En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 1 heure 28 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 17 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 1 jour 14 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 1 jour 47 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 5 heures 16 sec
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 5 heures 27 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 14 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 23 heures 58 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 1 jour 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 1 jour 1 heure
Chroniques du pot aux roses

Casse et castagne : les seules méthodes gagnantes dans la France "hollandaise"

Publié le 22 juillet 2015
Les agriculteurs l'ont bien compris, pour se faire entendre de ce gouvernement, il faut "frapper" fort.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les agriculteurs l'ont bien compris, pour se faire entendre de ce gouvernement, il faut "frapper" fort.

1 - Salafistes, bonnets rouges, taxis, éleveurs : une seule solution, la destruction !

Des millions de manifestants, dont le dénombrement a d'ailleurs été sciemment minoré par la police comme l'a révélé récemment un gradé bavard, ont eu beau défiler à plusieurs reprises dans les rues de Paris et des grandes villes de France contre le mariage homosexuel : rien n'y a fait. Ils avaient les vents médiatiques de face et, plus grave encore, ils étaient gentils et propres sur eux, prenant grand soin de ne pas être accusés de violence. Des centaines d’entre eux découvrirent les charmes de la garde à vue pour récompense de leur bonne éducation. Les "veilleurs" qui passent leur temps sous les fenêtres de Taubira et consorts pour tenter de s'opposer à la GPA ont le bonheur de partager ce destin politiquement stérile. Car, en France "hollandaise", pour être écouté il faut casser ou, mieux encore, tuer.

C'est ce que doivent se dire les admirateurs à peine discrets des frères Kouachi et de Coulibaly. Grâce aux Kalachnikov de leurs héros, la république socialiste n'a jamais été aussi prévenante avec l'islam et ses salons plus accueillants pour les fêtes du ramadan et autres grands moments de vivre-ensemble, protégés des amalgames et du rappel des lois laïques par de grasses subventions publiques. Charlie Hebdo ne parle plus de prophète et l’on évite les blasphèmes. Il faut prendre des gants avec celles qui en mettent pour ne pas risquer de se salir au contact, même indirect, de mâles infidèles. Quant aux projets d'interdire le port du voile dans les crèches fonctionnant avec les deniers publics ou les universités, n'y pensez même plus !

Tout comme les Bonnets rouges ont occi l'écotaxe par quelques incendies et les taxis ont eu raison d'Uberpop par quelques coups bien placés, les éleveurs ont compris eux aussi comment l'on traite avec ce gouvernement. Blocus, feux, tas d'ordures et, surtout, l'ombre menaçante d'actions plus radicales encore au moment des départs et retours de vacances... aussitôt François Hollande annonce l'arrivée d’aides et de subventions. Après avoir proclamé qu'il ne se rendrait pas à Caen pour répondre à la convocation des agriculteurs, Stéphane Le Foll s’y est précipité sans attendre de les recevoir à Paris comme initialement prévu. L'élevage français est un animal privé de ses instincts à force d'être enfermé, contrôlé, orienté, subventionné. La solution trouvée par Mou-Président et Dur-d'être-Premier-Ministre sera naturellement de lui redonner une dernière petite lichette d'argent public ...

A quoi est due cette faiblesse qui n'a d'égale que l'insensibilité du pouvoir vis-à-vis des pauvres naïfs qui, voulant préserver les serres d'Auteuil ou la rue de Rivoli par exemple, s'en remettent à la justice ? La peur de la violence n'est certes pas nouvelle dans les ministères. Mais elle a rarement atteint un tel niveau de sensibilité si on la compare à l'indifférence à toutes les autres formes de contestation politique. C'est que l'Etat et ses pseudopodes judiciaires, financiers et médiatiques contrôlent désormais parfaitement l'expression publique et s'y prennent à merveille pour discréditer, étouffer ou énerver, au sens premier du terme, leurs opposants.

En revanche, l'irruption brutale et déterminée d'actions violentes les laisse ballants, sans voix, sans ressort. D'où la tension croissante entre un appareil politique obèse et une société dont les éruptions sont plus que jamais pour lui déroutantes.

2 - Bienvenue dans la Ponzi society !

Continuons à creuser ce sillon comme les agriculteurs labouraient autrefois leur champ.

