En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Chronique du pot aux roses
Attaques terroristes de Paris : le silence des bobos
Publié le 18 novembre 2015
Il ne faudrait pas, sans sombrer dans le simplisme d’un Emmanuel Todd, ignorer la dimension sociale des crimes de la semaine dernière, l’affrontement de classe entre ces deux jeunesses, l’une possédant le capital culturel qui lui permet de se mouvoir dans le post-moderne et l’autre ruminant ses haines et ses frustrations dans un repli communautaire bigot et violent.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il ne faudrait pas, sans sombrer dans le simplisme d’un Emmanuel Todd, ignorer la dimension sociale des crimes de la semaine dernière, l’affrontement de classe entre ces deux jeunesses, l’une possédant le capital culturel qui lui permet de se mouvoir dans le post-moderne et l’autre ruminant ses haines et ses frustrations dans un repli communautaire bigot et violent.

1 - Lemmings en pétard

"Même pas peur" proclamaient les slogans jusqu’à ce que l’explosion d’un pétard ne provoque une panique ressentie jusque dans les tréfonds du troisième arrondissement. Allons bon, il y a pourtant de quoi avoir peur ! Moins de Daech du reste que d’un Président qui répugne toujours, pas électoralisme, à nommer un mal qui a fait près de deux cents victimes depuis le début de l’année. Son Premier ministre est un peu moins dissimulé mais que pèse-t-il ? On multipliera donc les perquisitions chez les revendeurs de haschich pour calmer l’opinion et l’on annoncera des réformes constitutionnelles inutiles... jusqu’au prochain attentat. Déjà les députés s’invectivent et les jihadistes rient si fort que le bruit des missiles ne couvrent pas leurs voix.

2 - Daech : une lutte des classes abâtardie qu’une gauche abâtardie ne comprend pas

Ceux qui ne croient pas à l’existence des bobos peuvent consulter la triste liste des morts de vendredi dernier. Journaliste aux Inrocks, plasticien, manager de bar branché, diplômé d'études cinématographiques travaillant pour des agences artistiques, ancienne mannequin reconvertie dans la blogosphère, rédacteur concepteur chez Publicis, infographiste, designeuse, monteuse chez Canal +, vidéaste, réalisateur de films publicitaires, cadre de maisons de disques, responsable de communication pour des institutions culturelles, directeur artistique, éditrice, etc. Leurs assassins n’ont certes pas le même profil, ayant grandi à Courcouronnes ou dans la banlieue de Bruxelles, sans qualification pour la plupart. Il est probable qu’ils ne soupçonnaient pas l’existence de la majorité des métiers qu’exerçaient leurs victimes.

La rage de l’extrémisme musulman est une réalité tout comme l’ambiguité de certains énoncés du Coran qui prêtent aux interprétations les plus violentes et font fi de la liberté individuelle.

Pour autant, il ne faudrait pas, sans sombrer dans le simplisme d’un Emmanuel Todd, ignorer la dimension sociale des crimes de la semaine dernière, l’affrontement de classe entre ces deux jeunesses, l’une possédant le capital culturel qui lui permet de se mouvoir dans le post-moderne et l’autre ruminant ses haines et ses frustrations dans un repli communautaire bigot et violent.

La confrontation entre les réseaux ouverts des uns et les circuits fermés des autres est un facteur explicatif aussi pertinent que la fable du gouvernement sur un terrorisme importé pour des raisons géo-politiques. Le problème du radicalisme musulman est planétaire parce qu’il a partout le même fondement : le raidissement de modèles patriarcaux, un temps malmenés par le monde moderne et qui contre-attaquent violemment, attirant par leur radicalité les esprits égarés.

C’est bien ce qui rend la question particulièrement difficile à résoudre. La répugnance à employer des musulmans va s’accroître, les confinant dans des fonctions subalternes qui alimenteront les rancoeurs et la fureur. Comme la gauche française bienpensante a trahi depuis belle lurette, précisément depuis 1983, la classe ouvrière, elle est bras ballants devant cette évolution perverse qui lui échappe : un prolétariat qui ne se sent ni pote ni soumis, adhère à une religion involutive et échappe à la République.

