En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Alkis Konstantinidis
Revue de blogs

Dette grecque : "Il y a deux façons de conquérir une nation et de la réduire en esclavage. Une façon est par l'épée, l'autre est par la dette"

Publié le 28 juillet 2015
La folle histoire des négociations sur le Grexit a plus passionné les réseau sociaux que l'on s'y attendait. Il faut dire que l'Allemagne a bien joué le rôle de la méchante. Le sentiment général du jour d'après en Europe est celui d'une très pénible gueule de bois et de lendemains qui pourraient faire très mal partout.
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La folle histoire des négociations sur le Grexit a plus passionné les réseau sociaux que l'on s'y attendait. Il faut dire que l'Allemagne a bien joué le rôle de la méchante. Le sentiment général du jour d'après en Europe est celui d'une très pénible gueule de bois et de lendemains qui pourraient faire très mal partout.

Photomontage  Jtross00 sur Twitter.

 John Adams, président des Etats Unis il y a très longtemps,  n'était pas prévu dans le castin, mais c'est lui à travers une citation qui a été la vedette surprise de la 'Nuit de l'horreur' bruxelloise' sur Twitter:  "Il y a deux façons de conquérir une nation et de la réduire en esclavage. Une façon est par l'épée, l'autre est par la dette".

 Marc Mentre sur Mediatrend a réalisé une compilation des caricatures  à l'humour "très très noir" qui ont déferlé sur Twitter sous le hashtag Thisisacoup. Nous ne verrons plus jamais le côté Maman de Mme Merkel. Elle  est définitivement passée du côté des sorcières. Le blogueur français est lui-même sombre: "Bon ce soir on peut dire que Varoufakis a - avait - raison : l'euro est une prison (un système de taux de change fixe) dont il n'est pas possible de s'évader, à moins d'en payer un prix exorbitant (exemple grec). Bienheureux ceux qui ne sont pas dans l'euro. (et donc malheur à nous)"

A qui le tour ?

L'Italie qui tweete, en particulier, est consternée. Parce qu'elle croule elle aussi sous les dettes. Alessandro Rossanio fait un bilan très pessimiste. Pour lui, la Grèce est 'un rat de laboratoire" sur lequel seront testées les futures amputations et tortures économiques qui peuvent s'abattre sur son pays, et d'autres.  La fracture Nord-Sud de l'Europe s'est visiblement creusée, cette nuit-là. La passivité de certains membres européens d'Europe du Nord, ou leur 'sauvagerie' financière, certains Sudistes ne les supportent plus.

Pino Bruno, journaliste italien: " Les Finlandais ( Allemands et autres ex-barbares), ces gens qui courraient nus à la chasse à la marmotte quand déjà nous poignardions un Jules César...".Laure Zambrano  :"Je veux une Europe bicéphale. Celle du sud et celle du nord. Le sud, celui qui a fait l'Histoire, la philosophie, la démocratie et note langue (gréco-latine). Et que le Nord se trouve tout seul son identité." 

Illustration du compte Twitter de Jean-Pierre Zemmour 

L'Espagne parait moins unanime. Parce qu'elle vient d'élire Podemos, son Syrisa? Parce qu'il y a un léger mieux? Ou alors peut-être ne croit-elle même plus à aucun de ses gouvernants sur ce chapitre, depuis que le président du conseil s'est ridiculisé en se trompant sur le montant de la dette nationale lors d'un entretien télévisé. 

La Grande Bretagne est extrêmement attentive : parce qu'elle aussi va avoir un référendum sur son appartenance à l'Europe. Un lieu de rendez)vous des commentateurs britanniques, et de toute la planète, à été  la page Facebook du ' Financial Times'. Et ces commentateurs-là sont aussi terrifiés par ce qui se passe.  Sean Dunne : "La BCE, c'est le commando d'élite créé pour faire s'agenouiller n'importe quel état souverain. Ils l'ont fait avec l'Irlande, Chypre, et maintenant, et de façon spectaculaire, avec la Grèce". Cette page Facebook doit être saluée pour rassembler des opinions du monde entier dans ce  un débat qui passionne "ailleurs", en Argentine, à Porto Rico, aux USA ou dans les BRICS. 

Une autre voie ?

Carole Fabre, militante des monnaies alternatives comme le SEL, le Ucoin, le Bitcoin, demande à ce que l'on réfléchisse plus loin, à l'après "monnaie-dette":  "Tout le monde suit le feuilleton grec, oh la la, la pauvre Europe, oh la la, la zone euro, oh la la, pauvre de nous ... Mais vous étiez où quand il se passait la même chose dans le continent africain pour vivre vos trente glorieuses si regrettées ? Vous étiez où quand on vous disait que le FMI asservissait les peuples des pays "en voie de développement" (affreux terme) ? (...) Parce que si vous ne réfléchissez pas profondément aux structures non rendues visibles de nos sociétés, nous allons allez droit au casse-pipe tous ensemble !
Facile de s'en prendre à l'Allemagne, de diviser encore mieux les pays d'Europe, je crains, voyant les réactions contre Merkel et autres dirigeants (pantins) d'Europe, que tout cela nous mène vers la barbarie. 
Réveillez-vous, la seule faute c'est de ne pas vouloir voir la réalité ! Et la réalité c'est cette putain de monnaie dette créée par les banques privées que nous utilisons pour nos échanges, nous devons changer le système de mesure de nos échanges! Et personne ne le fera à notre place ! 
(...) . Le prochain qui me dit que c'est la faute à l'Allemagne, je lui fait bouffer dix Bitcoins".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Normal 1er.
- 15/07/2015 - 18:32
Les bons et les méchants.
Comme il y a aussi la meilleure façon de détruire la confiance de son peuple, qui est de promettre n'importe quoi pour arriver au
pouvoir sans au final en subir les conséquences. Suivez mon regard. Les bonimenteurs de foire sont toujours à l'affut de gogos de tout
poil et qu'il suffit de caresser en leur disant qu'avec eux ce sera toujours plus agréable. Seul le tube de vaseline est plus gros et on
a moins mal au début.La question est maintenant celle ci: Que fera le peuple grec si Tsipras lui même ne croit pas à l'accord qu'il a signé et qu'il soumet au parlement déjà vent debout. Que feront les autres pays comme l'Espagne et l'Irlande qui ont fait les réformes
nécessaires et qui se demandent à quoi tout celà a servi. En fait, en y regardant de près,ceux qui ont fait les réformes en leur temps
comme l'Allemagne, aujourdhui l'Espagne et l'Irlande sont les méchants et tous les autres nous compris sommes les gentils. Est ce que j'ai bien tout pigé ? A bientôt
john mac lane
- 15/07/2015 - 09:40
Quel manque de bon sens généralisé.
Règle de base du bon sens:
« Si tu veux garder le contrôle de ta destinée, il faut éviter de trop t’endetter. »
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/07/2015 - 21:38
Esclavage ne rime pas avec poil dans la main..
Je ne vois vraiment pas qui pourrait-être assez con pour vouloir mettre les Grecs en esclavage, quand on recherche des esclaves, on ne choisit pas les plus feignants...! Ça doit encore être une idée issue du cerveau malade d'un fonctionnaire Marxiste, ce qui est un pléonasme...!