En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Etimologi
Le débat sur la réforme de l'orthographe (ou comment l'accent circonflexe est devenu de droite pendant la nuit)
Publié le 05 février 2016
La nouvelle bagarre entre les bleus et les rouges porte sur la réforme de l'orthographe : les Versaillais y voient la fin de la civilisation, les communards une nouvelle étape vers l'harmonie entre les hommes de bonne volonté quelle que soit leur couleur, origine, religion ou préférence sexuelle.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nouvelle bagarre entre les bleus et les rouges porte sur la réforme de l'orthographe : les Versaillais y voient la fin de la civilisation, les communards une nouvelle étape vers l'harmonie entre les hommes de bonne volonté quelle que soit leur couleur, origine, religion ou préférence sexuelle.

C'est un peu un clou que j'enfonce depuis des années, et mon marteau finit par en être usé, mais cette habitude française de politiser n'importe quel débat, ou plus précisément de décréter qu'il existe une lecture « de gauche » et une approche « de droite » de tout et n'importe quoi ne rend certainement pas plus intelligent (c'est une litote : ce que je veux vraiment exprimer, c'est que ça rend carrément plus con).

 

Ainsi, il existe chez nous, le saviez-vous, un manière progressiste d'apprendre à lire (la méthode globale) et une façon réactionnaire de déchiffrer les combinaisons de caractères (la méthode syllabique). Que l'une soit plus efficace que l'autre, au sens où elle permet effectivement à un morveux analphabète d'acquérir facilement une compétence essentielle en devient d'ailleurs anecdotique ; de l'ordre de la querelle qui envoie natifs de Blefuscu et nationaux de Lilliput se taper dessus dans les Voyages de Gulliver (les uns disent qu'un œuf à la coque s'ouvre par le petit bout, les autres par le gros – Gulliver et Stevenson réservent prudemment leur position).

 

Hey, nous avons même un débat sur le latéralisme idéologique du transport de voyageurs par autocar et des types qui s'entretuent littéralement sur le sens à donner à un logo sur une chemisette (car ce dernier point ne serait pas de la pénétration postérieure de drosophile pure et simple, mais de la sémiologie barthésienne, paraît-il)...

 

La bagarre entre les bleus et les rouges, cette semaine, porte sur la réforme de l'orthographe : les Versaillais affirment que c'est la fin de la civilisation, les communards croient au contraire qu'il s'agit d'une nouvelle étape vers l'harmonie entre les hommes de bonne volonté quelle que soit leur couleur, origine, religion ou préférence sexuelle.

 

D'où la difficulté d'émettre soi même un avis sur la question, qui n'aurait pas plus à voir avec son positionnement politique que la façon d'attacher ses lacets (si tant est que le choix d'une ganse de base ou d'un double-nœud ne soit pas révélateur d'un point de vue sur l'amélioration des relations diplomatiques avec Cuba).

 

Mais tenez, moi qui vous parle, la réforme de l'orthographe, les « ognons », les « nénufars » et autres accents circonflexes en option, franchement, ça ne me plaît pas du tout ! Ça me gonfle franchement, pour être plus clair. Je trouve que ça appauvrit la langue, qu'elle devient moins belle et moins intéressante. Et je m'en contrefiche, de savoir que les Italiens ont supprimé le « ph » (ils ont aussi supprimé le CDI, les Ritals, si on va par là). Comme j'écris ça sur Atlantico, qui n'est pas de gauche, je suppose toutefois que ça me place en terrain glissant. Qu'on me dira que je ne suis pas loin de faire le jeu du FN ou de Donald Trump, notoirement favorable à la préservation de la cédille et des consonnes doublées.

 

Je m'en balance. D'autant plus que c'est idiot, un accent circonflexe de droite. Un accent grave à la limite, OK. Mais y a-t-il quelque chose de plus centriste, de plus innocemment modéré et adepte du compromis que cet accent qui penche des deux côtés, de moins suspect d'avoir jamais voté pour Sarkozy ? J'écris comme je veux. Avec toutes les lettres muettes et inutiles qui me conviennent. Mêlez-vous donc de vos oignons, zhûtte hàllôrres !

 

Ug Séraf

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
La Nasa envisage d'explorer la protoplanète Pallas dans la ceinture d'astéroïdes ; Osiris-Rex : deux découvertes surprenantes sur l'astéroïde Bennu !
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 08/02/2016 - 06:23
Un cas de conscience
Ma petite-fille... Elle a un prénom peu commun, tiré de Hawaii. Mignonne comme tout, elle, mignon comme tout, lui (même si les non habitués s'emmêlent les lèvres) mais dedans il y a un "e" sans accent, qu'il faut prononcer (papa dixit) "é". Je précise que monsieur n'est pas Hawaiien (Aïe : le correcteur m'impose Hawaïen ! une faute qui, localement, trahit le continental pas encore habitué à sortir de l'Hexagone !) mais français. Bref, la réforme, je dois l'imposer au papa ? Le signaler à l'Académie ? Et pour Hawaii (pardon correcteur, Hawaï...) faut-il que j'appelle SOS Canada ou Belgique ? Mr Druon, vous n'avez pas fini !
Le gorille
- 08/02/2016 - 06:06
Un pataquès
Ma foi, la lecture de la lettre de Maurice Druon (pas piquée de fôtes... non, surtout pas), m'a tout de même convaincu du bien fondé de la démarche. Sauf que ruissèle m'empêche t'entendre aussi bien, ce doux bruit... sauf que si je suis d'accord avec "l'agglutination" (quel mot!) de tirebouchon, pourquoi tire-lait échappe-t-il à la mouture ? (pas d'accent circonflexe ni avant ni donc après). Si "apriori" choque mes antécédents latins, j'applaudis à "nénufar" : mes antécédents grecs le refusaient déjà, mais ça faisait plus cultivé avec le "ph". Restons donc sobre. Seule ombre au tableau : que de vocabulaire inconnu de ma pomme ! Bon au final, pas de quoi fouetter un chat et il faudrait renvoyer Olivier Vial (Observatoire des programmes scolaires) sur des sujets plus dignes de discussion... mais Atlantico devrait tout de même mettre au parfum ses rédacteurs.... même pour les mots non touchés par la réforme !
sna-hyper
- 06/02/2016 - 22:14
@Outre-Vosges
Ok exact. Mais le Francais est déja bien compliqué à apprendre et ca ne va pas aider car on accumule les exceptions. Faites donc lire "resaler" à un enfant de primaire vous ne serez pas déçu. Les accents c'est un autre débat.