En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Effet papillon (à moteur)
Voitures sans chauffeur, "corvée de chiottes" et finances publiques
Publié le 24 janvier 2016
Les voitures sans chauffeurs ne font pas d'excès de vitesse, ne se garent pas n'importe où et ne grillent pas les feux. Mais qui paiera les amendes lorsqu'on aura éliminé les chauffards ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les voitures sans chauffeurs ne font pas d'excès de vitesse, ne se garent pas n'importe où et ne grillent pas les feux. Mais qui paiera les amendes lorsqu'on aura éliminé les chauffards ?

On raconte qu'au temps du service militaire (je me fonde sur des rumeurs, n'ayant pas moi-même eu l'honneur de porter l'uniforme pour cause d'instabilité psychologique – je vais mieux maintenant, mon état s'étant miraculeusement amélioré dès le lendemain des " trois jours"), les comportements déviants étaient indispensables à la propreté des casernes. Car qui, sans les punis, se serait chargé de passer la serpillière dans les latrines ?

 

L'analogie est un peu gonflée, mais l'arrivée imminente de la voiture sans chauffeur pourrait avoir le même impact sur les finances publiques qu'une pénurie de soldats indisciplinés à l'heure de la corvée de chiottes. Un journaliste du Washington Post s'est en effet penché sur les terribles conséquences budgétaires de l'élimination totale des excès des vitesse et autres feux grillés, les voitures pilotées par ordinateur étant évidemment programmées pour respecter le code de la route à la lettre.

 

La banalisation des applis de stationnement pour smartphones, permettant de remettre virtuellement des dollars dans le parcmètre sans quitter son bureau, a déjà fait chuter les recettes d'amendes dans la capitale américaine et un certain nombre de collectivités locales états-uniennes s'inquiètent sérieusement de leur dépendance à la bonne volonté des chauffards : un patelin comme Mountain View, Colorado, tire ainsi plus de la moitié de son budget de fonctionnement des contraventions qu'il distribue, quand de grandes villes comme Chicago ou Los Angeles génèrent l'équivalent de leur dépenses scolaires en prunes diverses et variées...

 

Je n'ai pas encore entendu dire qu'on se préoccupait de ce genre de chose du côté de Bercy, mais les seuls radars rapportant quelque 740 millions d'euros à l’État dans une bonne année, auxquels il faut encore ajouter les 200 millions d'euros des amendes de stationnement, il serait peut-être temps de s'y mettre. En cumul, c'est à peu près 10% du produit de l'impôt sur le revenu. Un sacré paquet de brouzoufs.

 

C'est sûr, le remplacement massif des voitures conduites par des types bourrés par des véhicules pilotés par Microsoft, ça n'est pas encore pour demain (les spécialistes disent plutôt après-demain en fait) et l’État se débrouillera bien pour concocter de nouvelles taxes sur ceci ou cela pour combler le manque à gagner. Le hic, c'est qu'elle pèseront sur tout le monde plutôt que sur les seuls indisciplinés. La voiture sans chauffeur, c'est un peu la corvée de chiottes pour tous, quoi...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
La fuite des cerveaux, une réalité?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires