En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 10 heures 25 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 15 heures 54 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 15 heures 48 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 18 heures 39 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 12 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 13 heures 1 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 15 heures 18 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 16 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 18 heures 39 min
Rhétorico-laser

Humble et pressante supplique pour une révolution rhétorique des médias !

Publié le 11 avril 2016
A 6 mois des primaires, à un an des présidentielles, il serait temps de passer aux questions de fond sur les enjeux majeurs du pays et les visions proposées par les uns et les autres. Un exercice qui redonnerait couleur et noblesse à un débat politique qui s’annonce bien plus ouvert et mobilisateur que ne le proclament les esprits blasés.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A 6 mois des primaires, à un an des présidentielles, il serait temps de passer aux questions de fond sur les enjeux majeurs du pays et les visions proposées par les uns et les autres. Un exercice qui redonnerait couleur et noblesse à un débat politique qui s’annonce bien plus ouvert et mobilisateur que ne le proclament les esprits blasés.

La pente est si naturelle, si tentante et si confortable : comme on l’aime la guéguerre des égos politiques, de petites phrases en grosses allusions, de demi-confidences en pierres dans le jardin du voisin et de billards à triple bande en calculs à X inconnues ! Malgré la qualité réconfortante d’émissions et de réflexions vraiment citoyennes, une bonne part de la classe médiatique se régale encore des enjeux de personnes :  après tout la logique des primaires et la personnalisation extrême du pouvoir en France ne légitiment-ils pas l’exercice ? Les plus belles histoires ne sont-elles pas toujours des combats d’hommes depuis César et Pompée, Octave et Antoine ? Quoi de plus beau, quoi de plus humain qu’une haine recuite, une rancœur ressassée, une vexation inexpiable ? Un zeste de Mazarin et de cardinal de Retz, et voici le tout promu au rang de genre littéraire, de si belle tradition française et aux si grandes opportunités éditoriales. 

Au point que les candidats sont instamment priés de ne pas rechigner et de fournir sans discontinuer de la chair à « petites phrases ». Qu’ils ne s’avisent donc pas de vouloir parler de diagnostic, de vision, de programme, de méthode : non, ce qu’on veut savoir, c’est si, pour eux « Sarko est condamné », « si François Hollande peut encore être candidat », « si Juppé, c’est déjà gagné », « s’ils croient en Macron » ou « si Bruno Le Maire est nouveau en politique ? ».

Autant de questions qui, tout l’indique, n’ont que deux petits défauts : elles découragent les meilleures volontés et insupportent les Français, contribuant à leur désaffection à l’égard d’un débat stérile, désaffection que les mêmes commentateurs sont les premiers à déplorer ; et ils somment la classe politique de « se renouveler » tout en lui imposant le questionnaire usé jusqu’à la corde : « au- fait-vous- pensez-quoi-de-la-dernière-déclaration-d’un-tel-sur-un-tel ? « Si vous faites ceci, c’est contre qui ? ». Dernière spéculation à la mode : Emmanuel Macron, désormais « en marche », est-ce pour/contre/à côté/aux côtés/en soutien/en embuscade/en deçà/ au-delà d’une candidature Hollande en 2017 ? La population française tout entière retient son souffle…

Or la campagne qui s’annonce pourrait bien déjouer tous les pronostics, à commencer par les têtes d’affiche et les recettes convenues qu’un grand vent de rajeunissement est en train de sérieusement secouer, à moins qu’un raz-le bol général ne vienne emporter le décor et les acteurs.

Pour le prévenir, et quoi que l’on entende partout, des idées sont avancées à droite, à gauche et ailleurs : sur lesquelles on aimerait en savoir plus, grâce à des questions de fond, laissant, si possible, aux intéressés le temps de répondre. Eh oui, le big bang économique libéral préconisé par F. Fillon, la révolution de la gouvernance proposée par Bruno Le Maire, le nouveau clivage progressisme/conservatisme avancé par Emmanuel Macron, ou le combat idéologique contre l’Islam salafiste revendiqué par Manuel Valls, tout cela c’est du fond. Et du neuf. Et tout cela, oui, peut bel et bien intéresser les Français.

On dira que tout cela ne va pas assez loin. Que certains se contredisent. Que beaucoup restent dans le flou. Enfin et surtout que des enjeux fondamentaux demeurent à peine abordés comme le devenir de l’Europe.

Certes, mais alors que les médias les posent ; qu’ils creusent, poussent, interrogent ! Et pas pour savoir ce que Fillon pense de Juppé et Juppé de Sarkozy, si BLM est d’accord avec NKM, si Hollande veut piéger Valls via Macron ou Valls, Macron via El Khomri.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ici Londres
- 11/04/2016 - 21:24
Entièrement d'accord...
c'est pourquoi des hommes qui ont beaucoup travaillé le fond comme F. Fillon, mais aussi certains autres n'intéressent pas es chercheurs d'embrouilles appelés journalistes.
OLYTTEUS
- 11/04/2016 - 20:34
La forme et le fond
Excellent article;privilégier la forme,les rapports personnels ,c'est affaiblir
la démocratie;les journalistes radio et TV en particulier se sentent comme une élite (ils en savent des petites choses sur la classe politique, les parisiens) mais illustrent à merveille le divorce peuple-élites.un grand média ferait 15mn sur un problème politique ,5soirs par semaine, en période préélectorale et électorale qu'il ferait un tabac mais aussi oeuvre de salubrité publique.(c'est une idée de Nicolas Dupont Aignan)ce serait agréable pour le peuple de ne pas être traité comme un enfant dans la cour de l'école.
Fran6
- 11/04/2016 - 18:55
c'est foutu
les médias sont entrés en transe face à la macronite aiguë qui sévit depuis plusieurs jours, faut d'abord les soignés puisque que pour les politiques, c'est trop tard