En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Revue d'analyse financière

Cadavre de la loi Macron : pourquoi un pays (comme la France) où l'arrivée des autobus est présentée comme une réforme majeure est un pays dont l'économie va très mal

Publié le 22 septembre 2015
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

La dernière décision de la Federal Reserve américaine, qui a laissé la semaine dernière ses taux inchangés, montre bien qu’elle n’a pas une grande confiance dans la croissance économique mondiale de ces prochains mois. Le ralentissement en Chine se traduira malheureusement par une baisse de la croissance et des échanges.

Pour le moment, le monde est confronté à une reprise atypique, pour laquelle les politiques et encore moins les banquiers centraux n’ont de solution pour cesser de retirer leur soutien à l’économie. La Fed pratique des taux zéro depuis sept ans. Le dernier relèvement s’est produit il y a neuf ans, en 2006.

Tous les investisseurs ont bien compris qu’une remontée des taux américains profiterait d’abord au dollar US, ce qui pèsera encore plus sur la compétitivité des produits américains. Toutes les sociétés qui ont beaucoup emprunté en dollars et les pays trop endettés vont avoir beaucoup de mal à se réadapter à un niveau de taux "normal", autour de 3%. On ne peut pas faire fonctionner l’économie mondiale en manipulant en permanence les taux et les changes. Quand tous les prix sont faux, beaucoup d’entreprises gaspillent du capital et de nombreux Etats ne font pas les réformes qu’ils devraient faire.

La vague politique radicale bouscule la gauche de gouvernement  partout. Jeremy Corbyn au Royaume-Uni est désormais à la tête du Parti travailliste et reprend les programmes de son parti datant des années 70 (nationalisations, désarmement nucléaire, prise de distances avec l’UE…), Pablo Iglesias, en Espagne, est le patron de Podemos et bien évidemment Alexis Tsipras, en Grèce, vient de remporter les élections. Manuel Valls de son côté ne sera pas en mesure de présenter aux prochaines élections régionales des listes unies de la gauche. Même aux Etats-Unis, on voit apparaître maintenant Bernie Sanders, qui s’est autoproclamé "socialiste du Vermont" !

Troisième dégradation de la note de la France depuis 2012

Un pays qui présente l’ouverture de lignes d’autobus pour désenclaver son territoire comme une réforme majeure est un pays qui va mal. Le gouvernement recule sur toutes les réformes qui étaient prévues, notamment le travail du dimanche, les 35 heures, le Code du travail… Les autobus sont donc tout ce qu’il restera de la loi Macron car, comme l’écrit l’agence de notation Moody’s dans sa dernière note sur la France, "les contraintes institutionnelles et politiques" empêchent toute réforme importante.

La dette souveraine de la France a donc été dégradée d’un cran par Moody’s. C’est la troisième fois que l’événement se produit depuis 2012. Il s’agit bien d’une sanction contre les choix économiques pris par le gouvernement français depuis trois ans.

Tout cela n’est pas grave, nous dit-on, car le consentement des Français à l’impôt est réel. Dans la réalité, le redressement de l’industrie se fait attendre. Le bâtiment continue à perdre massivement des emplois. On construira en France autour de 344 000 logements contre les 500 000 qui étaient prévus par François Hollande ! Grâce essentiellement à Madame Cécile Duflot, ex-ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, l’activité du secteur s’est contactée de 20%, les faillites d’entreprises continuent à augmenter. Toutes celles qui ne peuvent pas aller chercher des contrats à l’étranger subissent la crise de plein fouet. Un grand bravo !

L’investissement des entreprises va connaître un vrai rebond, nous explique-t-on. Le décalage d’un trimestre des baisses de charge pour les PME et les TPE ne changera rien, selon le gouvernement, aux décisions des entrepreneurs et la politique de compétitivité (CICE et Pacte de responsabilité) va porter ses fruits ! Tout ce discours permet à Bercy de maintenir sa prévision de croissance à 1,5% pour l’année prochaine. En attendant, Michel Sapin racle les fonds de tiroir. Il faut encore trouver au moins 600M€ d’économies pour boucler le budget 2016.

