En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 39 min 14 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 34 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 24 sec
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 20 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 3 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 14 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 32 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 13 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 28 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 1 jour 4 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Petite historiographie des gains et des pertes électorales suite à un changement de nom de parti politique

Publié le 27 mai 2015
Mardi 26 mai, le Tribunal de grande instance de Paris a autorisé l'UMP à utiliser le nom "Les Républicains". Mais que ce soit pour le RPR en 2002, ou le Modem en 2007, un changement de nom de parti n'apporte pas toujours que des résultats positifs.
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 26 mai, le Tribunal de grande instance de Paris a autorisé l'UMP à utiliser le nom "Les Républicains". Mais que ce soit pour le RPR en 2002, ou le Modem en 2007, un changement de nom de parti n'apporte pas toujours que des résultats positifs.

Atlantico : Globalement, quels enseignements peut-on en tirer de l'impact d'un changement de nom sur l'électorat en général, et sur les sympathisants en particulier ?

Christian Delporte : L’impact est immédiat mais ne dure pas. Le changement de nom s’accompagne de l’affichage d’une unité retrouvée, de sourires partagés, d’un élan communicatif. Tous les médias ont le regard fixé sur la mutation en cours. L’électorat se remobilise. Bref, c’est le moment de l’émotion. Et puis le quotidien de la politique revient, avec ses difficultés, ses épreuves, ses déceptions, et on s’aperçoit que rien n’a vraiment bougé, que les clivages sont les mêmes, que l’échiquier politique français reste intact. En France, la politique tient du glissement, pas de la rupture.

Le changement de nom d’un parti n’a aucune importance. Ce qui compte, c’est qu’il réponde à la question fondamentale : au service de qui est-il placé ? Surtout à droite où le parti est organisé autour du chef. En 1976, le passage de l’UDR au RPR était symbolique : il signifiait que, désormais, le mouvement gaulliste se mettait en ordre de marche pour permettre à Jacques Chirac, et lui seul, de conquérir l’Elysée. Le "RPR", désormais, s’identifiait à Chirac. Derrière le changement de nom, ce qu’il faut observer, c’est la mutation de la structure du parti, le renouvellement des hommes qui l’accompagne, la transformation du projet au profit de l’ambition présidentielle du chef.

S’agissant des Républicains, ce qui compte c’est l’initiative du changement de nom par Nicolas Sarkozy, parce qu’il prépare la suite pour la reconquête de l’Elysée. En changeant le nom de l’UMP, il veut certes tourner la page, mais surtout construire une machine électorale pour 2017. Ceux qui viendront rejoindre les Républicains dans les semaines et les mois prochains, entraînés par l’émotion et l’élan du changement, viendront d’abord par adhésion à leur chef, Nicolas Sarkozy. Ils se transformeront comme autant de relais pour la primaire. Bref, en imposant un changement de nom, le grand vainqueur est nécessairement celui le porte : Chirac en 1976, Sarkozy en 2015 ou, à gauche, Mitterrand, en 1971.

  • Du RPR à UMP en novembre 2002

Après le changement de nom en novembre 2002, on observe une certaine stabilité de l'opinion à l'égard du parti. Mais une baisse des mauvaises opinions (passées de 44 à 40, données Ipsos voir ici). Comment l'expliquer, au regard du contexte de l'époque ?

L’UMP est créée entre les deux tours les législatives de 2002, après le coup de tonnerre du 21 avril, pour réunir la droite et le centre dans une "majorité présidentielle". C’est une idée de Jérôme Monod, grand fidèle de Jacques Chirac. Les élections gagnées, l’Union pour la majorité présidentielle devient l’Union pour un mouvement populaire : Alain Juppé voulait l’appeler la "Maison bleue", les centristes libéraux penchaient pour un nom propre du "parti populaire" européen. L’Union populaire l’a donc emporté.

