En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 min 52 sec
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 51 min 1 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 34 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 19 heures 9 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 30 min 5 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 32 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 3 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 15 heures 15 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 45 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 37 min
Politico Scanner

Petit historique de l’impact dans l'opinion des reculs gouvernementaux sur des réformes contestées

Publié le 16 mars 2016
Le gouvernement recule sur la loi Travail, dite El Khomri. Ce n'est pas la première fois : en 2005, Dominique de Villepin avait dû abandonner le CPE, pourtant voté par le Parlement. En 1995, c'est le plan Juppé sur la retraite et la Sécurité sociale qui est abandonné, avec des conséquences diverses pour la popularité des gouvernements en place.
Antoine Jardin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po. Jeune docteur, il a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement recule sur la loi Travail, dite El Khomri. Ce n'est pas la première fois : en 2005, Dominique de Villepin avait dû abandonner le CPE, pourtant voté par le Parlement. En 1995, c'est le plan Juppé sur la retraite et la Sécurité sociale qui est abandonné, avec des conséquences diverses pour la popularité des gouvernements en place.

Atlantico : Cette semaine, le gouvernement a profondément modifié son avant projet de loi de réforme du Code du travail. Quel impact pour les gouvernement d'Alain Juppé et de Dominique De Villepin le retrait du plan Juppé (1995) et de la loi CPE (2006) ont pu être enregistrés concernant leur cote de confiance ?

Antoine Jardin : Lors des mouvements sociaux précédents, nous n'étions pas dans le même contexte de crise économique. Le sentiment des français sur ce qu'il était possible de développer en matière d'action contre le chomage et la précarité était plus optimiste. Dans ces deux mouvements, la perte de confiance en l'exécutif fut importante, on peut dire que ces épisodes ont durablement écarté du pouvoir les premiers ministres respectifs qu'étaient Alain Juppé et Dominique de Villepin.

Ces enseignements peuvent-ils nous éclairer sur l'opinion à venir pour Manuel Valls, Myriam El Khomri et François Hollande ?

Il est difficile de transposer les enseignements du mouvement contre le CPE à la période actuelle. Tout d'abord, la crise économique change les attentes des français en matière économique et sociale. Par ailleurs, le contexte de violence des attentats a fait remonter l'enjeu de la sécurité au premier plan des préoccupations, ce qui n'était plus le cas depuis la crise de 2008. Enfin, le mouvement d'opposition s'élève aujourd'hui contre un gouvernement de gauche, qui fait face à la défiance de sa propre base. Cette défiance n'est pas nouvelle, on l'a déjà vu dans les différentes élections intermédiaires avec une baisse de la participation et du score de la gauche en voies. 

Aujourd'hui, elle se cristallise dans un mouvement syndical, mais celui ci reste divisé et d'ampleur intermédiaire.

Les mouvements de protestation contre la réforme du Code du travail n'ont pas eu l'ampleur de celles contre le Plan Juppé ou contre le CPE... Peut-on malgré tout trouver des éléments communs entre ces trois mobilisations / contextes sociaux qui ont favorisé un retrait ou une dénaturation du projet de loi ?

La logique de réponse de l'exécutif est différente. Là où Alain Juppé et Dominique de Villepin s'engageait dans un bras de fer avec l'opinion de gauche et ses organisations, Myriam El Khomri, Manuel Valls et François Hollande tentent davantage de trouver un compromis avec une partie des syndicats. C'est un pari risqué car il contribue à accentuer les divisions internes à la gauche, après le débat sur la déchéance de nationalité. En conséquence, il pose de nouvelles difficultés dans la perspective de la présidentielle de 2017, ou la fragmentation des candidatures à gauche est amorcée suite à la déclaration de Jean-Luc Mélenchon.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires