En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 6 heures 15 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 7 heures 43 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 9 heures 2 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 9 heures 40 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 4 heures 10 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 4 heures 57 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 8 heures 45 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 9 heures 20 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 10 heures 26 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 11 heures 17 min
Politico Scanner

Comment Manuel Valls amortit la chute de François Hollande en payant à sa place (et au prix fort) le bilan de son quinquennat

Publié le 25 mai 2016
Entre avril 2014 et mai 2016, Manuel Valls et François Hollande ont vu leur popularité chuter drastiquement. Néanmoins, les rythmes de ces dégringolades n'étaient pas exactement les mêmes... et pour cause ! Le président de la République a su faire du Premier ministre son bouclier humain.
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre avril 2014 et mai 2016, Manuel Valls et François Hollande ont vu leur popularité chuter drastiquement. Néanmoins, les rythmes de ces dégringolades n'étaient pas exactement les mêmes... et pour cause ! Le président de la République a su faire du Premier ministre son bouclier humain.

Atlantico : Entre avril 2014 et mai 2016, François Hollande a connu une chute de 3 points dans l'opinion, tombant de 24% d'opinions favorables à 21%. Dans le même laps de temps, Manuel Valls a pour sa part essuyé une descente autrement plus sévère : de 46% en avril 2014, il finit à 25% en mai 2016. Comment expliquer une telle dégringolade ?

Jean-Daniel Lévy : Rappelons d'abord que pour l'un comme pour l'autre, tant Manuel Valls que François Hollande, il ne s'agit pas d'une baisse continue. Il y a eu des soubresauts, notamment au moment des tensions générées par les attentats. Dans ce genre de situations, on constate généralement une remontée forte du président de la République, mais aussi du Premier ministre. Néanmoins, il apparait clairement que depuis février 2015, soit la première vague d'attentat, François Hollande comme Manuel Valls font face à une baisse structurelle. Cela est lié à plusieurs raisons. Pour François Hollande, c'est en parti dû à une interrogation sur ses capacités à mener à bien la mission qui est la sienne : établir une ligne de conduite pour le pays, mais aussi définir une France dans laquelle la population française saurait se projeter à l'horizon 2017, ou plus tard. Pour Manuel Valls, cette baisse est beaucoup plus prononcée et c'est d'autant plus vrai depuis les attentats de novembre dernier. Aujourd'hui, Manuel Valls souffre des questions qui s'élèvent sur ce qu'il porte politiquement, sur ce que porte le président de la République. Jusqu'à présent, François Hollande ne s'était pas arrogé les thématiques relatives à la nation ou à la République, qui demeuraient des sujets associés à Manuel Valls. Depuis les attentats du vendredi 13 novembre, toutefois, il investit beaucoup plus ce terrain. Ce faisant, il prive au moins partiellement Manuel Valls de ce qui faisait sa spécifité vis-à-vis de l'opinion publique.

N'oublions pas non plus que le rôle d'un Premier ministre consiste aussi à se tenir en première position sur les sujets les plus sensibles. Il est difficile de dire de Manuel Valls qu'il a bloqué la baisse de François Hollande, en cela que ce dernier a également baissé. Il est cependant assez marquant de constater que deux aspects ont eu un impact majeur au cours de la période actuelle. Le premier d'entre eux, c'est le débat sur la déchéance de nationalité assez préjudiciable au gouvernement, particulièrement pour le Premier ministre. En deuxième lieu, il est important de souligner que le débat sur la loi El Khomri laisse le sentiment d'une ambivalence sur le fond autant que sur la forme. D'abord par rapport aux aspirations des Français, ensuite vis-à-vis de celles des sympathisants de gauche. Ensuite parce que les Français sont favorables à ce qui est une réforme qui, du reste, cherche à valoriser l'emploi. Cependant, celle-ci fait l'objet d'une exception car elle insulte les valeurs de la gauche. Enfin, ambivalente parce qu'il existe clairement en France l'ambition d'avancer et de réformer vite mais qu'en parallèle, l'utilisation du 49.3 – ainsi que la manière dont se déroulent les débats – réactive de fortes critiques à l'encontre de Manuel Valls. Il était apprécié parce qu'il incarnait l'autorité, il est désormais sous le feu des accusations parce qu'il est maintenant jugé autoritaire.

Manuel Valls n'a pas empêché la baisse de François Hollande – leurs deux chutes sont d'ailleurs assez similaires –, mais il focalise clairement plus les attaques sur lui que ce n'était le cas auparavant. La baisse de François Hollande est également moins marquée depuis, mais il ne faut pas oublier de prendre en compte qu'il part aussi de beaucoup plus bas. Notons tout de même qu'aujourd'hui François Hollande reste moins populaire que Manuel Valls, ce qui n'a pas toujours été le cas des Premiers ministres de septennat (hors période de cohabitation).

En avril 2014, 22 points séparaient Manuel Valls de François Hollande. Aujourd'hui, en mai 2016, le rapport de force dans l'opinion semble moins clair puisque seuls 4 points marquent encore la différence. François Hollande pourrait-il devenir moins impopulaire que son Premier ministre ?