Un des signes les plus tristes du manque de confiance généré par cette politique d’improvisation permanente, c’est que même "les réfugiés/ immigrés/ migrants/ opportunistes" qui traversent en ce moment la Méditerranée rêvent d'Allemagne, de Suède ou de Royaume-Uni, mais pas vraiment de France, rebutés par le chômage, la bureaucratie et les squats insalubres…

Pour patienter, les liquidités sont une classe d’actif attractive

En Europe, l’économie s’améliore de façon graduelle, mais l’euro a déjà repris 8% face au billet vert par rapport à son plus bas de l’année. On n’a jamais créé de valeur en injectant de la monnaie. Cela comme on le voit ne fonctionne pas, mais la Bce, qui rachète déjà 60Md€ par mois d’obligations souveraines et de titres privés, devrait passer à 80Md€.

L’Allemagne, qui avait déjà pris le leadership économique et financier de l’Europe, devait faire des progrès politiques pour échapper à son image de "dictature de l’austérité". Elle a cru qu’elle pouvait devenir enfin "une bonne Allemagne" en manifestant beaucoup de générosité en matière d’immigration. Là encore, la réalité l’a rattrapée en l’obligeant à contrôler ses frontières et à revenir sur Schengen.

Augmenter le niveau de liquidités dans son portefeuille n’est pas une mauvaise idée. Continuez à regarder les quatre économies dans lesquelles la croissance continuera d’être supérieure à l’économie générale. Ce sont l’économie de la démographie, l’économie de la connaissance, l’économie verte et l’économie de la sécurité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pedalo Ivre
- 24/09/2015 - 19:02
Le consentement à l'impôt, c'est quoi ?
C'est très simple: les socialauds lorgnent sur l'énorme cagnotte que constitue l'épargne des français (plusieurs milliers de milliards d'euros), qu'ils vont ponctionner allègrement par des hausses continues d’impôts et cotisation en tout genre.
C'est la seule chose qu'ils savent faire (avec l'art de la propagande).
Et à quoi sert tour cet argent ?
A alimenter leurs privilèges, leur électorat et les quelques millions d'immigrés...

Consentement à l’impôt: le petit peuple bien docile ne se révolte pas. Il n'ira pas risquer sa vie sur les barricades: il est aseptisé.
foxlynn
- 24/09/2015 - 10:05
Loi Macron ...
c'est aussi la fin des professions réglementées ...le marché de l'art part aux anglo saxons ... et les cabinets juridiques et études notariales seront des trusts une fois que les "petits" auront disparus ... les études d'impact jamais diffusées et ignorées par le gouvernement prouvent que le juridique ne sera plus présent dans le milieu rural , vous me direz qu'à Bercy, on s'en fout totalement ... et ça on le sait ! .... Martine Aubry , que je ne porte pas particulièrement dans mon coeur, a un certain réalisme s'agissant des dispositions Macron ... elles sont présentées comme une avancée dans le libéral ... moi, je suis persuadée qu'à terme , elles engageront perte d'emplois et offre juridique à deux vitesses (comme c'est le cas pour la médecine ...) ... alors , soyez riches si vous voulez être considéré comme un "client" à part entière dans le monde merveilleux de Macron ! ..... quant aux bus ????.... dans ma campagne , c'est les Bus TER qui fonctionnent toujours , pas encore vu de compagnie privée qui estime rentable de créer des lignes ! ...
N4X
- 23/09/2015 - 13:47
Modernisation ? Déclin !
Je suis pour la libéralisation et la fin des monopoles, je combats les rentes, mais je suis contre cette arnaque au peuple qui empeste le déclin et l'affairisme. La "solution miracle" de l'autocar n'est qu'une belle diversion pour cacher l'état de délabrement de la SNCF et sa mort programmée. Après la quasi fin du fret par rail remplacé par des millions de rotations de poids-lourds, c'est le tour de la mort du tourisme. L'opérateur mal géré n'assure plus sa mission de service public. Le train n'est plus un moyen de transport populaire, fiable et abordable. Le maillage se réduit et de nombreuses lignes vont fermer faute de stratégie et de saine gestion. Il y a dans le monde un précédent qui devrait nous alerter : l'Argentine. Le ferroviaire y a disparu il y a près de 30 ans. Le jobards disent qu'il a heureusement été remplacé par les autocars. Tous savent que la mafia du transport routier (de vrais criminels) a organisé son assassinat avec la complicité des gouvernants. Le rail, tournait très bien avant sa nationalisation sauvage par les péronistes qui le bousillèrent, avant de le tuer par une re-privatisation foutraque dans un gloubiboulga d'affairisme. C'est ce qui nous guette.