En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 6 heures 27 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 34 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 57 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 32 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 56 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 4 heures 26 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 58 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 55 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 9 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 54 min
Rhétorico-laser

"Etre ou ne pas être de gauche, là est la question"… qui n’intéresse plus personne en France en dehors de la classe média-politique

Publié le 22 février 2016
Mais pourquoi donc le débat public se focalise-t-il tant sur une question qui ne fait plus sens ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais pourquoi donc le débat public se focalise-t-il tant sur une question qui ne fait plus sens ?

"Monsieur le Président, êtes-vous encore de gauche ?" Cette semaine encore, sur France Inter, un journaliste, avec l’insistance doucereuse d’un inquisiteur dominicain, a de nouveau posé LA question à François Hollande. Lequel, comme pétrifié devant le totem ainsi brandi, s’est replié dans ses habituelles circonvolutions rhétoriques.

LA question, récurrente à propos de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron ("Sont-ils vraiment de GAUCHE" ?), resurgit une énième fois à travers les dispositions (supposées) de la future loi El Khomri sur le Code du travail, véritable "loi de droite", entend-on partout, et bien au-delà de la gauche. 

Curieuse interrogation, en vérité, si l’on y regarde de près : pour en mesurer la pertinence, il suffit d’appliquer le test de la symétrie rhétorique. L’auteur de cette chronique, étant un libéral impénitent, s’y livre d’autant plus volontiers qu’il n’est ni d’un camp, ni de l’autre. Or, a-t-on jamais entendu les médias interroger Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy pour savoir s’ils étaient "encore de droite" ? A y bien réfléchir pourtant, leur politique a beaucoup laissé à désirer, du principe de précaution à l’aménagement des peines, quant au respect des valeurs de droite. Pourtant la seule question, surtout pour le deuxième d’entre eux, a toujours été : "n’est-il pas d’extrême-droite ?" : cf. le discours de Grenoble. 

Ce test de la symétrie rhétorique offre d’ailleurs une variante très productive que l’on pourrait appeler "le TEST SARKOZY". Avant de parler de "Hollande bashing", il faut toujours s’interroger sur ce qu’auraient été les commentaires devant des décisions similaires de son prédécesseur : état d’urgence et déchéance de la nationalité, par exemple… Dissymétrie de traitement qui est également patente dans le refus têtu de tout bilan comparé des deux quinquennats, aussi médiocres aient été les résultats du premier.

Autre variante de cette asymétrie rhétorique : l’expression "droitisation", dont on n’entend jamais le pendant, "gauchisation". Quand le gouvernement adopte la loi Alur, le compte-pénibilité ou le tiers-payant généralisé, personne n’évoque une "gauchisation" de sa politique. Non, celle-ci est tout simplement "de gauche".

Cette absence de symétrie s’explique par la connotation évidente des mots de gauche et de droite dans le langage média-politique dominant. Si "être ou ne pas être de gauche" est à ce point un enjeu fondamental, c’est qu’il est a priori entendu que la gauche, c’est le camp du bien, du vrai et du "progrès". La droite, celui de l’inégalité, du droit du plus fort et de la "réaction". Ce référentiel est d’autant plus impératif qu’il est implicite, véritable inconscient du débat public, plaçant d’entrée de jeu l’homme de droite sur la défensive.

Certes, les choses commencent à bouger et l’on voit de plus en plus de personnalités de droite s’afficher comme telles. Mais l’on continue à s’étonner que la droite française défende l’ordre, la famille et la nation, qui constituent pourtant son ADN historique ; et, dès qu’elle le fait, elle se voit accusée de "courir après le Front national". 

Ce qui revient à dire, dans un parfait sophisme, que la droite a un tort fondamental : ne pas être de gauche. 

Mais voilà que toutes les enquêtes d’opinion montrent que cette rhétorique n’intéresse plus du tout les Français. Avec l’insolence qui les caractérise, les voilà qu’ils se contrefichent qu’une politique soit "de gauche" ou "de droite" ; les voilà qu’ils préfèrent la question : cette politique est-elle efficace ? A quoi, ne l’oublions jamais, s’ajoute aussi une autre préoccupation : cette politique est-elle équitable ? Ce qui est tout autre chose qu’égalitaire. 

Eh oui ! Les Français considèrent que c’est l’entreprise et non l’Etat qui crée les emplois ; que la solidarité n’est pas l’assistanat ; et que le droit à la différence n’implique pas la différence des droits. Ils s’indignent d’un système où les rentes de situation s’abritent derrière "le modèle social à la française" ; où le service public est trop souvent le "sévice public" ; et "l'intérêt général", le paravent des corporatismes les plus égoïstes et des conservatismes les plus archaïques.  

Qui sait ? Avec la prochaine campagne présidentielle, peut-être aurons-nous droit dans les médias à d’autres questions : "quelle est votre diagnostic de l’état du pays ?" ; "quelle est votre vision de son avenir ?' ; 'votre programme est-il réalisable ?' ; "peut-il rassembler une majorité de Français ?" 

Rêvons un peu...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alize55
- 26/02/2016 - 12:34
Pourquoi ?
Pourquoi vous posez la question et en faites un article ?
zouk
- 24/02/2016 - 14:47
Etre de gauche
Question dépassée, nous avons ou constater le résultat d'un gouvernement dont le Président "hait les banques"... seul les presses écrite et audiovisuelle croient encore au salut par la sacrosainte gauche, ou du moins le disent ou l'écrivent: il faut bien gagner sa vie, n'est-ce pas?
winnie
- 24/02/2016 - 06:54
Oui,la ....
Au dernier paragraphe, l'auteur rêve. On est pas près de voir des journaleux poser des questions qui fachent,ils sont trop impliquer dans le lit des politiques..