En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 14 heures 14 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 50 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 19 heures 2 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 54 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 54 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 54 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 59 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 54 min
Rhétorico-laser

"Abracadabrah, c’est l’Etat qui paiera !" : la formule magique chère à François Hollande et dans laquelle bien des Français croient encore

Publié le 18 avril 2016
Le Président a déclaré ce vendredi dans l’Oise : "l’Etat prend intégralement en charge la baisse des cotisations familiales" dans le cadre de la nouvelle étape du Pacte de responsabilité. L'essentiel est dans la rhétorique omniprésente d’un "Etat qui paie", comme s’il disposait de ses propres ressources, ce fameux "argent public", dont il oriente la répartition en fonction de "l’intérêt général".
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président a déclaré ce vendredi dans l’Oise : "l’Etat prend intégralement en charge la baisse des cotisations familiales" dans le cadre de la nouvelle étape du Pacte de responsabilité. L'essentiel est dans la rhétorique omniprésente d’un "Etat qui paie", comme s’il disposait de ses propres ressources, ce fameux "argent public", dont il oriente la répartition en fonction de "l’intérêt général".

Après avoir répété son désormais légendaire « ça va mieux ! », le Président a déclaré ce vendredi dans l’Oise : « l’Etat prend intégralement en charge la baisse des cotisations familiales » dans le cadre de la nouvelle étape du Pacte de responsabilité. Même si François Hollande s’est bien gardé de rappeler que cette « nouvelle étape » a été retardée de 3 mois, l’essentiel est ailleurs : dans la rhétorique omniprésente d’un « Etat qui paie », comme s’il disposait de ses propres ressources, ce fameux « argent public », dont il oriente la répartition en fonction de « l’intérêt général ». 

Qu’on ne s’empresse pas de dénoncer ici un nouvel effet de « l‘idéologie socialiste » : la conviction est bien plus profonde et transpartisane : elle repose sur une culture étatiste très ancrée dans notre pays, remontant à l’Ancien Régime où « le Roi propriétaire éminent du Royaume », comme disait ses juristes, décidaient de la part à prélever sur le peuple, selon son « bon plaisir ». 

Rebaptisé « intérêt général » par la République, ce bon plaisir prospère depuis, tandis que « l’argent public » se voit revêtu d’une légitimité que ne saurait bien sûr avoir le vil argent privé, fruit de la cupidité individuelle. Conséquence logique : le prélèvement étatique n’a aucune limite a priori : cf la taxe à 75%. Car, si l’on y réfléchit bien, l’impôt n’est-il pas une opération de purification salutaire, une merveilleuse alchimie fiscale transformant les profits égoïstes en bons et purs deniers publics ? D'où les cris d’orfraie et l’indignation un rien hypocrite, à chaque affaire d’évasion fiscale, dénoncée par le concert des belles âmes comme une scandaleuse spoliation du bien commun… 

Mais il se pourrait bien que le consentement à l’impôt commence à vaciller devant les règles dérogatoires d’un Etat qui ne pratique pas la vertu financière qu’il impose férocement - tout comme le droit du travail - au secteur privé. Au-delà du détournement pur et simple de fonds publics, la pratique bien plus répandue d’une gestion laxiste de « l’argent public » demeure encore en France péché véniel. Pour l’année 2015, les saisines de la Cour de discipline budgétaire et financière (CDBF) se sont élevées en tout pour tout à… 23 ! Et la Cour de se féliciter que ce chiffre « relativement élevé » (sic) est « au-dessus de la moyenne constatée pendant la période 2006-2015 (15 saisines) » (rapport d’activité 2015 de la CDBF). On reste confondu devant tant de vertu gestionnaire de nos décideurs publics. Hélas, la multiplication des rapports à charge de la Cour des comptes ne permet guère d’y croire.

Mais le plus grave est ailleurs, comme le montre la politique actuelle du gouvernement de distribution de chèques : agriculteurs, fonctionnaires et jeunes. Catégories qui demandent pourtant tout autre chose : les agriculteurs, non des subventions, mais des prix rémunérateurs ; les fonctionnaires, non une hausse dérisoire du point d’indice, mais des vraies perspectives de carrière ; et les jeunes, non des indemnités, mais des opportunités. Qu’importe : l’Etat fait la charité à ses pauvres ! 

Et derrière le beau mot « d’argent public », se développe ainsi un clientélisme gigantesque  qui absorbe 57% de la production nationale, à travers les milliards de subventions, les millions de fonctionnaires, les milliers d’organismes publics et parapublics, les innombrables petits arrangements de la classe dirigeante, et surtout l’exonération fiscale de plus de la moitié de la population ; et comme celle-ci est aussi largement bénéficiaire des prestations du même Etat, la voici pieds et poings liée à sa manne financière. Enfin, comment tant de médias dépendant des subventions publiques pourraient-ils plaider pour la moindre restriction de la dépense collective ?

Une « manne » dont il serait peut-être temps de rappeler qu’elle provient de contribuables de moins en moins nombreux et sur lesquels se concentre de plus en plus le prélèvement fiscal ; ou qu’elle est reportée, via la dette, sur les générations futures qui paieront demain les largesses d'aujourd'hui. 

Non, il n’y a pas « d’argent public » mais le seul « argent des contribuables ». Bercy, qui aime à qualifier les autres ministères de « dépensiers », n’a jamais « gagné » un euro, pas plus que l’Etat n‘a jamais « créé » un emploi. Quant au Pacte de responsabilité, il n’est en rien « financé par l’Etat » comme on l’entend partout, mais par un moindre prélèvement sur les richesses produites par les entreprises elles-mêmes. Et qui restent, Pacte ou pas, les plus taxées d’Europe. 

Le redressement du vocabulaire est donc, dans ce domaine comme les autres, un préalable indispensable au redressement du pays. 

S’il est encore possible, tant la somme des intérêts catégoriels liés à la trompeuse manne étatique est devenue, de promesses en largesses, de déficit en dette, chaque année plus colossale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ici Londres
- 19/04/2016 - 16:00
Piketty fait des petits émules ...
chez certains demeurés post-communistes séniles au FN...
Ganesha
- 19/04/2016 - 09:04
Ce n'est pourtant pas bien difficile à comprendre...
Ce n'est pourtant pas bien difficile à comprendre, et cela dure depuis plus de trente ans : le cartel PS-Ripoublicains est un parti unique dont le but réel est de permettre aux 1 % de privilégiés qui détiennent le vrai pouvoir, de s'enrichir sans limite. Cependant, pour éviter la révolution, ou une trop grande insécurité, il faut, malgré tout, éviter que les peuple ne meure vraiment de faim. Les dindons de la farce, ce sont les classes moyennes qui n'ont toujours pas compris le fonctionnement du système !
vangog
- 19/04/2016 - 01:43
L'année père Noël sera grandiose!
...un feu d'artifice de cadeaux, se terminant par le bouquet final...la flambée du sapin par sur-tension de Flamby-le-flambeur, apprenti-sorcier du socialisme de redistribution de ce qu'il ne possède pas... Quand on va leur présenter la note des cadeaux de Flamby, les sans-dents risquent d'en avaler leur dentier...