En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 47 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

François Fillon ou l’urgence de la "rupture"…rhétorique !

Publié le 28 septembre 2015
Candidat à la primaire des Républicains, François Fillon ne parvient pas à décoller dans les sondages. Il est pourtant un orfèvre du raisonnement par contradiction, le plus efficace pour détruire la position adverse.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidat à la primaire des Républicains, François Fillon ne parvient pas à décoller dans les sondages. Il est pourtant un orfèvre du raisonnement par contradiction, le plus efficace pour détruire la position adverse.

Il y a décidément un "mystère Fillon" : pourquoi cet homme dont l’expérience est unanimement reconnue, dont la compétence est partout saluée et dont les réseaux parlementaires et sociaux sont très actifs n’arrive pas à décoller dans la course aux primaires à droite ? Et cela même alors qu’il vient de bénéficier d’une forte couverture médiatique lui offrant une palette complète des modes d’expression, de l’interview au discours en passant par le débat (et pas des moindres, comme le face à face avec Manuel Valls). Tout cela en relation avec la parution de son bon livre Faire, qui détonne dans la "littérature des politiques", par le sérieux du travail accompli et la qualité de l’écriture. Et pourtant… Le sondage Odoxa qui vient de tomber ne laisse guère de doute : 72% des Français ne lui trouvent pas une "carrure présidentielle".

La réponse pourrait bien se trouver, pour une bonne part, dans son mauvais positionnement rhétorique. Non que François Fillon soit un mauvais orateur. Il est l’homme d’excellents discours, en particulier à l’Assemblée, aussi bien comme Premier ministre et comme opposant : son intervention dans le débat sur le "mariage pour tous" en 2013 était un chef d’œuvre d’argumentation. Davantage, il s’est montré, lors du congrès fondateur des Républicains cette année, capable de retourner une salle à la fois dissipée et hostile qui est passée, en 15 minutes, des sifflets aux applaudissements.                                                                                                                               

De fait, dans ces discours, il a fait preuve d’une stratégie rhétorique efficace et constante : l’argumentation rationnelle (logos) au service d’un homme posé, cohérent et responsable (ethos). François Fillon est notamment un orfèvre du raisonnement par contradiction, le plus efficace pour détruire la position adverse. Il débusque les contradictions entre les faits et les discours, entre les discours eux-mêmes, mais plus encore au sein d’un même discours : il sait ainsi pousser la déduction jusqu’à l’absurde pour démontrer l’inconséquence des prémices de l’autre camp. Ainsi, lors du débat sur le mariage pour tous, il prouve que l’impératif d’égalité ne peut que conduire, malgré les assurances du gouvernement, à l’acceptation de fait puis de droit de la GPA et de la PMA (que cela soit un bien ou un mal n’est pas la question ici). Même recours à la contradiction, mais cette fois à l’égard de son propre camp, lors du congrès fondateur des Républicains : François Fillon a axé toute son argumentation sur l’idée que le rêve d’une alternance facile et molle serait contradictoire avec les valeurs historique du parti, son changement de nom et les défis du pays.

Sans surprise, l’on retrouve le même positionnement dans le débat avec Manuel Valls, avec l’excellente ouverture sur "où est donc passé le Manuel Valls qui disait que… ?".

Mais voilà, l’élan a vite tourné court : après cette entrée en matière, François Fillon s’est comme absenté du débat, laissant le Premier ministre dérouler sa propre rhétorique. Pire, son body language a été très contreproductif : repli dans le fauteuil, tête basse, parfois même signes d’acquiescement. Quelques sursauts et une bonne fin, toujours sur le thème de la contradiction (notamment entre le Premier ministre et sa majorité) ont sauvé l’exercice. Mais les résultats montrent que François Fillon n’a pas vraiment gagné en crédibilité : 36% de messages favorables sur les réseaux sociaux contre 51% de négatifs (source : Vigiglobe) ; si Manuel Valls a fait pire encore (27% pour, 60% contre), c’est avant tout du fait de ses propres failles rhétoriques qui le rendent de plus en plus inaudible.

Et pourtant quel boulevard s’offrait au challenger ! Non pas qu’il s’agissait "d’étriller" le Premier ministre mais l’occasion était rêvée de le décrédibiliser pour de bon : hausse sensible et inhabituelle du chômage en août, gestion de la crise des migrants, réformes a minima et inappliquées etc. Plus encore, Manuel Valls lui offrait sur un plateau les armes pour se faire battre : l’utilisation, suicidaire dans son cas, du titre de l’émission des "paroles et des actes", les "approximations" sur la fiscalité et le CICE, la comparaison périlleuse des bilans entre les quinquennats Hollande et Sarkozy etc…François Fillon a totalement manqué de réactivité, alors même que les séquences précédentes où son interlocuteur était en difficulté manifeste lui auraient permis de pousser son avantage. Et pourquoi avoir repris si tard et si timidement son excellent "le sang et les larmes, c’est maintenant", renversement parfait du slogan "hollandais" de 2012 (toujours la contradiction !) qu’il avait martelé avec bonheur lors son discours devant les Républicains ?

Nous tombons là sur un fait décisif : François Fillon est bien meilleur orateur que débatteur. Homme bien élevé, soucieux de la nuance, respectueux de l’autre et sensible aux titres et aux positions, il lâche trop vite prise : en témoigne le titre de "M. Le Premier ministre" qu’il donne d’entrée de jeu à Manuel Valls : erreur de débutant qui vous place tout de suite en position d’infériorité. Et erreur déjà commise par Philippe Seguin (le maître en politique de François Fillon) lors du débat de Maastricht, où son respectueux "Monsieur le président de la République" adressé à François Mitterrand avait réglé d’emblée l’issue du débat….

De là, l’idée ancrée dans l’opinion que François Fillon ne s’affirme pas assez, qu’il évite le conflit (avec Nicolas Sarkozy comme avec Manuel Valls) ou s’y épuise (avec Copé); bref qu’il est un excellent "second de la classe" mais n’a pas "la carrure présidentielle". A quoi s’ajoutent un sourire trop rare (alors qu’il peut être rayonnant), une empathie trop mesurée (alors qu’il sait en faire preuve), des images et des formules trop comptées (alors qu’il les maitrise parfaitement à l’écrit). Enfin l‘usage d’un registre où il y a forte concurrence à droite : le logos est aussi la spécialité d’Alain Juppé et de Bruno Le Maire…

Il faut donc que François Fillon s’en distingue. La valeur de liberté, qu’il a choisie de mettre en avant, avec courage dans un pays ultraconservateur, lui en donne l’occasion rêvée. Mais encore faut-il qu’il résolve le conflit entre cette valeur et le logiciel de la droite française ("ordre et autorité"), qu’il incarne aussi bien par sa personnalité que par ses références dominantes. C’est à ce prix qu’il pourra vraiment libérer sa propre rhétorique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 01/10/2015 - 11:22
.?.
L'analyse de Christophe De Voogd ne me semble pas fausse mais incomplète, parce que François Fillon scie la branche sur laquelle il est assis. S'il est effectivement un orfèvre du raisonnement par contradiction, il n'est pas en revanche le plus efficace pour détruire la position adverse...parce qu'en rhétorique on ne peut détruire la position adverse qu'en affirmant la sienne comme vraie et définitive: il ne sait pas "tuer". Il est victime des lois du milieu dans lequel il vit depuis si longtemps: il n'a pas conscience de l'urgence et de la nécessité. Il s'enferme dans cette ambiance feutrée du "on se comprend entre nous"...au mépris des français. Dommage pour lui.
Deudeuche
- 29/09/2015 - 15:11
@cloette et vangog
François Fillon élevé chez les Jésuites, n'est pas protestant de part sa famille d'origine, et si il l'est devenu, il ne communique pas sur ce sujet. Son épouse parce que galloise est réputée être méthodiste (donc protestante), mais la famille non plus ne communique pas sur ce sujet privé.
Liberte5
- 28/09/2015 - 23:26
J'y vais, j'y vais pas.!!!!
Il est toujours en porte à faux, car il alterne des hauts et des bas sans discontinuer. Il ne tient la distance dans le combat et n'a pas la niaque dans les débats. Arrivera-t-il à surmonter rapidement cet handicap? A voir et à suivre.