En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 8 min 55 sec
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 43 min 53 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 3 heures 4 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 15 heures 21 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 min 38 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 56 min 50 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 14 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 19 heures 18 min
© DR
© DR
Le Nettoyeur

Pourquoi la France ne parvient pas à dupliquer la magie de la Silicon Valley

Publié le 10 avril 2015
"Pépites", "jeunes pousses", etc... Le langage utilisé en France pour parler de l'entrepreneuriat de manière soit-disant positive ne révèle en fait que la volonté du gouvernement d'empêcher nos start-up de grossir et de marcher sur les plates-bandes des grosses entreprises et de la fonction publique.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Pépites", "jeunes pousses", etc... Le langage utilisé en France pour parler de l'entrepreneuriat de manière soit-disant positive ne révèle en fait que la volonté du gouvernement d'empêcher nos start-up de grossir et de marcher sur les plates-bandes des grosses entreprises et de la fonction publique.

Le langage que nous employons est souvent bien révélateur, chacun le sait. Mais parfois il peut non seulement être révélateur mais aussi influer sur la manière dont nous pensons. Plus difficile d'employer un concept pour lequel on n'a pas de nom...

C'est pour cela que le langage utilisé en France autour de l'entrepreneuriat est très intéressant. Nous avons une attitude paradoxale par rapport à l'entrepreneuriat. Depuis quelques années, en tous les cas depuis de nombreux coins, il est difficile de ne pas tomber sur quelqu'un qui va chanter des louanges à l'idée de l'entrepreneuriat, de l'innovation, des start-ups, etc.

Mais en même temps, en-dessous de tout ça, se situe toujours un petit refrain lançinant, peut-être inavoué, qui raconte que, en fait, tous ces trucs, c'est de la blague. C'est peut être rigolo, ces histoires de startups, mais dans la vraie vie, les grandes entreprises et la fonction publique, c'est quand même ça qui dure et qui sert à quelque chose. Après tout, la France est un pays où ce qui compte dans la vie c'est d'avoir un statut, et l'entrepeneur est par définition celui qui n'a pas de statut, puisqu'il peut tout perdre du jour au lendemain.

Et puis surtout, les start-up, c'est très sympa, à condition qu'elles restent petites. Tout l'intérêt d'une économie de l'innovation, ce n'est pas, en soi, les start-ups, c'est que quand on a beaucoup de start-ups, on augmente les chances que l'une d'entre elle devienne un des géants de demain. C'est cette magie de la Silicon Valley que l'on n'arrive guère à reproduire en France. Mais voilà : une start-up qui devient un géant de demain, forcément, elle le fait en mangeant sur les plates-bandes des géants d'aujourd'hui. Et ça, en France, on n'aime pas. Des petites start-ups, c'est rigolo, ça fait bien dans le paysage. Une start-up qui deviendrait grande ? Qui se mettrait à mettre en difficulté des entreprises centenaires, avec des énarques au comité de direction et tout ? Vous n'y pensez pas.

Notre langage reflète parfaitement ça. On entend sans cesse parler de “jeunes pousses” : quelque chose de fragile, de petit, de facilement méprisable et, au fond, de pas très important. On met d'ailleurs nos “jeunes pousses” dans des “incubateurs” pour bien renforcer l'image que la start-up et fondamentalement quelque chose de petit, fragile et inconséquent.

Autre expression qui revient sans cesse dans le discours : on parle de “pépite.” Là encore : l'image est parfaite. Une pépite, c'est sympa, c'est joli, on est content de la trouver, mais c'est petit et, en soi, sans valeur.

Pourquoi plutôt ne pas parler de “monstres” ? De “dragons” ? De “tornades” ? De “moteurs” ?

Que sais-je encore ?

Peut-être faudrait-il lancer une grande consultation nationale pour donner des noms aux start-ups qui soient dignes de leur vrai potentiel.

D'ailleurs, y'a peut être une idée de business là-dessous...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 13/04/2015 - 00:32
Les (bonnes raisons) de ne pas entreprendre en France :
1/ La taxe, la gabelle , la spoliation. 2/ La haine de la réussite venant d'en bas de la part des syndicats, élites intellectuelles, artistiques, médiatiques pourtant indument subventionnées au travers de la dette et de la taxe sur les créateurs de richesses. Si l'on réussit dans ce pays c'est qu'on est corrompu, que l'on fraude l'état ou que l'on méprise ses salariés financièrement et humainement ou tout cela à la fois. 3/ La certitude bien ancrée chez les politiciens provenant pour l'essentiel de la fonction publique, que la France ne vit que par et pour l'administration, d’où le mépris de l'entreprise libérale, cette liberté leur est insupportable, leur contrôle doit être total. Jeune entrepreneur, fuit ce pays si tu le peux, le monde est vaste et les opportunités nombreuses !
adroitetoutemaintenant
- 11/04/2015 - 00:58
Un autre exemple
Regardez la Marisol de la santé qui démolit un système gagnant.
jurgio
- 11/04/2015 - 00:00
Nous avons un contexte exécrable, c'est un fait
mais aussi les États-uniens ont chez eux ceux qui fabriquent les composants hi-tech. Ils sont ainsi les premiers servis et gagne sans cesse une avance technologique. On les concurrence sur des terrains déjà piétinés. Dur.