En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 55 min 34 sec
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 20 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 35 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 15 heures 59 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 10 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 23 heures 53 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 20 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 10 heures 53 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 28 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 1 jour 11 min
Non j'irai pas !

Radiographie de l'abstention depuis 30 ans : ceux qui se fichaient des élections et ceux qui faisaient de leur non-vote un choix actif

Publié le 25 mars 2015
Il ne dépasse pas les 50%, pourtant le taux de participation au premier tour des élections départementales, de 49,83%, a été accueilli avec un certain soulagement. Retour sur le phénomène de l'abstention en France, qui n'a cessé de s'accentuer depuis le milieu des années 1980.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il ne dépasse pas les 50%, pourtant le taux de participation au premier tour des élections départementales, de 49,83%, a été accueilli avec un certain soulagement. Retour sur le phénomène de l'abstention en France, qui n'a cessé de s'accentuer depuis le milieu des années 1980.

Atlantico : L'abstention, "premier parti de France"… depuis combien de temps cette antienne se vérifie-t-elle dans les faits ?

Bruno Cautrès : On constate, et pas seulement en France, une tendance à la hausse de l’abstention depuis la fin des années 1980-début des années 1990. Cette période constitue un moment charnière de la vie politique française : les alternances à répétition, les étapes franchies par l’intégration européenne (Maastricht), la chute de l’empire soviétique mais aussi les tendances de évolutions sociologiques, semblent avoir modifié en profondeur les significations et les représentations que les citoyens se faisaient de la politique. Bien sûr, il ne faut pas être déterministe : les sociétés économiquement intégrés par l’Europe ou interdépendantes du fait de la globalisation, ne connaissent pas une sorte de déclin inéluctable de la participation et de l’intérêt des citoyens pour les questions publiques.

Au fil des décennies, quelles variations a-t-on observé en fonction de la nature des élections, et des enjeux spécifiques à certaines d'entre elles ?

Les différentes élections ne vont pas mobiliser avec la même intensité : les élections européennes, avec des enjeux difficiles à cerner pour les électeurs, mobilisent difficilement. Mais de manière générale, les élections en France, comme dans de très nombreuses autres démocraties européennes, ont connu une tendance avec davantage d’abstention depuis la fin des années 1980. Ainsi, même lors des élections municipales, pourtant réputées pour symboliser la proximité des électeurs avec les problèmes publics, l’abstention a-t-elle connu une hausse significative depuis cette période lorsqu’aux municipales de 1989 l’abstention est passée à 27% au premier tour. Les dernières élections municipales qui ont mobilisé les Français ont été celles de 1983. Pour les élections législatives, on constate également une baisse de la participation depuis la fin des années 1980, accompagnée d’un logique institutionnelle : lorsque les législatives suivent de près la présidentielle, soit parce que le nouveau Président dissout (1981, 1988), soit depuis 2002 du fait de la réduction du mandat présidentiel à 5 ans et de l’inversion du calendrier électoral de 2002 (Lionel Jospin alors Premier ministre de cohabitation avait souhaité prolonger de quelques semaines le mandat des députés de manière à ce que les législatives de 2002 aient lieu 5 semaines après la présidentielle), alors on constate un très fort tassement de la participation par rapport à la présidentielle. Ainsi, en 2007, les deux tours de la présidentielle mobilisent près de 84% des électeurs alors que les deux tours des législatives quelques semaines plus tard ne mobilisent que de l’ordre de 60% des électeurs. Même constat à peu de choses près pour 2012.

La présidentielle conserve, à l’exception du premier tour de 2002, un fort pouvoir de mobilisation des électeurs : le plus faible taux de participation à la présidentielle sous la Vème République a été de 71.60% le 21 avril 2002 ; le plus fort taux a été de 84.75% lors du premier tour de 1965, première élection du Président de la République au suffrage universel. Cette élection, dans un système semi-présidentiel et avec en général une forte polarisation des votes (ne serait-ce que parce que le second tour organise mécaniquement une confrontation entre deux programmes et deux personnalités), continue de mobiliser.

Qui sont les abstentionnistes, et quelles sont leurs motivations ? Comment ces deux aspects de l'abstention ont-ils évolué au fil des ans ?

