En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 18 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 3 heures 56 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 13 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 25 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 4 heures 45 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 20 heures 33 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 15 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 37 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Bourse

Dégradation de la note du Brésil sur sa dette : pourquoi ce n'est pas le bon moment pour investir dans les pays émergents

Publié le 14 septembre 2015
La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. Une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. Une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir.

Comme nous l'indiquons depuis plusieurs semaines, la situation dans les pays émergents devient de plus en plus compliquée : après la Russie qui a beaucoup souffert du pétrole et des sanctions pays occidentaux, après la Turquie qui souffre d'une baisse de sa devise et des tensions au Moyen-Orient, après la Chine qui a inquiété l'ensemble de la communauté financière, le Brésil est depuis cette semaine sous les feux de l’actualité.

La nouvelle de la semaine est provenue de l’agence de notation Standard & Poors qui a dégradé la note du Brésil sur sa dette avec des perspectives négatives. Le Brésil n'avait pas besoin de cette mauvaise nouvelle supplémentaire !

En effet, depuis plusieurs mois, toutes les données économiques fondamentales se dégradent :

La croissance : le Brésil est en route pour sa pire récession depuis 25 ans. Le Produit Intérieur Brut (PIB)  a encore reculé au deuxième trimestre 2015. Sur un an le PIB affiche une baisse de 2.6%. La moindre demande internationale explique une partie de ce mauvais score, les mesures monétaires et fiscales restrictives mises en place par le gouvernement expliquent le reste. L’économie Brésilienne souffre également de lacunes plus structurelles qui pèsent constamment sur sa croissance : la faiblesse des infrastructures, le coût du travail et la faiblesse de la devise brésilienne reviennent en boucle chez les analystes et investisseurs pour expliquer leur défiance dans le potentiel de croissance structurelle du Brésil.

L'inflation est également un problème au Brésil : elle a atteint un niveau incroyable de 9,6 % sur un  an glissant en août. Au Brésil, l'inflation est structurellement élevée ; en effet les salaires sont indexés, beaucoup de loi locales imposent des augmentations de prix systématiques et régulières, et de plus, les infrastructures étant faibles et souvent engorgées, les prix augmentent mécaniquement… Mais surtout depuis quelques mois, la forte dépréciation du real a provoqué une hausse des prix des produits importés.

Les finances publiques traversent une période de grandes difficultés. Les objectifs budgétaires et fiscaux affichés par le gouvernement apparaissent de plus en plus difficiles voire impossibles à atteindre du fait de la stagnation l'économie brésilienne : en période de récession et de forte inflation, le déficit augmente régulièrement. Il atteint désormais 8.8% du PIB et aucune amélioration ne peut être envisagée à court-terme…

Sur le plan des comptes extérieurs la situation se dégrade aussi. Le déficit commercial s’aggrave. La baisse du réal n’a pas contribué à améliorer la situation. En effet, les concurrents du Brésil ont aussi vu leur devise baisser et du fait du manque de compétitivité de l’économie Brésilienne, aucun gain de part de marché n’est envisageable ; mais surtout, la baisse de la demande chinoise pèse depuis plusieurs mois sur le niveau des exportations brésiliennes.

Pour finir de ternir l’image du Brésil, la situation politique et sociale s'est fortement dégradée. La  Présidente Rousseff est extrêmement impopulaire avec un taux d'approbation de 8% seulement; sa situation devient particulièrement difficile au congrès avec, de plus, de nombreux problèmes de corruption qui sont venus perturber la crédibilité de toutes les institutions.

Avant l'été nous avions envisagé d’initier des positions sur les marchés émergents. En effet, nous pensions que les matières premières allaient arrêter de baisser et permettre un début d’amélioration économique.  Les nouvelles provenant de Chine nous ont incité à surseoir à ces investissements.

Depuis le mois d’août, la situation qui c'est fortement dégradée et le Brésil est une bonne illustration de cette nouvelle phase d’incertitude. La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. 

Les plus pessimistes envisagent même désormais les effets potentiels du fort ralentissement subi au Brésil sur les valeurs européennes. En effet, certaines entreprises européennes sont bien implantées sur les pays émergents et pourraient souffrir si l’économie ralentissait dans ces pays. Par exemple : Fiat, BIC, Casino, Carrefour, Vallourec, Technip, CGG, Santander ou Telefonica tirent entre 10 et 20% de leur chiffres d’affaires du Brésil. Difficile d’imaginer qu’elles ne souffriraient pas d’un ralentissement encore plus marqué au Brésil.

Comme nous l’évoquions la semaine dernière, une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir en attendant d’y voir plus clair sur la politique monétaire américaine et ses conséquences sur l’économie mondiale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires