En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
« Oh ! »
Cecil le lion et les migrants : indignation au carré
Publié le 02 août 2015
S'indigner est dans l'air du temps, mais ne s'indigne pas correctement qui veut. Petit précis d'indignation contemporaine (attention, il faut s'accrocher pour suivre).
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'indigner est dans l'air du temps, mais ne s'indigne pas correctement qui veut. Petit précis d'indignation contemporaine (attention, il faut s'accrocher pour suivre).

On sait depuis Stéphane Hessel, saint patron des indignés, que l'indignation est devenue un impératif moral, et qu'il convient d'exprimer sa révolte contre ceci ou contre cela sur Facebook chaque matin, mais je m'indigne de ce qu'aucune étude sérieuse ne se soit encore penchée sur le nouveau phénomène de l'indignation au carré.

 

Jusqu'à présent, on s'indignait linéairement : il se passait quelque chose d'indigne, et on s'indignait directement contre. C'était de l'indignation au premier degré. Désormais, on s'indigne de ce que d'autres préfèrent s'indigner pour une cause jugée secondaire, inférant que de ne pas plutôt s'indigner d'une indignité plus légitime vaut cautionnement de cette dernière.

 

L'affaire du dentiste amateur de safari est un bon exemple. Un type paye 50 000 dollars pour avoir le droit d'abattre un lion et, paf, « les réseaux sociaux s'enflamment » (soit dit en passant, je m'indignerais bien contre ce nouveau cliché à la gomme mais je vais essayer de ne pas trop digresser sur ce coup).

 

A priori, cette indignation précise devrait ne poser aucun problème à qui que ce soit. Un chasseur, c'est méchant par nature, pas de doute, mais celui-ci cumule les défauts : il est américain et exerce une profession libérale présumée fortement rémunératrice, donc triplement méchant. D'autant plus qu'on nous dit que le lion abattu n'était pas n'importe qui, qu'il avait un joli prénom (Cecil), une couleur de cheveux pas banale et qu'il travaillait bien à l'école et ne mangeait que des légumes.

 

Si l'abattre n'est pas indigne, zut alors !

 

Mais voilà que l'on s'indigne en parallèle sur Twitter du sort des migrants, et que se mettent à fleurir les indignations sur le thème : « Comment osez-vous vous indigner de la mort du lion quand des gens se noient en Méditerranée ? ». Ce dernier drame est indigne, et d'ailleurs, je m'en indigne, rassurez-vous, mais les indignés s'indignant de l'indignité des défenseurs du lion ne deviennent-ils pas à leur tour indignes ? Et ne serait-il pas plus digne de s'indigner sans préalable du drame des migrants, voire même de la fin tragique du lion ? Et s'indigner du drame des seuls migrants n'est-il pas indigne, quand on pourrait commencer par s'inquiéter du réchauffement climatique qui menace tout le monde ?

 

Mais j'arrête-là parce que je vais louper mon train pour Dignes-les-Bains (« Quoi, vous partez en vacances alors qu'on tue des lions, que des migrants migrent et que la planète se réchauffe ? Quelle indignité ! »).

 

Le permis dans une pochette-surprise

 

Moi, j'aime bien Taubira pour pas mal de raisons, même si elle me gonfle un peu à l'occasion, mais son histoire de permis de conduire m'intrigue un peu. Si j'ai bien compris, il y a tellement de gens qui roulent sans être passés par l'auto-école qu'on perd son temps à les emmerder pour si peu et qu'une amende remplacerait avantageusement un rendez-vous avec le juge.

 

Il y a bien une certaine logique derrière tout ça, comme l'idée que dès qu'une forme particulière de délit devient massive, elle encombre les tribunaux et doit donc être rétrogradée au niveau d'une simple broutille tout juste punissable d'une amende, mais pourquoi ne pas étendre le principe à tout ce qui fatigue le système judiciaire : cambriolages, vols de ceci ou cela, agressions sur la voie publique (il suffit de jeter un coup d'oeil aux stats pour sélectionner les trucs les plus courants pour faire la liste des délits les plus chronophages méritant davantage d'indulgence)...

 

Bien sûr, une réforme du permis de conduire qui permettrait à tout le monde de le passer sans s'endetter comme un étudiant en médecine américain pourrait aussi être envisagée, mais Taubira a dû trouver que c'était trop simple – un peu comme Hollande, lorsqu'il a remplacé la baisse des cotisations sociales par le crédit d'impôt parce que c'était plus dans la tradition française de remise de formulaires en quadruple exemplaires avec tampons pour stimuler l'embauche. C'est pas très digne...

 

Mortelle cocorida

 

Je ne savais même pas que ça existait (vous pensez bien que je m'en serais indigné autrement), mais il y a encore des combats de coqs en France. Et à peine apprends-je que ces combats existent qu'on me dit qu'on va les interdire progressivement.

 

Il est vrai que forcer des animaux à entre-tuer dans une arène ne vaut pas tellement plus cher que d'aller tirer sur des lions en Afrique (et ça ne doit pas être très bon pour le goût du poulet aux morilles non plus). Et on s'étonne que les ennemis de la corrida ne se soient pas placés sur ce créneau depuis bien longtemps. Sans doute que dans leur esprit, le taureau est plus digne que le coq, mais moins que le lion ou le migrant, il faut voir...

 

Mais ce qui est marrant (OK, pas marrant marrant, mais curieux, ne sautez pas tout de suite sur vos grands chevaux, vous allez leur faire du mal), c'est que tout contrevenant à la nouvelle législation peut désormais être punis de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende quand prendre la route sans savoir distinguer un panneau stop d'un sens giratoire pourrait ne plus coûter que 500 euros.

 

L'histoire ne dit pas ce qui arriverait à un type qui écraserait en coq en roulant sans diplôme mais je pense que je demanderais à Taubira si je la vois cet été à Dignes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 06/08/2015 - 19:26
Indignation
M. Serraf aurait pu nous en faire trente pages d'exemples, parce qu'il n'y a pas un jour où, dans la presse, on n'apprend pas que certains s'indignent d'un rien, sont choqués, troublés, en colère... et tout le gratin médiatique d'y aller de son commentaire idiot histoire de bien montrer qu'il existe. Il semble donc que l'agitation médiatique stérile serve d'intelligence à cette pseudo intelligentsia parasitaire.
Deudeuche
- 03/08/2015 - 08:02
@borissm
on a les même chez nous, avec des loups, lorsqu'ils quittent les centre-villes sociétalement avancés, pour aller visiter les ploucs-beaufs qui, eux, vivent dans la nature!
borissm
- 03/08/2015 - 07:55
@vangog
Daktari et son lion Clarence (celui qui louchait) ont imprimé dans l'esprit de toute une génération l'idée que les animaux n'étaient "sauvages" que parce qu'on les voyait et les traitait comme tels, Cette vision édénique et rousseauiste de la nature (bonne par essence mais pervertie par l'homme) est à l'origine du courant dit "daktarisme" de retour à la nature sauvage et généreuse. Un certain nombre d'adeptes de ces idées ont fini bouffés par des lions lors de safaris photos.