En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 31 min 39 sec
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 2 heures 11 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 4 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 22 heures 57 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 23 heures 31 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 49 min 13 sec
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 2 heures 44 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 5 heures 9 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 3 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 1 jour 10 min
© Reuters
© Reuters
À quand l'électro-choc?

Après l'état d'urgence, l'état de choc : petit panorama des commentaires possibles sur les régionales pour ceux qui gardent leurs esprits

Publié le 08 décembre 2015
« Choc, choc, choc » : à quand l’électrochoc ? Et si l’on tentait d’autres commentaires des régionales….
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Choc, choc, choc » : à quand l’électrochoc ? Et si l’on tentait d’autres commentaires des régionales….

Les commentaires de la soirée électorale du 6 décembre n’ont pas provoqué de grandes surprises. Cette chronique s’était même amusée il y a une semaine à les prédire, tout comme les résultats eux-mêmes. Et de fait les vieux réflexes ont eu la vie dure. Comme ce énième « choc » de la victoire FN, pourtant si prévisible, qui parvient à faire le titre commun du Figaro et de l’Humanité. Comme encore la polarisation des commentaires sur « la déconvenue de la droite », certes incontestable mais qui aurait pu être précédée d’un autre constat majeur : le recul spectaculaire de la gauche par rapport aux régionales de 2010. Une gauche tout de même au pouvoir tant au plan national que régional. Comme enfin les appels à la défense des « valeurs républicaines » voire à la « Résistance », la référence aux « sombres années 30 » et autres diabolisations du vote FN qui devraient pourtant avoir fait la preuve de leur impuissance, voire de leur contre-productivité.

Sans doute, quelques voix tant médiatiques que politiques, de droite comme de gauche, ont tenté de dépoussiérer les vieilles grilles d’analyse et de sortir les réflexes conditionnés : partage des responsabilités dans l’état actuel de la France, nécessité d’un renouvellement politique voire d’une recomposition. Mais l’expérience des précédents « chocs » fait hélas craindre un rapide retour dans l’ornière des habitudes. On le voit déjà à peine 24 heures après le 1er tour avec le retour imposé aux disciplines partisanes, les additions ô combien théoriques des voix du premier tour pour calculer le second, et le défilé larmoyant des grandes âmes qui en appellent au « sursaut républicain ».

Rhétorique creuse et qui tourne à vide faute de la moindre définition desdites valeurs, alors même que Marine Le Pen, à la différence de son père, ne cesse de les invoquer. « Liberté, égalité, fraternité, laïcité » a-t-elle proclamé au soir du premier tour ! La droite comme la gauche ne parviennent pas à la contrer sur ce terrain décisif, car elles sont hors d’état d’expliciter leurs propres « valeurs républicaines ». Et pour cause : la « République » chère à une grande partie de la gauche est l’autre nom de mai 1968 : libération des mœurs mais antilibéralisme politique et économique, antiaméricanisme, antimilitarisme, internationalisme et multiculturalisme. L’on est loin de Ferry et Clémenceau !

La droite pour sa part ne parvient toujours pas à briser cet « amalgame » là et dont personne ne parle. Un jour libérale, le lendemain étatiste, un jour européenne, le lendemain nationaliste, voire tout cela simultanément, elle vit encore dans un complexe d’infériorité qui lui vaut de recevoir des leçons de gaullisme par la fine fleur de la gauche mitterrandienne ! L’invocation du Général par les leaders socialistes pourrait faire au moins autant sourire que l’invocation du même Général par Nadine Morano. Est-il si sûr que de Gaulle aurait fait alliance avec EELV et le Front de gauche pour contrer Maître Tixier-Vignancourt, même à 28% des voix ?  

