En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

03.

Macron skie français

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 53 min 50 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 2 heures 22 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 4 heures 54 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 6 heures 57 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 7 heures 25 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 8 heures 8 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 9 heures 51 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 6 heures 50 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 8 heures 2 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 8 heures 21 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 8 heures 53 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 9 heures 34 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 20 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Chronique du pot aux roses

Sans départ des socialistes, pas de reprise en France

Publié le 29 avril 2015
Le sentiment de haine des possédants, encore prégnant dans la nomenklatura étatique de "gauche", malgré les réformettes de Macron, distille son poison. Les chefs d'entreprise n'ont toujours pas le goût d'investir et les propriétaires de bailler à des locataires surprotégés.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sentiment de haine des possédants, encore prégnant dans la nomenklatura étatique de "gauche", malgré les réformettes de Macron, distille son poison. Les chefs d'entreprise n'ont toujours pas le goût d'investir et les propriétaires de bailler à des locataires surprotégés.

1 - Le nouveau mur de l’argent

Malgré les rodomontades et la création massive d'emplois bidons - 150 000 au total depuis 2012 qu'il faudrait ajouter aux chiffres du chômage - ce dernier continue d'augmenter. Un million de demandeurs supplémentaires, toutes catégories confondues, depuis l'arrivée de Mou-Président à l'Elysée ! Face au désastre, la tactique de Hollande était simple : susciter le suspense puis théâtraliser le fameux retournement de la courbe, qui viendrait bien un jour, pour faire oublier les hausses précédentes et, avec la complicité de la presse socialisante et subventionnée, claironner les beaux jours revenus. Le tout deux ans au moins avant les élections de 2017, afin de conditionner l'opinion.

 

Mais, nonobstant radiations, subventions et subterfuges, ce retournement ne vient pas. Les défaillances d'entreprises restent à un niveau très élevé. De janvier à mars 2015, 18.134 ont été placées en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire, selon une étude du cabinet Altares publiée le 16 avril. Le nombre d'emplois menacés dépasse 66.000, au plus haut niveau depuis 2009. Les sociétés qui continuent de ne pas trop mal se porter n'ont pas envie d'embaucher. Les pesanteurs bureaucratiques, notamment réglementaires et fiscales, l'expliquent en grande partie. Le sentiment de haine des possédants, encore prégnant dans la nomenklatura étatique de "gauche" malgré les réformettes de Macron, distille toujours son poison. Les chefs d'entreprise n'ont pas le goût d'investir et les propriétaires de bailler à des locataires surprotégés. Bref, Hollande et sa bande se heurtent au fameux "mur de l'argent" théorisé par Edouard Herriot aux temps lointains du Cartel des gauches, formule plus proche de notre actuel gouvernement que celle du Front populaire. A ceci près que cette barrière, ce sont eux qui l'ont construite, renforcée, armée de béton et qu'ils ne parviennent plus désormais à la démanteler.

 

Autre difficulté de taille : la rotative à billets actionnée par Mario Draghi à la Banque centrale européenne n'a qu'un effet limité. La clé du rebond au Japon, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne ces dernières années avait été la dépréciation des devises plus que la création monétaire qui alimente surtout une hausse du marché des actions. Maintenant que l'euro baisse, les économies continentales cessent certes d'être lourdement handicapées mais n'ont pas pour autant retrouvé un clair avantage de change.

 

Quant à la situation historiquement inédite de taux d'intérêt quasi négatifs dans plusieurs pays, elle ajoute au trouble et à la déstabilisation des agents économiques. Elle résulte de l’entente entre banques centrales pour ne pas créer de concurrence entre les devises qui aboutirait à ce qu’une ou plusieurs d’entre elles dévissent.

 

Mais pourquoi prêter sans être rémunéré ? Faute de réponse à cette question triviale, il est clair que l'investissement ne retrouvera pas la dynamique nécessaire à une reprise solide.

Une bulle se forme donc qui menace d'éclater à n'importe quel moment, les profits des entreprises ne justifiant pas le niveau actuel des actions.

 

Dans ces conditions, pour que l'économie française reprenne le chemin d'une croissance sensible, il faudrait au moins lever l'obstacle psychologique que constitue le gouvernement de messieurs Hollande et Valls. Leur présence même crée un sentiment de malaise qui cristallise toutes les autres raisons de douter. Avec l'inertie clientéliste du pouvoir, ce blocage est devenu le vrai frein à une libération de l'énergie des Français.

