En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 26 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 heures 41 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 7 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 21 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 11 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 2 heures 39 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 5 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 33 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 heures 36 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 22 heures 37 min
Rhétorico-laser

"Etre ou ne pas être de gauche, là est la question"… qui n’intéresse plus personne en France en dehors de la classe média-politique

Publié le 22 février 2016
Mais pourquoi donc le débat public se focalise-t-il tant sur une question qui ne fait plus sens ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais pourquoi donc le débat public se focalise-t-il tant sur une question qui ne fait plus sens ?

"Monsieur le Président, êtes-vous encore de gauche ?" Cette semaine encore, sur France Inter, un journaliste, avec l’insistance doucereuse d’un inquisiteur dominicain, a de nouveau posé LA question à François Hollande. Lequel, comme pétrifié devant le totem ainsi brandi, s’est replié dans ses habituelles circonvolutions rhétoriques.

LA question, récurrente à propos de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron ("Sont-ils vraiment de GAUCHE" ?), resurgit une énième fois à travers les dispositions (supposées) de la future loi El Khomri sur le Code du travail, véritable "loi de droite", entend-on partout, et bien au-delà de la gauche. 

Curieuse interrogation, en vérité, si l’on y regarde de près : pour en mesurer la pertinence, il suffit d’appliquer le test de la symétrie rhétorique. L’auteur de cette chronique, étant un libéral impénitent, s’y livre d’autant plus volontiers qu’il n’est ni d’un camp, ni de l’autre. Or, a-t-on jamais entendu les médias interroger Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy pour savoir s’ils étaient "encore de droite" ? A y bien réfléchir pourtant, leur politique a beaucoup laissé à désirer, du principe de précaution à l’aménagement des peines, quant au respect des valeurs de droite. Pourtant la seule question, surtout pour le deuxième d’entre eux, a toujours été : "n’est-il pas d’extrême-droite ?" : cf. le discours de Grenoble. 

Ce test de la symétrie rhétorique offre d’ailleurs une variante très productive que l’on pourrait appeler "le TEST SARKOZY". Avant de parler de "Hollande bashing", il faut toujours s’interroger sur ce qu’auraient été les commentaires devant des décisions similaires de son prédécesseur : état d’urgence et déchéance de la nationalité, par exemple… Dissymétrie de traitement qui est également patente dans le refus têtu de tout bilan comparé des deux quinquennats, aussi médiocres aient été les résultats du premier.

Autre variante de cette asymétrie rhétorique : l’expression "droitisation", dont on n’entend jamais le pendant, "gauchisation". Quand le gouvernement adopte la loi Alur, le compte-pénibilité ou le tiers-payant généralisé, personne n’évoque une "gauchisation" de sa politique. Non, celle-ci est tout simplement "de gauche".

Cette absence de symétrie s’explique par la connotation évidente des mots de gauche et de droite dans le langage média-politique dominant. Si "être ou ne pas être de gauche" est à ce point un enjeu fondamental, c’est qu’il est a priori entendu que la gauche, c’est le camp du bien, du vrai et du "progrès". La droite, celui de l’inégalité, du droit du plus fort et de la "réaction". Ce référentiel est d’autant plus impératif qu’il est implicite, véritable inconscient du débat public, plaçant d’entrée de jeu l’homme de droite sur la défensive.

Certes, les choses commencent à bouger et l’on voit de plus en plus de personnalités de droite s’afficher comme telles. Mais l’on continue à s’étonner que la droite française défende l’ordre, la famille et la nation, qui constituent pourtant son ADN historique ; et, dès qu’elle le fait, elle se voit accusée de "courir après le Front national". 

Ce qui revient à dire, dans un parfait sophisme, que la droite a un tort fondamental : ne pas être de gauche. 

Mais voilà que toutes les enquêtes d’opinion montrent que cette rhétorique n’intéresse plus du tout les Français. Avec l’insolence qui les caractérise, les voilà qu’ils se contrefichent qu’une politique soit "de gauche" ou "de droite" ; les voilà qu’ils préfèrent la question : cette politique est-elle efficace ? A quoi, ne l’oublions jamais, s’ajoute aussi une autre préoccupation : cette politique est-elle équitable ? Ce qui est tout autre chose qu’égalitaire. 

Eh oui ! Les Français considèrent que c’est l’entreprise et non l’Etat qui crée les emplois ; que la solidarité n’est pas l’assistanat ; et que le droit à la différence n’implique pas la différence des droits. Ils s’indignent d’un système où les rentes de situation s’abritent derrière "le modèle social à la française" ; où le service public est trop souvent le "sévice public" ; et "l'intérêt général", le paravent des corporatismes les plus égoïstes et des conservatismes les plus archaïques.  

Qui sait ? Avec la prochaine campagne présidentielle, peut-être aurons-nous droit dans les médias à d’autres questions : "quelle est votre diagnostic de l’état du pays ?" ; "quelle est votre vision de son avenir ?' ; 'votre programme est-il réalisable ?' ; "peut-il rassembler une majorité de Français ?" 

Rêvons un peu...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alize55
- 26/02/2016 - 12:34
Pourquoi ?
Pourquoi vous posez la question et en faites un article ?
zouk
- 24/02/2016 - 14:47
Etre de gauche
Question dépassée, nous avons ou constater le résultat d'un gouvernement dont le Président "hait les banques"... seul les presses écrite et audiovisuelle croient encore au salut par la sacrosainte gauche, ou du moins le disent ou l'écrivent: il faut bien gagner sa vie, n'est-ce pas?
winnie
- 24/02/2016 - 06:54
Oui,la ....
Au dernier paragraphe, l'auteur rêve. On est pas près de voir des journaleux poser des questions qui fachent,ils sont trop impliquer dans le lit des politiques..