En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 53 min 5 sec
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 1 heure 55 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 3 heures 13 min
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 18 heures 21 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 19 heures 45 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 20 heures 53 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 21 heures 29 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 22 heures 56 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Société
Crise sanitaire

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

il y a 3 heures 22 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 19 heures 4 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 21 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 23 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Bourse

Dégradation de la note du Brésil sur sa dette : pourquoi ce n'est pas le bon moment pour investir dans les pays émergents

Publié le 14 septembre 2015
La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. Une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. Une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir.

Comme nous l'indiquons depuis plusieurs semaines, la situation dans les pays émergents devient de plus en plus compliquée : après la Russie qui a beaucoup souffert du pétrole et des sanctions pays occidentaux, après la Turquie qui souffre d'une baisse de sa devise et des tensions au Moyen-Orient, après la Chine qui a inquiété l'ensemble de la communauté financière, le Brésil est depuis cette semaine sous les feux de l’actualité.

La nouvelle de la semaine est provenue de l’agence de notation Standard & Poors qui a dégradé la note du Brésil sur sa dette avec des perspectives négatives. Le Brésil n'avait pas besoin de cette mauvaise nouvelle supplémentaire !

En effet, depuis plusieurs mois, toutes les données économiques fondamentales se dégradent :

La croissance : le Brésil est en route pour sa pire récession depuis 25 ans. Le Produit Intérieur Brut (PIB)  a encore reculé au deuxième trimestre 2015. Sur un an le PIB affiche une baisse de 2.6%. La moindre demande internationale explique une partie de ce mauvais score, les mesures monétaires et fiscales restrictives mises en place par le gouvernement expliquent le reste. L’économie Brésilienne souffre également de lacunes plus structurelles qui pèsent constamment sur sa croissance : la faiblesse des infrastructures, le coût du travail et la faiblesse de la devise brésilienne reviennent en boucle chez les analystes et investisseurs pour expliquer leur défiance dans le potentiel de croissance structurelle du Brésil.

L'inflation est également un problème au Brésil : elle a atteint un niveau incroyable de 9,6 % sur un  an glissant en août. Au Brésil, l'inflation est structurellement élevée ; en effet les salaires sont indexés, beaucoup de loi locales imposent des augmentations de prix systématiques et régulières, et de plus, les infrastructures étant faibles et souvent engorgées, les prix augmentent mécaniquement… Mais surtout depuis quelques mois, la forte dépréciation du real a provoqué une hausse des prix des produits importés.

Les finances publiques traversent une période de grandes difficultés. Les objectifs budgétaires et fiscaux affichés par le gouvernement apparaissent de plus en plus difficiles voire impossibles à atteindre du fait de la stagnation l'économie brésilienne : en période de récession et de forte inflation, le déficit augmente régulièrement. Il atteint désormais 8.8% du PIB et aucune amélioration ne peut être envisagée à court-terme…

Sur le plan des comptes extérieurs la situation se dégrade aussi. Le déficit commercial s’aggrave. La baisse du réal n’a pas contribué à améliorer la situation. En effet, les concurrents du Brésil ont aussi vu leur devise baisser et du fait du manque de compétitivité de l’économie Brésilienne, aucun gain de part de marché n’est envisageable ; mais surtout, la baisse de la demande chinoise pèse depuis plusieurs mois sur le niveau des exportations brésiliennes.

Pour finir de ternir l’image du Brésil, la situation politique et sociale s'est fortement dégradée. La  Présidente Rousseff est extrêmement impopulaire avec un taux d'approbation de 8% seulement; sa situation devient particulièrement difficile au congrès avec, de plus, de nombreux problèmes de corruption qui sont venus perturber la crédibilité de toutes les institutions.

Avant l'été nous avions envisagé d’initier des positions sur les marchés émergents. En effet, nous pensions que les matières premières allaient arrêter de baisser et permettre un début d’amélioration économique.  Les nouvelles provenant de Chine nous ont incité à surseoir à ces investissements.

Depuis le mois d’août, la situation qui c'est fortement dégradée et le Brésil est une bonne illustration de cette nouvelle phase d’incertitude. La remise en cause par les agences de notation de la qualité de la signature de la 7ème économie mondiale est en elle-même suffisamment inquiétante pour dissuader d’investir sur les émergents en général. 

Les plus pessimistes envisagent même désormais les effets potentiels du fort ralentissement subi au Brésil sur les valeurs européennes. En effet, certaines entreprises européennes sont bien implantées sur les pays émergents et pourraient souffrir si l’économie ralentissait dans ces pays. Par exemple : Fiat, BIC, Casino, Carrefour, Vallourec, Technip, CGG, Santander ou Telefonica tirent entre 10 et 20% de leur chiffres d’affaires du Brésil. Difficile d’imaginer qu’elles ne souffriraient pas d’un ralentissement encore plus marqué au Brésil.

Comme nous l’évoquions la semaine dernière, une certaine prudence tactique doit être de mise sur les quelques semaines à venir en attendant d’y voir plus clair sur la politique monétaire américaine et ses conséquences sur l’économie mondiale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

07.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires