débutera au mieux que fin août-début septembre. A ce moment-là, les lignes pourraient véritablement bouger et il sera intéressant de voir comment le regard des Français et de ceux qui voteront à la primaire évoluera ou pas sur chacun des candidats en présence et qui, en définitive, en tirera le plus grand profit. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 22/06/2016 - 16:32
Juppé
Encore! Quand donc remettrez vous ce cheval de retour au pré de repos dont vous le tirez. Nous nous plaignons de Hollande, nous verrions pire avec Juppé, roi fainéant à la Chirac, et lâche.. L'élire serait un suicide définitif .Les Québécois ne s'y sont pas trompés: ils nous l'ont renvoyé.
Ganesha
- 22/06/2016 - 11:56
Total désarroi
Total désarroi de tous les ''gentils intervenants'' qui cherchent désespérément des arguments qui pourraient empêcher une élection triomphale de Marine Le Pen en 2017. Autrefois, on parlait de ''Discussions de Café du Commerce'', mais désormais cela fait plutôt penser aux populations déshéritées qui, dans le Tiers-Monde, vivent sur les champs d'épandage des ordures !
john mac lane
- 22/06/2016 - 11:07
Quel choix de merde. Reprendre les causes des conséquences
Entre un statutaire retraité muti-pensionné de régimes spéciaux qui a fait aucun effort pour toucher à ces régimes spéciaux à l'époque ou il le pouvaitce concept socialiste de l'iniquité et un mégalomanne revanchard qui a embauché plus de ministres socialistes que de libéraux.....
La droite est mal barrée...