"Paris veut les Jeux" proclame une affiche incongrue sur les panneaux censés vanter l'action municipale dans les rues de la capitale. La cocasse affaire de la candidature aux jeux olympiques est en réalité symptomatique du refus des prétendues élites qui nous gouvernent de tenir compte des sentiments et idées du peuple autrement que lorsqu'il se révolte durement. N'en déplaise à quelques sondages commandés par les promoteurs de cette opération, il suffit de surfer sur les articles consacrés à ce nouveau subterfuge et de lire les commentaires des internautes pour y découvrir un rejet massif et catégorique de cette dilapidation d'argent public, toutes opinions politiques des lecteurs confondues. Mais tout se passe comme si la volonté populaire était délibérément écartée du processus de prise de décision sur ce sujet comme sur les autres. Les "décideurs", ayant besoin de paravents à leur tétanie sur les enjeux importants, s'accrochent à de pseudo objectifs mobilisateurs en invoquant un consensus imaginaire.

C'est le déni de réalité au pouvoir, c'est même le pouvoir réduit à la capacité de nier la réalité. Pas étonnant, dans ces conditions, d'entendre François Hollande s'autoproclamer chef audacieux ! La machinerie bureaucratique fonctionne en autonomie quasi-complète. Il faut que rien ne change pour qu’elle survive. L’irréel et l’artificiel sont aux commandes. En dernier ressort, on imprime la monnaie de singe qui permet à cette "Ponzi society" de continuer à fonctionner. Comme au temps de Shakespeare, notre odorat suffit pourtant à sentir qu'il y a quelque chose de pourri en ce royaume d'Europe.

La tragi-comédie grecque, qui a connu un bref entracte cette semaine, en est une autre illustration. Le MESF prête à la Grèce l'argent pour rembourser la BCE qui achète la dette des Etats membres qui prêtent au MESF l'argent qu'il prête à la Grèce, etc., etc. Le serpent européen se mord la queue sur les marches de l'Acropole. La dette grossit sans frein mais on a temporairement différé, une fois de plus, la publication de l’acte de décès d'une union monétaire non viable. Le fossé entre "élites" et masses se creuse. Ceux qui le disent se font aussitôt taxer de populisme, injure politique aussi commode qu'elle est insignifiante. Là aussi le système, qui a atteint un point de conservatisme extrême, ne tient plus que sur l’apparence, la manipulation.

3 - Régionales : déroute présidentielle en vue

Les Socialistes et leurs derniers alliés, les Radicaux de gauche, ne parviennent même plus à s’entendre sur des candidatures communes en vue des prochaines élections régionales.  Quelle chance François Hollande a-t-il d’éviter des primaires à gauche si le Ps perd toutes les régions qu’il contrôle fin 2015 ? Plus que jamais, le pouvoir est fragile et c’est bien pour cela qu’il cèdera tout aux agriculteurs si ces derniers veulent se donner la peine de durcir encore un peu leur mouvement ...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 23/07/2015 - 19:18
C'est le dernier gouvernement entiérement socialiste enUE..
C'est normal , que les socialistes cherchent des excuses pour exister ...mais c'est trop tard 26 ans après la chute du mur de Berlin... ..!
gwirioné
- 23/07/2015 - 01:31
Et quand la CGT bloque les transports?
Quand les syndicats pas-du-tout-représentatifs bloquent, par exemple, les transports, ils n'ont pas besoin de casser pour attirer l'attention du gouvernement. Item pour les profs ( 60 000 postes....), personnels hospitaliers et autres fonctionnaires. Et, depuis longtemps, les paysans qui reçoivent les visites souriantes des politiques au salon de l'Agriculture sans aucun effet; ont compris que leur seule façon d'attirer l'attention de nos oligarques énarquiens, c'est , effectivement, la violence. Avez-vous déjà oublié la condescendance de Le Foll, qui se proposait de daigner accepter une visite à Paris des manants?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/07/2015 - 22:52
Le jour où nos politiques de
Le jour où nos politiques de gauche comme de droite arrêteront de se congratuler sur cette république exemplaire que tout le monde nous envie...! Le jour où ces crétins comprendront que la France n'est pas une démocratie mais seulement une république dans laquelle une minorité finit par avoir raison en gueulant plus fort que la majorité.
Ce jour là on pourra peut-être espérer atteindre un semblant de vie démocratique.....