A ce moment, on sort d’une période pleine de turbulences où le Parti socialiste est totalement à reconstruire. Il n’existe plus, seule la droite compte. La relative bonne image de l’UMP est caractéristique des débuts du nouveau quinquennat, où les Français, bien que sans grandes illusions, ont besoin de reprendre confiance. Les électeurs de droite et du centre ont toujours souhaité l’union : l’UMP la réalise par sa structure et dans la durée, pas seulement à l’occasion d’un scrutin électoral. Les électeurs de gauche, eux, espéraient un geste d’ "union nationale" que Chirac a ignoré. D’où ce résultat mitigé : le changement de nom, attirant l’attention des médias, suscite une modeste émotion, mais pas vraiment d’espoir. Au fond, dans le contexte si particulier de 2002, l’apparition de l’UMP est passée assez inaperçue.

L'évolution de la côte de popularité de Nicolas Sarkozy ne suit pas la même logique : elle baisse de 3 points en décembre (à 50), puis remonte à 58 le mois suivant (janvier 2003). Quel est l'effet du changement de nom sur les personnalités qui en sont à l'origine ? 

Beaucoup d’hommes politiques, à l’époque, enviaient les chiffres de popularité de Nicolas Sarkozy ! A cette époque, il est globalement dans une phase ascendante de sa popularité, qui fut toujours très médiocre avant 2002. Elle couronne l’action du ministre de l’Intérieur, pas du responsable UMP où il n’a pas de fonction essentielle, l’homme de la situation étant Alain Juppé. Sarkozy n’a pas joué un grand rôle dans le choix du nom de l’UMP, même s’il en est nécessairement l’une des figures marquantes, en raison de sa fidélité à Jacques Chirac pendant la campagne présidentielle. La haute popularité de Sarkozy, qui peut fluctuer au cours des mois, est une popularité personnelle sans lien avec celle de l’UMP qui reste le "parti du Président". Mais c’est sa popularité auprès des militants qui lui permet d’en prendre la tête en novembre 2004.

  • De l'UDF au Modem en décembre 2007 

On observe une forte évolution dans l'opinion du parti suite au changement de nom de UDF à Modem. Ainsi, les opinions positives à l'égard du parti augmentent de 9 points (à 41), quand l'opinion négative baisse de 50 à 31. Comment l'expliquer ? Pouvez-vous nous rappeler le contexte de l'époque ?

Le Modem est créé en décembre 2007, à la suite du très bon score réalisé par François Bayrou lors de l’élection présidentielle : près de 19% des voix. Il réanime en quelque sorte l’UDF et repositionne le Centre sur l’échiquier politique. Bayrou lui-même, à l’époque, bénéficie d’une bonne image et son indépendance affichée à l’égard de l’UMP et du PS lui est favorable. En fait, le Modem bénéficie de l’effet Bayrou dont la cote de popularité s’élevait à 65% en mai 2007 et du caractère de nouveauté que représente son apparition. Mais l’émotion de la présidentielle passée, la vague retombée, les perspectives électorales restant lointaines, la popularité de Bayrou et de son mouvement s’érodent : en mai 2008, elle est retombée à 39%. Reste que le Centre est une donnée de la vie politique française : si ses leaders (à l’exception de V. Giscard d’Estaing) n’accèdent pas à la magistrature suprême, ils bénéficient généralement d’une assez forte popularité. Paradoxe d’une France qui rêve d’être gouvernée au Centre mais qui vote, alternativement, à gauche ou à droite…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 27/05/2015 - 18:34
Pour remonter ou pour ne pas tomber
Je trouve Delporte plutôt complaisant vis-à-vis de Bayrou : il n'était pas candidat pour faire un bon score mais pour gagner; le MoDem est donc né d'un double échec : son élimination au 1er tour, et le départ de presque tous les élus UDF qui ont rejoint Sarkozy avec le Nouveau Centre, vidant ce parti de sa substance, et désavouant son chef égaré dans une stratégie perdante. Aujourd'hui, Bayrou essaye de se faire repêcher par Juppé, après avoir trahi les siens en votant Hollande par pur calcul politicien, encore une fois perdant. Il ne faut donc pas confondre des initiatives improvisées pour éviter la catastrophe, d'une stratégie de reconquête (pré)méditée, comme celle de Chirac avec le RPR, ou de Sarkozy avec Les Républicains.