Le drame est qu’il est désormais trop tard pour les thérapies au long cours. Quand aux remèdes d’urgence, nos chefs actuels, qui n’agissent que par des manoeuvres d’appareil et la manipulation de l’opinion avec l’aide des médias acquis à leurs intérêts, ils ne savent guère les pratiquer.

Une solution assez simple et plutôt libérale existe pourtant : mettre un prix substantiel pour l’information sur les menées des jihadistes et récompenser plus généreusement encore leur capture. Leurs petits camarades des cités et des mosquées, qui savent souvent de qui il s’agit, les livreront ou permettront leur mise hors d’état de nuire. Quant à la complaisance vis-à-vis de l’islam régressif, du voile à l’université et dans les lieux publics aux prêches radicaux, elle doit immédiatement faire place à la plus extrême fermeté. Les assassins prospèrent parce que nous sommes faibles. Face à la force, leur recul serait immédiat et ils ne trouveraient plus de relais dans leur propre communauté.

3 - Poutinomania

Adoreront-ils bientôt ce qu’il brûlaient il y a peu ? Les anciens contempteurs de Poutine voient désormais en l’autocrate russe leur planche de salut. Notre Mou-Président a lui-même entamé un virage sur l’aile ... de ce mirage. Mais le maître du Kremlin ne mérite ni excès de confiance ni indignité.

Empêtré dans une crise économique accentuée par la baisse du prix des matières premières, il hésite beaucoup plus qu’il ne le laisse entendre à engager des troupes sur le sol proche-oriental. Il ne faudrait pas qu’à nouveau nous partions isolés et à découvert. Quand on songe qu’il a fallu attendre ces deux derniers jours pour apprendre que les Américains allaient enfin nous donner les informations indispensables à l’efficacité de nos bombardements ! A quoi bon avoir envoyé nos avions ces dernières semaines ?

Quelle chance d’être aussi bien gouvernés en des temps si paisibles !

A lire, du même auteur : "La marche des lemmings… ou la 2e mort de Charlie - Le pouvoir de la manipulation et la manipulation au pouvoir", publié chez Ixelles Editions, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 23/11/2015 - 06:43
@myc11
Il n'y a pas de problème à être un bourgeois libertaire et qui voit un frustré dans tout camarade bourgeois qui n'est pas post-moderne. L'hostilité visible dans les posts envers les ci-devants Bo&Bo réside dans le fait qu'ils constituent l'ordre MORAL établi en France, depuis moulte décennies et officiellement depuis 2012.
Ceci dit, un Français lâchement assassiné ne se réduit pas qu'à une classification sociologique, et j'ose espérer que si des Français plus "chasse et tradition et rurbain" avaient été massacrés, l'élan national aurait été aussi puissant.
Deudeuche ancien Parisien en Province française.
myc11
- 20/11/2015 - 06:48
Parler de bobos, c'est comme parler de mécréants chez
les djihadistes. A la différence, ils ont deux catégories dans leur logique radicale, vous en avez quelques unes de plus qu'eux, mais faites attention aux catégories, car vous entrez dans la catégorie "mécréants" et vous n'êtes pas exempts de risques d'être leur cible.
C3H5.NO3.3
- 19/11/2015 - 22:41
Affirmatif
Quand j'ai lu l'article de libé faisant la liste des personnes assassinées au Bataclan, je me suis fait la même réflexion : c'est le Paris bobo qui a été touché. Je pense qu'on est nombreux à l'avoir constaté. C'est là la plus grosse erreur des islamistes : ils ont frappé leurs plus fidèles alliés.

Désormais, à part les bobos extrémistes comme Yann Moix, qui saturent les écrans, beaucoup d'entre eux vont revoir leur façon de penser.

Il se pourrait même qu'ils passent d'un extrême à l'autre...