En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

07.

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 16 min 40 sec
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 11 heures 13 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 1 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 1 jour 5 heures
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 56 min 34 sec
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 5 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 22 heures 30 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 1 jour 6 heures
Non j'irai pas !

Radiographie de l'abstention depuis 30 ans : ceux qui se fichaient des élections et ceux qui faisaient de leur non-vote un choix actif

Publié le 25 mars 2015
Il ne dépasse pas les 50%, pourtant le taux de participation au premier tour des élections départementales, de 49,83%, a été accueilli avec un certain soulagement. Retour sur le phénomène de l'abstention en France, qui n'a cessé de s'accentuer depuis le milieu des années 1980.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il ne dépasse pas les 50%, pourtant le taux de participation au premier tour des élections départementales, de 49,83%, a été accueilli avec un certain soulagement. Retour sur le phénomène de l'abstention en France, qui n'a cessé de s'accentuer depuis le milieu des années 1980.

Atlantico : L'abstention, "premier parti de France"… depuis combien de temps cette antienne se vérifie-t-elle dans les faits ?

Bruno Cautrès : On constate, et pas seulement en France, une tendance à la hausse de l’abstention depuis la fin des années 1980-début des années 1990. Cette période constitue un moment charnière de la vie politique française : les alternances à répétition, les étapes franchies par l’intégration européenne (Maastricht), la chute de l’empire soviétique mais aussi les tendances de évolutions sociologiques, semblent avoir modifié en profondeur les significations et les représentations que les citoyens se faisaient de la politique. Bien sûr, il ne faut pas être déterministe : les sociétés économiquement intégrés par l’Europe ou interdépendantes du fait de la globalisation, ne connaissent pas une sorte de déclin inéluctable de la participation et de l’intérêt des citoyens pour les questions publiques.

Au fil des décennies, quelles variations a-t-on observé en fonction de la nature des élections, et des enjeux spécifiques à certaines d'entre elles ?

Les différentes élections ne vont pas mobiliser avec la même intensité : les élections européennes, avec des enjeux difficiles à cerner pour les électeurs, mobilisent difficilement. Mais de manière générale, les élections en France, comme dans de très nombreuses autres démocraties européennes, ont connu une tendance avec davantage d’abstention depuis la fin des années 1980. Ainsi, même lors des élections municipales, pourtant réputées pour symboliser la proximité des électeurs avec les problèmes publics, l’abstention a-t-elle connu une hausse significative depuis cette période lorsqu’aux municipales de 1989 l’abstention est passée à 27% au premier tour. Les dernières élections municipales qui ont mobilisé les Français ont été celles de 1983. Pour les élections législatives, on constate également une baisse de la participation depuis la fin des années 1980, accompagnée d’un logique institutionnelle : lorsque les législatives suivent de près la présidentielle, soit parce que le nouveau Président dissout (1981, 1988), soit depuis 2002 du fait de la réduction du mandat présidentiel à 5 ans et de l’inversion du calendrier électoral de 2002 (Lionel Jospin alors Premier ministre de cohabitation avait souhaité prolonger de quelques semaines le mandat des députés de manière à ce que les législatives de 2002 aient lieu 5 semaines après la présidentielle), alors on constate un très fort tassement de la participation par rapport à la présidentielle. Ainsi, en 2007, les deux tours de la présidentielle mobilisent près de 84% des électeurs alors que les deux tours des législatives quelques semaines plus tard ne mobilisent que de l’ordre de 60% des électeurs. Même constat à peu de choses près pour 2012.

La présidentielle conserve, à l’exception du premier tour de 2002, un fort pouvoir de mobilisation des électeurs : le plus faible taux de participation à la présidentielle sous la Vème République a été de 71.60% le 21 avril 2002 ; le plus fort taux a été de 84.75% lors du premier tour de 1965, première élection du Président de la République au suffrage universel. Cette élection, dans un système semi-présidentiel et avec en général une forte polarisation des votes (ne serait-ce que parce que le second tour organise mécaniquement une confrontation entre deux programmes et deux personnalités), continue de mobiliser.

Qui sont les abstentionnistes, et quelles sont leurs motivations ? Comment ces deux aspects de l'abstention ont-ils évolué au fil des ans ?