Ce n'est pas inenvisageable. On constate effectivement une petite progression de François Hollande au cours de la période récente, mais le jugement à l'égard des personnalités politiques reste assez mauvais dans la situation actuelle. Or, selon une perception globale, le gouvernement actuel ne correspond d'ores et déjà plus à son électorat originel du premier tour. Ce sentiment vaut tant pour la déchéance de nationalité que pour le texte de la loi travail porté par Myriam El Khomri : dans ces deux cas, l'une des premières critiques prononcées par les sympathisants de gauche ne porte pas sur l'efficacité des mesures proposées, mais sur les valeurs qu'elles portent, celles que portent le Président et son Premier ministre. Aujourd'hui, François Hollande a incarné, d'une manière assez diffuse certes, les valeurs de la gauche. C'est en tout cas plus prononcé que par le passé et c'est au travers de ce genre d'initiatives qu'il pourrait potentiellement remonter.

Une inversion des courbes, avec un Manuel Valls distancé par François Hollande, n'est donc pas de facto impossible. Dans les faits, en vérité, tous les scénarios sont possibles. Cela dépendra aussi de la réaction des Français d'une manière générale, notamment aux débats en cours. Est-ce que c'est Manuel Valls qui pâtira le plus des blocages qui existent dans la société française ? Ce que l'on peut clairement constater, c'est qu'à ce jour, le Premier ministre est en première ligne. Pas le Président.

Dans quelle mesure peut-on considérer que l'avenir politique de Manuel Valls est bouché ? Quels sont ses éventuels espoirs de remonter ?

Tout dépend bien évidemment de l'échéance à laquelle on se positionne. A relativement court terme, l'espace de Manuel Valls apparaît indéniablement plus difficile que par le passé. D'autant plus dans la mesure où le Premier ministre apparaît concurrencé par Emmanuel Macron. Clairement, l'avenir à court terme de Manuel Valls semble aujourd'hui moins prometteur qu'il n'y a quelque mois… Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il soit complètement bloqué. Mais sa singularité est diminuée, notamment parce que le Président joue sur les mêmes thématiques que lui. Il a également une capacité à diffuser un message différent amoindrie, en comparaison au passé. Moins de capacité également à incarner une certaine forme de jeunesse au sein de la gauche. Ce qui faisait la spécificité de Manuel Valls ne se retrouve pas dans l'immédiat.

A plus long terme, il est n'est pas inenvisageable qu'il récupère une certaine légitimité pour s'exprimer sur ce que peut être l'état de la nation française dans la mondialisation, mais aussi pour expliquer des concepts comme celui de l'Etat, de la nation, de l'autorité ou de laïcité à l'aune du XXIè siècle.

En tant que Premiers ministres, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls ont été malmenés dans l'opinion. S'agit-il d'une conséquence inévitable, simplement liée à cette fonction, ou François Hollande est-il le seul à brûler à ce point ses chefs de gouvernement ?

Il ne s'agit clairement pas de quelque chose inévitable ou d'une contrainte liée à la fonction de Premier ministre à proprement parler. J'en veux pour preuve qu'il existe des alternatives à la façon dont ont procédé François Hollande et Jean-Marc Ayrault où à la façon dont procèdent François Hollande et Manuel Valls. Nous sommes aujourd'hui face à des électeurs qui attendent une action de la part de l'exécutif et qui jugeront tant l'action que ce qu'aurait pu être cette autre réalité politique. Notons également qu'en 2012, François Fillon n'est pas sorti de Matignon diminué vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, aux yeux des électeurs de droite et de l'UMP. Au contraire, même : une différence était effectuée entre l'action du Président et celle du Premier ministre.

Chiffres issus du sondage Harris Interractive pour "Délits d'Opinion" ; "Baromètre de confiance dans l'exécutif (vague 48 - mai 2016)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 27/05/2016 - 17:18
Manuel Valls et Fr. Hollande
Je suis loin de porter M. Valls aux nues, mais si Fr. Hollande réussit sa maneuvre: l'éliminer par démission ou éviction, je prie pour que les Français s'en souviennent et votent de façon à éliminer définitivement ce monstre de mensonge et d'inefficacité qu'est notre Président. Nous avons eu l'incroyable bêtise d'élire pour notre malheur, ne nous laissons pas leurrer une deuxième fois.
Fondation pour l'innovation politique
- 27/05/2016 - 11:11
Manuel Valls fait entendre,
Manuel Valls fait entendre, depuis de longues années, sa musique particulière au sein de la gauche socialiste. Rentré jeune en politique puisqu’il adhère, en 1980, à l’âge de 17 ans au Parti socialiste, il le fait en épousant des choix minoritaires puisqu’il soutient alors l’éternel opposant de François Mitterrand, Michel Rocard, le chantre de la « deuxième gauche ». C’est dans ce courant d’idées qu’il fera ses premiers pas politiques d’attaché parlementaire, de responsable partisan et d’élu régional. Retrouvez l'analyse de Pascal Perrineau "De quoi est fait le vallsisme ?" sur le blog Trop Libre de la Fondation pour l'innovation politique : http://goo.gl/fZXfi7
AvecNS
- 25/05/2016 - 23:08
Le scooter, Léonarda, Cahuzac, les bourdes
les mensonges, la France décrédibilisée depuis 2012, en chute libre, ce n'est pas "la faute à Valls". Lui, à part les coups de menton, les coups de g....le, la main qui tremble et le 49-3, what else ?