Et voilà la première grande leçon de ces régionales qui n’aura fait l’objet d’aucun commentaire. Ce n’est pas une, mais trois « traditions républicaines » que l’on doit distinguer. La première, la « République rousseauiste », dérivée d’une certaine lecture du Contrat social – largement fautive mais peu importe ici- est celle de Robespierre. Autoritaire et sectaire, elle stimule par la guillotine et le salut public la vertu humaine « toujours en minorité sur la terre »… Omniprésente dans l’imaginaire de « la gauche de la gauche », c’est elle qui assimile aujourd’hui encore toute opposition et toute critique aux intrigues de « factieux » et tout écart d’opinion à la remontée d’une « France réactionnaire ».  La deuxième est celle de la « République libérale », celle qui va de Condorcet et des Girondins (les fondateurs de la République, rappelons-le) aux libéraux de l’UDI, de l’UMP et du PS d’aujourd’hui, en passant par Jules Ferry et Aristide Briand : c’est à elle que la France doit son Etat de droit et l’établissement des grandes lois de liberté, de l’éducation universelle au divorce, en passant par la liberté syndicale, celle de la presse et le long processus de l’émancipation féminine. La troisième est la « République nationale », fruit de la synthèse gaullienne entre la droite traditionnelle et l’héritage révolutionnaire : le bonapartisme sans l’empire en somme, qui est l’esprit même des institutions de la Vème république : exécutif fort, culte de l’ordre et gloire nationale. Et sur le plan sociétal, un solide conservatisme. Le Général, encore lui, n’aurait pas été un adepte du « genre »… En somme, la base de la pensée républicaine de droite, qui n’a donc rien à voir, ni historiquement, ni philosophiquement avec « la contamination du FN ». Il serait bon de le rappeler à la gauche… et à la droite !

Paresse intellectuelle et conformisme politique ont également conduit à manquer d’autres enseignements du premier tour des régionales, cette fois sur le plan local :

1/ Les effets du redécoupage régional ont été sensibles : le score d’un Alain Rousset dans le nouveau grand Sud-Ouest devrait un peu moins surprendre vu la fusion de trois régions fortement à gauche ! Inversement Dominique Reynié partait avec un handicap considérable dans une région de gauche couplée avec une autre à la fois FN et de gauche… 

2/ L’importance des personnalités en lice et de leur positionnement : on le mesure aux bons scores des socialistes compétents et d’autorité comme Le Drian et Rousset ; inversement aux difficultés des têtes de listes centristes (Bourgogne, Centre), décalés par rapport à un électorat plus à droite. 

3/ Une prime claire (rhétorique oblige !) a récompensé les bons orateurs : Laurent Wauquiez et surtout les deux Le Pen !  L’effondrement d’un Saintignon ou d’un Masseret, bien piètres tribuns, s’explique aussi par cela. Et l’habileté rhétorique d’un Claude Bartolone a assurément limité la déroute qu’aurait connue l’inaudible Jean-Paul Huchon. 

4/ L’effondrement de la gauche dans des régions où le bilan de sa gestion était tout simplement désastreux (Nord, PACA).

5/ Le traitement pour le moins peu subtil par l’état-major LR du « cas Morano » a pesé lourd dans les résultats du grand Est.

6/ Les erreurs stratégiques de Christian Estrosi et Xavier Bertrand ont plombé leurs scores : présidence de la métropole niçoise du premier, candidature aux primaires LR du second, voilà de quoi démobiliser les Marseillais d’un côté, les « Nord-Picardistes » de l’autre !

Entre nécessité d’une clarification rapide du discours à droite, d’un examen de conscience dans les deux camps de « gouvernement » et d’une analyse précise des résultats, le temps est plus que compté. Or tout porte à croire qu’il sera consacré aux grands mots « républicains » et aux petits calculs parisiens. Contribuant ainsi à « nationaliser » un peu plus une campagne régionale… dont la nationalisation profite justement à plein au Front National !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 12/12/2015 - 14:58
Deux deputes
Pour 6 millions d électeurs.
La France est elle encore une démocratie?
jybro
- 08/12/2015 - 15:40
pertes d'esprit vous avez dit?
Le drian retrouve le sien! eelv dhors. Masseret attend que la moitié de sa liste se désiste pour que soit officialisé le désistement. Les enchéres offertes par le cambatrotskyste'purulent...) et le commissaire priseur si peu prisé voire si bien défini par houllebecq chauffe la salle.
Estrosi instaure son comité pétiniste front repubi(gnant,quant à reynié ,il vient de proposer un rancard coquin à le belle sous ministre du sud ouest. Quant au play boy fatigué et aviné d'aquitaine
il s'est engagé à supprimer la ligne tgv paris Bordeaux pour quelques 80000 voix de radicalisés au coran soufiste de l'ecologie.
MR DE V. vous m'entendez? REVEILLEZ- VOUS ALLONS ALLONS.
de20
- 08/12/2015 - 11:39
Vox populi...
Vox populi...
On parle la médiocrité des uns mais peu du talent de MLP que on l aime ou pas les résultats parlent tout seuls.
Ceux qui veulent la combattre auraient intérêt a s y pencher mais c est trop tard elle a 2 elections d avance.