L’abstention relève de logiques que les recherches en sociologie électorale ont bien cerné. Il existe une dimension sociologique à l’abstention qui va traduire une dimension d’intégration sociale. Les moins diplômés, les moins dotés en capital culturel, mais aussi les jeunes électeurs participent moins. Cette dimension sociologique est complétée par une dimension politique : les moins intéressés par la politique, les moins impliqués par la politique, les plus défiants vis-à-vis de la politique vont s’abstenir davantage. Cette dimension politique est plus complexe qu’il n’y paraît. Certains électeurs, avec des niveaux de diplômes plus élevés, vont à la fois se déclarer intéressés par la politique, parfois même avoir une haute idée de la politique et vont néanmoins s’abstenir notamment lorsque l’offre électorale les déçoit. Dans le sondage post-électoral réalisé par l’IFOP après le premier tour des départementales de dimanche dernier, les deux principales motivations des abstentionnistes ont été les suivantes : « parce ces élections ne changeront rien à votre situation » (21%) et « pour manifester votre mécontentement à l’égard des partis politiques » (20%). La première de ces deux motivations a été plus forte encore parmi les électeurs de Marine Le Pen de 2012 (34%), tandis que la seconde a été encore plus forte qu’en moyenne parmi les électeurs de François Hollande (31%) et de Nicolas Sarkozy (24%) de 2012.

La dimension sociologique de l’abstention correspond davantage au profil des abstentionnistes « constants », ceux qui s’abstiennent à presque toutes les élections ; la dimension politique, notamment lorsqu’il s’agit d’électeurs politisés, traduit un phénomène plus récent : l’abstentionnisme « intermittent » d’électeurs qui peuvent voter à une élection et pas à la suivante, à un tour d’une élection et pas à l’autre. On notera aussi que des effets générationnels existent : dans les générations plus anciennes, même si l’on est déçu de la politique, on continue de voter car « voter c’est un droit, mais aussi un devoir civique » comme il est indiqué sur la carte d’électeur ; en revanche les plus jeunes générations, marquées par une plus forte autonomie vis-à-vis des normes sociales, vivent davantage le vote comme un « droit » que comme un « devoir ».

Finalement, ces explications qui relèvent de l’électeur ne doivent pas faire oublier qu’une partie des raisons de l’abstention se situe du côté de l’offre politique, de la qualité des candidats et de leur capacité à faire apparaître des propositions politiques fortes et contrastées. Car nombre d’électeurs n’ont pas le temps ou le goût de lire en détail les propositions des partis ; les candidats doivent (et c’est là l’une de leurs fonctions importantes) donc être des « médiateurs » entre l’univers complexe des enjeux politique ou économiques et les citoyens.  

Pour ces départementales, les "mauvais élèves" de la participation se trouvent principalement dans le quart nord-est, au sud-est et en Île-de-France. Le sud-ouest, en revanche, enregistre les taux d'abstention les plus faibles. Cette disparité entre régions entre-t-elle en cohérence avec les niveaux d'abstentions traditionnellement observés dans les différentes zones du territoire français ?

La géographie de l’abstention est relativement stable en France. Cette géographie vient en écho aux dimensions sociologiques de l’abstention. Les territoires où se concentrent davantage que dans le reste du pays le chômage et différentes inégalités sociales s’abstiennent plus ; les territoires à forte concentration urbaine, les périphéries des grandes villes, s’abstiennent davantage que la France rurale. La géographie de l’abstention le 22 mars 2015 n’a pas échappé à ces grandes lignes.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
EUROPE
- 25/03/2015 - 10:56
Les départements: quelle utilité politique
En quoi une couleur politique modifie le rôle et le fonctionnement d'un département: rien. Le département c'est: le social, les routes départementales, les collèges; quel intérêt de voter! confions les tâches départementales à une régie, en y gagnera en efficacité et en argent
Benvoyons
- 25/03/2015 - 09:57
Mr Cautrès vous dites: Les abstentionnistes sont des gens
" Les moins diplômés, les moins dotés en capital culturel, mais aussi les jeunes électeurs participent moins"============= Vous ajoutez "les moins intéressés par la politique, les moins impliqués par la politique, les plus défiants vis-à-vis de la politique"==========
Donc il ne peut avoir d'analyses viables sur le gens abstentionnistes. Les réponses aux states ne peuvent en aucun cas être fiables et même les interprétations sont forcément fausses.