L’abstention relève de logiques que les recherches en sociologie électorale ont bien cerné. Il existe une dimension sociologique à l’abstention qui va traduire une dimension d’intégration sociale. Les moins diplômés, les moins dotés en capital culturel, mais aussi les jeunes électeurs participent moins. Cette dimension sociologique est complétée par une dimension politique : les moins intéressés par la politique, les moins impliqués par la politique, les plus défiants vis-à-vis de la politique vont s’abstenir davantage. Cette dimension politique est plus complexe qu’il n’y paraît. Certains électeurs, avec des niveaux de diplômes plus élevés, vont à la fois se déclarer intéressés par la politique, parfois même avoir une haute idée de la politique et vont néanmoins s’abstenir notamment lorsque l’offre électorale les déçoit. Dans le sondage post-électoral réalisé par l’IFOP après le premier tour des départementales de dimanche dernier, les deux principales motivations des abstentionnistes ont été les suivantes : « parce ces élections ne changeront rien à votre situation » (21%) et « pour manifester votre mécontentement à l’égard des partis politiques » (20%). La première de ces deux motivations a été plus forte encore parmi les électeurs de Marine Le Pen de 2012 (34%), tandis que la seconde a été encore plus forte qu’en moyenne parmi les électeurs de François Hollande (31%) et de Nicolas Sarkozy (24%) de 2012.

La dimension sociologique de l’abstention correspond davantage au profil des abstentionnistes « constants », ceux qui s’abstiennent à presque toutes les élections ; la dimension politique, notamment lorsqu’il s’agit d’électeurs politisés, traduit un phénomène plus récent : l’abstentionnisme « intermittent » d’électeurs qui peuvent voter à une élection et pas à la suivante, à un tour d’une élection et pas à l’autre. On notera aussi que des effets générationnels existent : dans les générations plus anciennes, même si l’on est déçu de la politique, on continue de voter car « voter c’est un droit, mais aussi un devoir civique » comme il est indiqué sur la carte d’électeur ; en revanche les plus jeunes générations, marquées par une plus forte autonomie vis-à-vis des normes sociales, vivent davantage le vote comme un « droit » que comme un « devoir ».

Finalement, ces explications qui relèvent de l’électeur ne doivent pas faire oublier qu’une partie des raisons de l’abstention se situe du côté de l’offre politique, de la qualité des candidats et de leur capacité à faire apparaître des propositions politiques fortes et contrastées. Car nombre d’électeurs n’ont pas le temps ou le goût de lire en détail les propositions des partis ; les candidats doivent (et c’est là l’une de leurs fonctions importantes) donc être des « médiateurs » entre l’univers complexe des enjeux politique ou économiques et les citoyens.  

Pour ces départementales, les "mauvais élèves" de la participation se trouvent principalement dans le quart nord-est, au sud-est et en Île-de-France. Le sud-ouest, en revanche, enregistre les taux d'abstention les plus faibles. Cette disparité entre régions entre-t-elle en cohérence avec les niveaux d'abstentions traditionnellement observés dans les différentes zones du territoire français ?

La géographie de l’abstention est relativement stable en France. Cette géographie vient en écho aux dimensions sociologiques de l’abstention. Les territoires où se concentrent davantage que dans le reste du pays le chômage et différentes inégalités sociales s’abstiennent plus ; les territoires à forte concentration urbaine, les périphéries des grandes villes, s’abstiennent davantage que la France rurale. La géographie de l’abstention le 22 mars 2015 n’a pas échappé à ces grandes lignes.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

07.

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
EUROPE
- 25/03/2015 - 10:56
Les départements: quelle utilité politique
En quoi une couleur politique modifie le rôle et le fonctionnement d'un département: rien. Le département c'est: le social, les routes départementales, les collèges; quel intérêt de voter! confions les tâches départementales à une régie, en y gagnera en efficacité et en argent
Benvoyons
- 25/03/2015 - 09:57
Mr Cautrès vous dites: Les abstentionnistes sont des gens
" Les moins diplômés, les moins dotés en capital culturel, mais aussi les jeunes électeurs participent moins"============= Vous ajoutez "les moins intéressés par la politique, les moins impliqués par la politique, les plus défiants vis-à-vis de la politique"==========
Donc il ne peut avoir d'analyses viables sur le gens abstentionnistes. Les réponses aux states ne peuvent en aucun cas être fiables et même les interprétations sont forcément fausses.