En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 3 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 7 heures 43 sec
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 7 heures 20 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 22 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 7 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 22 heures 31 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 1 jour 46 min
Politico Scanner

Journée de grève et de mobilisation : les manifestants anti loi El Khomri sont-ils les plus concernés par la réforme du code du travail ?

Publié le 09 mars 2016
Comme de coutume, ce sont principalement les salariés du secteur public qui descendent dans la rue pour protéger un code du Travail... qui ne s'applique pas à eux.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme de coutume, ce sont principalement les salariés du secteur public qui descendent dans la rue pour protéger un code du Travail... qui ne s'applique pas à eux.

Atlantico : Education nationale, universitaires, fédération CGT des services publics mais aussi appels à la grève dans plusieurs entreprises du privé... Quelle sociologie peut-on faire des personnes qui manifestent aujourd'hui contre la loi El Khomri ? PME, grandes entreprises, services publics... Qui sont-ils ?

Eric Verhaeghe : Majoritairement des actifs qui ne relèvent pas du secteur privé ni du code du travail. Parmi eux, on trouve un grand nombre de fonctionnaires peu concernés par la réforme du marché et du droit du travail (et même pas concernés du tout), épuisés par une politique salariale publique qui n'a ni queue ni tête. Rappelons ici qu'en 2012 la gauche a arrêté le plan de suppression d'emplois lancé par Nicolas Sarkozy, avec son non-remplacement des départs à la retraite. La même gauche a même décidé de recruter de manière totalement dogmatique et populiste 60 000 enseignants en plus, sans se poser la question de l'intelligence de cette mesure. Résultat : face à la contrainte budgétaire, il a fallu rémunérer ces nouveaux venus en gelant les salaires pendant plusieurs années. Même si diverses stratégies de contournement ont été mises en place pour "dégeler" en partie la situation, il n'en reste pas moins que les fonctionnaires sont désespérés par une situation bloquée pour longtemps. 

Hubert Landier : On trouvera dans la rue trois types de manifestants.

D’abord, les conservateurs ; pour eux, tout changement au code du Travail, dès lors qu’il remet en cause certaines protections légales, apparaît comme un danger, voire comme une profanation. Et cela même s’il s’agit d’adapter le droit à l’évolution des réalités économiques et de favoriser la création d’emplois. Et même si ces protections légales sont plus formelles que réelles. Les conservateurs sont installés derrière des textes et ils craignent que leur remise en cause ne débouche sur la fin de leur tranquillité. Ce sont des rentiers qui défendent leur rente.

Viennent ensuite ceux qui sont animés par une intention idéologique ou un projet politique. Il s’agit pour eux de dénoncer "les cadeaux aux entreprises", ou "la dérive libérale du Gouvernement". Certains sans doute sont sincères dans leur indignation, mais ils ne s’aperçoivent pas qu’ils sont manipulés par des leaders soucieux d’abord de faire tomber le Gouvernement afin de prendre sa place.

Viennent enfin les réformistes, pour lesquels il s’agit d’obtenir des améliorations et qui reprochent au Gouvernement de n’avoir pas laissé davantage de place au point de vue des syndicats avant de présenter son projet.

Vous amalgamez tout ça, vous y rajoutez les revendications salariales à la SNCF et à la RATP, et ça vous donne la journée d’action du 9 mars.

Parmi les salariés qui défilent contre la loi El Khomri, combien sont réellement concernés par une réforme du droit du travail ?

Eric Verhaeghe : A ce stade, très peu et pour une raison simple : les salariés du privé savent que des adaptations sont indispensables. Chaque jour, ils mesurent l'absurdité des situations qu'ils connaissent en interne. Les protections souvent absurdes que le Code du Travail offrent aujourd'hui servent régulièrement les tire-aux-flancs et désespèrent les "travailleurs" qui jouent le jeu du collectif. Rien n'est plus agaçant pour un collègue que de devoir faire le boulot de ceux qui utilisent le Code du Travail comme une arme pour protéger leur paresse ou se défiler au maximum des tâches qui leur reviennent. L'idée que le Code du Travail n'est pas assez protecteur est une posture de ceux qui ne connaissent rien à la vie de l'entreprise. Il y a donc peu de chances pour que les salariés du privé se "retournent" véritablement contre le projet de loi. En revanche, il existe un risque évident de voir les "troupes" étudiantes servir d'idiots utiles pour une contestation dont ils seront les premières victimes. 

Quel point peut-on faire aujourd'hui de la légitimité des syndicats représentants les salariés, nombreux à se positionner contre les intentions de la loi El Khomri ?

Eric Verhaeghe : Il existe deux blocs distincts. Les réformistes se focalisent aujourd'hui contre deux ou trois mesures, comme la barémisation des indemnités de licenciement, mais ne contestent pas vraiment le fond de la loi. Celle-ci propose de déroger au Code du Travail par accord d'entreprise. C'est un dispositif qui aide surtout les grandes entreprises mais les amateurs du genre trouveront que le texte va dans le bon sens. La victoire du Gouvernement est d'éviter le débat sur ces points-là et de le concentrer, somme toute, sur des points mineurs par rapport à l'économie d'ensemble. On notera que ce pôle réformiste est le plus représentatif du secteur privé : il regroupe les confédérations syndicales qui sont dominées par les fédérations du privé (CFDT, CGC, CFTC). L'UNSA fait exception parmi eux.

L'autre bloc, celui des "contestataires", qui demande le retrait global du texte, regroupe les syndicats dominés par les fonctionnaires ou les entreprises publiques. C'est évidemment le cas de la CGT et de FO, qui détiennent des bastions dans les services publics. Ceux-là ne craignent évidemment rien du chômage, ni du marché de l'emploi. Ne pas le réformer leur convient donc très bien. 

Hubert Landier : Les syndicats représentatifs des salariés au niveau national sont au nombre de 5. Deux d’entre eux, la CGT et FO, réclament le retrait du texte et trois autres, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC, veulent des modifications, ce qui n’est pas la même chose.

Les autres, soit n’ont qu’une faible influence, soit ne sont pas concernés, ce qui est le cas des syndicats d’étudiants, de magistrats ou d’enseignants. Ils sont là pour faire nombre mais cela ne doit pas faire illusion.

Comment évoluer le potentiel contestataire de l'articulation du mouvement social contre la réforme ferroviaire et de celui contre la loi El Khomri ?

Eric Verhaeghe : C'est la grande inconnue, et la grande crainte du Gouvernement ! La peur de voir un "mouvement social" éclaté de façon fortuite, mais qui surferait sur la grogne latente dans le pays, traverse le pouvoir depuis la crise de 2008. C'est le réflexe bien connu du : "Et si les Français descendaient dans la rue pour préparer le Grand Soir" ? Chaque conjonction de mouvement social donne lieu à la même crainte. Rien n'exclut qu'elle ne se produise, mais cette idée est forcément biaisée par la reconstruction a posteriori de l'histoire de la Révolution Française. Des générations d'historiens marxistes nous l'ont dépeinte comme un basculement brutal de l'ombre vers la lumière, conduit par des bourgeois et réalisé par des foules en colère. La réalité de la Révolution est très différente. Elle s'est plutôt produite par une série de basculements de petite ampleur, et par des réactions politiques désordonnées, aléatoires, qui ont fini par "faire Révolution". Nous pourrions assister à un phénomène de ce genre dans les jours à venir, mais il faut se souvenir qu'il a déjà commencé. Rappelons qu'un Français sur dix a manifesté le 11 janvier 2015 pour une forme d'unité nationale. Cette aspiration n'a pas tardé à être déçue. De mon point de vue, le potentiel contestataire se trouve plus de ce côté-là que du mouvement "social".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 09/03/2016 - 19:29
Les conservateurs gauchistes sont dans la rue...
inversion historique totale!
GP13
- 09/03/2016 - 19:29
Le poids des racines paysannes des français
La réforme du travail a son corollaire, la mobilité.
Les français n'aiment pas la mobilité et tiennent cette caractéristique de leurs racines paysannes. Ils souhaitent rester dans leur entreprise comme le paysan sur sa terre. Certains vont jusqu'à vouloir faire interdire tout licenciement. Au fond , de nombreux français et même des jeunes rêvent encore de la tranquillité des travailleurs de l'ex RDA :
Ils faisaient semblant de travailler, l’État faisait semblant de les payer, mais tous avaient la garantie de l'emploi.
Parmi ceux qui n'ont pas cet état d'esprit, beaucoup préfèrent quitter la France. Nous avons besoin d'une véritable révolution et d 'abord culturelle.....
Jean-Benoist
- 09/03/2016 - 13:37
Ce sont toujours les
mêmes qui manifestent (fonctionnaires et lycéens) alors que la France a besoin d'être réformée pour retrouver son rang et sa compétitivité