 

2 - Atlaoui et alii

Je vais me faire de nouveaux ennemis mais je ne suis pas, par principe, hostile à la peine de mort. Ce n'est pas le lieu ou le moment d'expliquer pourquoi, cela prendrait trop de temps. Je suis également, depuis plus de trente ans, un amoureux de l'Indonésie, pays dont on peut dire sans amphigouri qu'il est l'un des plus beaux au monde et dont la population est généralement charmante.

 

Cela étant, même si Serge Atlaoui est coupable de tout ce dont on l’accuse, la peine qui risque de s'abattre sur lui de manière imminente est disproportionnée à son rôle dans l'installation d'un laboratoire de fabrication d'ecstasy. L'exemplarité a des limites. Allons Bapak Widodo pensez donc un peu au légendaire roi Râma et à son souci de justice, de clémence et de mesure, un des modèles culturels de votre pays. Keadilan dan kemurahan hati !

 

Une autre chose choquante est l'affirmation selon laquelle l'exécution d'Atlaoui serait la première peine de mort appliquée à un Français depuis plus de trente ans. On oublie donc Hervé Gourdel et toutes les autres proies du terrorisme islamique ? Ce n'est pas parce qu'ils ont été tués par des autorités non étatiques parfois au terme de simulacres de procès qu'ils ne furent pas les victimes d'une sentence capitale, bien au contraire.

 

3 - Bruxelles et poivre

Les bureaucrates de Bruxelles et Francfort ont tellement peur de perdre leurs jobs en cas d'effondrement de l'euro et de l'Union européenne que la France peut se permettre à peu près n'importe quoi, elle aura toujours deux années supplémentaires pour faire semblant de se réformer. Tant que les épargnants allemands ne ruent pas dans les brancards pour cause de menace sur leurs petites économies, le système tiendra avec l'hypocrisie pour ciment. La Grèce sert opportunément de leurre, de victime expiatoire sur qui on s'acharne pour éviter de parler des calamiteuses situations budgétaires de la France ou de l'Italie par exemple.

 

Mais enfin, au stade où nous en sommes avec Tsipras, il ne peut y avoir que deux solutions éventuellement cumulables : la remise des dettes ou le défaut de paiement. Le problème est que la Banque centrale européenne, si elle devait éponger l'une ou/et l'autre, finirait par avoir du mal à convaincre les marchés que l'euro en sortira indemne. La remontée des taux d'intérêt, qui sifflerait la fin de la récréation en bourse et dans le financement des déficits publics, deviendrait un risque immédiat.

 

Jusqu'ici tout va (de moins en moins) bien.

 

4 - Uber roi

Développons l’usage d’Uber et du co-voiturage pour les dirigeants d’entreprises, d’établissements publics, pour les politiciens et les ministres, cela nous évitera peut-être quelques scandales, des frais dispendieux et des démissions intempestives ... Il n'avait qu’à faire attention !

 

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/05/2015 - 18:30
Ce qui est possible au niveau local, deviendra
une réalité au niveau national, lorsque le front National aura rendu son pouvoir au peuple de France...c'est à dire bientôt!
vangog
- 01/05/2015 - 18:28
@Anguerrand Les impôts baissent de 5% , en plus des 10%
deja prévus, à Hénin-Beaumont. Ce que vous n'entendrez pas dans les medias gauchistes TV, vous pouvez en prendre connaissance sur des medias partiaux http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/le-maire-fn-d-henin-beaumont-annonce-une-nouvelle-baisse-des-impots-locaux
Et oui, Anguerrand, c'est possible et steeve Briois le prouve! Ce qui est possible au nive
Ganesha
- 01/05/2015 - 15:42
Lisez donc les Articles avant de les Commenter !
Triste sort que celui de cet article de mr Federbusch ! Selon leur habitude bien ancrée, les ''joyeux commentateurs d'Atlantico'' se sont contentés de lire le titre… Et là, on leur agitait leur ''chiffon rouge'' favori : le mot ''Socialisme'' ! Puis on leur rappelait leur jeunesse, en utilisant cette notion complètement obsolète de ''Bonheur et Progrès de l'Humanité grâce à cet ingrédient miracle : la Croissance'' ! Que le texte de l'article en lui-même n'ait aucun rapport avec cette annonce racoleuse, cela n'a vraiment pas d'importance ? Prenez donc quelques minutes, et lisez-le… il ne manque pas d'intérêt !