En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Atlantico Bourse

Le niveau d'endettement des entreprises redevient un critère de sélection clé pour les investisseurs

Publié le 12 octobre 2015
Totalement occulté dans les commentaires et les analyses pendant des mois, le niveau d’endettement des entreprises est redevenu un sujet de discrimination pour guider le choix des investisseurs pour leurs décisions de gestion.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Totalement occulté dans les commentaires et les analyses pendant des mois, le niveau d’endettement des entreprises est redevenu un sujet de discrimination pour guider le choix des investisseurs pour leurs décisions de gestion.

Le FMI a revu ses prévisions à la baisse : après 3,4% en 2014, le FMI vise 3,1% pour la croissance mondiale en 2015 et 3,6% pour 2016. Ce sont toujours les pays émergents, essentiellement du fait des matières premières qui pèsent sur la croissance cette année. Le FMI cite aussi une croissance trop faible de la productivité mondiale et une dette globalement trop élevée, pour les Etats certes mais aussi pour de nombreuses entreprises. Tout ceci n’a pas inquiété les marchés qui se sont offert une belle progression cette semaine. La raison est simple : les marchés traduisent les incertitudes économiques en convictions fortes sur le fait que les politiques monétaires vont rester accommodantes et donc favoriser la poursuite de la hausse des actions. La période de publication des résultats du 3ème trimestre qui approche permettra ou non de valider l’optimisme actuel du marché.

L’endettement important de beaucoup d’acteurs évoqué par le FMI mérite un complément d’analyse. Pour certains observateurs en effet, après l’euphorie d’un endettement facilité par les politiques monétaires actuelles, la facture pourrait s’avérer trop lourde surtout si l’économie ralentit. Les entreprises américaines par exemple ont accumulé à fin septembre 2015, 7,5 trillions de $ de dettes : beaucoup ont donc fragilisé leur bilan. Les plus vulnérables sont bien sûr les compagnies du compartiment "haut rendement", c’est-à-dire celles qui payent le plus cher leurs dettes car leur notation est moins bonne que celles des compagnies les plus sûres. Ces entreprises, les plus vulnérables aux cycles économiques ont accumulé de leur coté 2,5 trillions de $ de dettes dont 1,5 trillion qui doivent être remboursées dans les cinq prochaines années. On imagine aisément la pression que vont subir ces entreprises si leurs résultats venaient à baisser.

Il est clair depuis quelques semaines que ce sujet revient sur le devant de la scène. Totalement occulté dans les commentaires et les analyses pendant des mois, le niveau d’endettement est redevenu un sujet de discrimination pour guider le choix des investisseurs pour leurs décisions de gestion. Le nombre d’entreprises ayant fait défaut aux Etats-Unis depuis début 2015 est d’ores et déjà le plus élevé depuis 2009. Vu la chute du pétrole, on aurait pu penser que cela concernerait surtout des entreprises du secteur… En fait des entreprises comme RadioShack ou Quicksilver ont trébuché, rien à voir avec le pétrole. Plus près de nous 2-3 exemples récents montrent aussi que la dette devient un sujet de préoccupation : Glencore ou Numéricable lourdement endettées ont sévèrement reculé en bourse. Leur niveau de dettes a constitué un des éléments d’explication.

Les "spirales" liées à l’endettement peuvent rapidement conduire à des sanctions sévères :

  1. La société s’endette ; quelques temps après si l’activité ne progresse pas, l’entreprise est contrainte de tailler dans ses coûts ; l’activité commerciale peut être perturbée par le manque d’investissement ; les résultats baissent ; le titre est sanctionné en bourse ; sous pression l’entreprise doit céder des actifs ; les investisseurs fuient le titre…et vendent massivement leurs positions.
  2.  

Glencore a subi un schéma de ce type récemment. Et sans aller jusqu’à cette extrémité, sur les 3 derniers mois, quelques valeurs lourdement endettées ont été durement sanctionnées par la bourse : Rallye , CGG , ThyssenKrupp, Peugeot, Faurecia ou Rexel par exemple ont souffert de baisses bien plus importantes que celle du CAC pendant la consolidation d’août - septembre. Chaque cas est différent mais l’endettement est une donnée commune majeure expliquant cette sur-réaction à la baisse.

L’ambiance actuelle des marchés, très positive concernant une poursuite de l’injection de liquidités, nous fait penser qu’un krach sur ce segment n’est probablement pas d’actualité. Néanmoins ce critère de l’endettement doit être pris en considération avant d’investir. Le risque sera plus élevé de manière certaine, mais bien sûr si les choses tournent bien le gain sera aussi plus fort. Pour notre part, le risque est un élément clé de décision, nous prenons donc particulièrement en compte le critère de l’endettement en ce moment pour valider nos investissements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires