En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

02.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

05.

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

06.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 9 heures 23 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 10 heures 13 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 18 heures 29 sec
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 19 heures 14 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 9 heures 51 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 11 heures 1 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 12 heures 53 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 13 heures 28 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 18 heures 51 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 19 heures 26 min
Revue de presse des hebdos

Affaire Jouyet : les "fourberies" de Fillon ; Sarkozy : "zemmourisé" pour gagner ? ; Manuel Valls : départ programmé ?

Publié le 20 novembre 2014
Mais aussi les précisions de l'auteur de "Sarko s'est tuer" sur l'affaire Fillon-Jouyet, Sarkozy à nouveau devant Juppé chez les sympathisants UMP, la menace Jean-Noël Guérini au PS, et, et, et... le sondage-alerte sur le droit de vote des étrangers. Y'a encore du matos dans la revue de presse des hebdos !
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais aussi les précisions de l'auteur de "Sarko s'est tuer" sur l'affaire Fillon-Jouyet, Sarkozy à nouveau devant Juppé chez les sympathisants UMP, la menace Jean-Noël Guérini au PS, et, et, et... le sondage-alerte sur le droit de vote des étrangers. Y'a encore du matos dans la revue de presse des hebdos !

 

Un petit point sur l'affaire Fillon/Jouyet, pour commencer ? Quinze jours après l'explosion de la bombe, lâchée dans les bonnes feuilles de "Sarko s'est tuer" publiées le 6 novembre dans "L'Obs" (voir la RP du même jour), "Les Inrocks" ont eu la bonne idée d'aller interviewer Fabrice Lhomme, co-auteur du livre qui a mis le feu aux poudres. Et ? Hé bé, c'est en-dessous, té !

 

Qui a la bonne version de l'histoire ?

"Au début de "Sarko s'est tuer", lancent "Les Inrocks", vous relatez le déjeuner entre François Fillon et Jean-Pierre Jouyet où l'ancien Premier ministre aurait demandé au secrétaire général de l'Elysée de faire pression pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy. Le troisième homme présent, Antoine Gosset-Grainville, a contredit cette version et accrédite le démenti de Fillon. Quelle est la bonne version ?" —"Notre version s'appuie sur trois sources, explique Fabrice Lhomme. On rencontre Jouyet en tant qu'acteur d'une possible affaire de pression politique. Il nous confirme une information que on (sic) tient de la droite, confortée par une troisième source. Les participants se sont manifestement fait l'écho de son contenu à l'extérieur. François Fillon aurait demandé une intervention. Mais sans enregistrement, on ne peut rien certifier à 100 %. En revanche, on sait avec certitude que Jouyet est allé trouver François Hollande à la suite de ce déjeuner pour lui dire que Fillon avait demandé d'accélérer les procédures visant Sarkozy. (...) L'erreur dans cette histoire est de considérer Jouyet comme une source. Il est impliqué dans une histoire, on cherche à lui demander sa version. Je passe par le conseiller communication de l'Elysée et ensuite Jouyet nous rappelle. C'est notre premier entretien avec lui, probablement le dernier". Probablement, oui... Si considérer Jouyet comme une source était nul doute une erreur, il reste que le secrétaire général de l'Elysée a, apparemment, livré une info qu'il n'aurait pas dû donner. Avait-il le choix, en même temps, dans la mesure où il était "impliqué" et était, de fait, obligé de donner sa version ? C'est assez casse-tête, cette histoire...

 

Quand "Sarko s'est tuer" ressuscite Sarkozy

"A propos de Nicolas Sarkozy, vous soulignez sa "faculté proprement fascinante à creuser sa propre tombe". Ne venez-vous pas, ironie de l'histoire, de le déterrer et de le ressusciter en révélant l'affaire Fillon/Jouyet ?" demandent "Les Inrocks" à Fabrice Lhomme. —"Bien sûr, cette affaire renforce son côté victime, admet le journaliste. Si les faits se sont produits tels que les a relatés Jean-Pierre Jouyet, Sarkozy est victime d'une tentative d'instrumentalisation de la justice par François Fillon. Ce n'est pas contradictoire avec le livre. Nous expliquons qu'avec ce comportement, il s'est attiré beaucoup d'ennemis. L'affaire Fillon en est un cas emblématique". Convaincus par l'argument ? Ca fait peut-être un peu pirouette-cacahuète, là, non ?

 

Fillon "le fourbe"

Mais si on prenait l'affaire Jouyet par l'autre bout — le bout Fillon ? "Les fourberies de Fillon", c'est le titre de l'article — croquignolet — que "L'Obs" consacre au co-directeur de l'UMP... D'après le journal, qui l'a contacté, Nicolas Sarkozy "ne croit pas un mot des dénégations de son ancien Premier ministre. Depuis des mois, l'ancien député de la Sarthe se répand dans tout Paris en expliquant que Sarkozy sera rattrapé par les affaires et ne pourra pas être candidat en 2017..." "L'Obs" nous l'apprend également : l'ancien Premier ministre serait connu pour avoir des "méthodes pas toujours franches (...). "Tiens, regarde, voilà le fourbe". Invariablement, c'est ainsi que Jean-Louis Borloo ponctuait l'arrivée du chef de gouvernement de Nicolas Sarkozy, au conseil des ministres. (...) Jean-Pierre Raffarin n'est pas en reste. En 2003, lors des négociations sur la réforme des retraites, Fillon n'avait-il pas tenté de revenir subrepticement sur un engagement que Raffarin, alors Premier ministre, avait pourtant acté avec François Chérèque ? (...) l'avertissement de Jacques Chirac — qui n'a jamais aimé Fillon — lui est alors revenu en mémoire. "Méfie-toi, Jean-Pierre, lui avait dit Chirac. Dans un troupeau, il y a toujours une mauvaise bête, celle qui marche de travers. Eh, bien, Fillon, c'est la mauvaise bête"". Rhabillé pour l'hiver, le Fillon...

 

Le déjeuner a eu lieu la semaine où se décidait le paiement des pénalités par l'UMP

Histoire de semer un peu plus le doute, dans un article parallèle et complémentaire du premier, intitulé "La folle semaine qui a placé Sarkozy dans le viseur", "L'Obs" souligne une étrange coïncidence... "Certes, note le journal, le déjeuner (de François Fillon) avec Jean-Pierre Jouyet, le mardi 24 (juin 2014), n'a aucune place dans la chronologie judiciaire officielle. Mais c'est bien cette semaine-là que s'est nouée l'intrigue (sur le paiement des pénalités par l'UMP)". Aha ? Mais encore... ? La date limite de dépôt des comptes, explique "L'Obs", était fixée au 30 juin. "Dès le 20 juin, soit la semaine précédant le fameux déjeuner, une réunion rassemble le préfet Philippe Gustin, directeur général de l'UMP, les deux commissaires aux comptes, ainsi que Gilles Boyer, qui représente Alain Juppé, Nathalie Etzenbach, représentante de François Fillon, et l'avocat historique de l'UMP, Philippe Blanchetier. Décision sera bien prise d'inscrire la pénalité en "charges"". 

 

"Tu veux taper Sarkozy. Pas moi"

"Mais ce jour-là, poursuit "L'Obs", un autre débat resurgit : ce paiement par le parti constitue-t-il un abus de confiance ? N'était-ce pas au candidat de payer lui-même ?" Dans le papier  consacré aux "fourberies de Fillon", l'hebdo détaille les positions respectives de Fillon, Juppé et Raffarin sur la question. "Faut-il ou non demander à l'ancien président de rembourser le parti ? Fillon le réclame. Pas question pour Raffarin qui rappelle que l'UMP dirigée par Sarkozy avait donné un sacré coup de main à Chirac en remboursant la mairie de Paris. Après avoir hésité, Juppé se range à l'avis de Raffarin. Et face à François Fillon qui insiste, le maire de Bordeaux lui lance alors : "Tu veux taper Sarkozy. Pas moi". Encore ce mot "taper" ?! La phrase attribuée à Fillon lors du déjeuner avec Jouyet, c'était pas : ""Mais tapez vite, tapez vite ! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir" (voir la RP du 6 novembre) ? On a beau dire, ça en fait des coïncidences...

 

François Fillon a-t-il omis de déclarer certains revenus ?

Comme si cela ne suffisait pas, "L'Obs" nous livre une drôle d'info "en exclusivité". "François Fillon a-t-il omis de déclarer certains revenus à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique ?, s'interroge l'hebdo. Dans sa déclaration d'intérêts, l'ancien Premier ministre se présente comme "conseil", profession qu'il exerce par le biais de sa société, 2F Conseil, créée le 7 juin 2012. L'étrangeté est qu'il a déclaré seulement les salaires reçus de sa société entre mi-2012 et fin 2013, soit 220 000 euros, et pas les bénéfices, soit 123 107 euros qui, selon nos informations, ont pourtant bien été virés sur son compte courant durant l'année 2014. Son entourage affirme que "bénéfices et salaires ne s'ajoutent pas, ils se recouvrent"". 1 partout, la balle au centre ?

 

Abrogation de la loi Taubira : Nicolas Sarkozy zemmourisé ?

Et puisqu'il était question à l'instant de l'ancien président, Matthieu Croissandeau s'insurge dans "L'Obs" contre la promesse donnée par Nicolas Sarkozy d'abroger la loi Taubira. "Après avoir tergiversé un temps, le candidat à la présidence de l'UMP a donc opté pour un grand n'importe quoi juridique et sociétal. Car on voit mal comment cohabiteraient demain des couples d'homosexuels mariés et des couples empêchés de se marier, voire des couples "démariés" — qui sait ? — par une nouvelle loi... (...) Nicolas Sarkozy, qui se targuait autrefois de vouloir débloquer la France, s'est fermement arrimé aux franges les plus conservatrices et les plus réactionnaires de son électorat. Victime consentante de la "zemmourisation" des esprits qui veut faire croire aux Français que c'était mieux avant, faute de pouvoir les convaincre que ça ira mieux demain. Abroger la loi Taubira, en voilà tout un programme ! Depuis qu'il est redescendu dans l'arène, Sarkozy n'a rien trouvé de plus innovant... C'est à se demander ce qu'il a fait pendant deux ans".

 

Sarkozy l'inconstant

Vous allez dire que c'est un avis "de gauche"... Dans "Le Point", qui rappelle en trois dates et trois citations des plus parlantes "les variations de Sarkozy sur le mariage gay", Franz-Olivier Giesbert n'est pas moins acide... "Nicolas Sarkozy, écrit-il, n'a pas tiré les leçons du passé, il fait toujours du Sarkozy et court en tous sens, ventre à terre, derrière l'électeur. (...) alors que l'ancien président est bien placé pour succéder à M. Copé à la tête de l'UMP, il faut encore qu'il se hausse du col, quitte à se déjuger, entre deux contorsions. Cette inconstance qui donne le tournis est sans doute la principale faiblesse de M. Sarkozy face à ses principaux adversaires pour l'élection présidentielle de 2017 (...). Le discours à géométrie variable de l'ancien président ne semble plus adapté à un pays qui croit de moins en moins, et pour cause, à ce que les politiciens lui racontent : cette foire aux annonces fait vieillot. D'où le ratage de son retour en scène".

 

Pourquoi Nicolas Sarkozy durcit le ton

"Pourquoi prendre le risque de durcir le ton sur l'immigration, de s'exprimer devant les militants de Sens commun, opposés au mariage pour tous ? Et, au passage, commettre l'erreur de leur concéder le mot "abroger" ? Pour trois raisons, explique "Challenges". La première est une question de plaisir. Un dirigeant de l'UMP raconte : "Cela l'éclate, le côté rock star, avec une salle qui réagit (...)". La deuxième est une question d'honneur, d'ego. Avant de se lancer dans la bataille, il avait fixé comme objectif de dépasser les 80 %. S'il fait moins, ce serait une énorme déconvenue (...). La troisième est une question d'efficacité. L'ancien président veut avoir les mains libres pour organiser le nouveau parti, et ce sera plus difficile de rabrouer les opposants si son score est inférieur à 70 %". 

 

Sarkozy s'est piéger — dixit Morano et NKM

Cette promesse d'"abrogation" faite aux anti-mariage pour tous est-elle vraiment efficace ? Dans la rubrique "En toute indiscrétion" qu'il tient dans "Challenges", Nicolas Domenach livre cette information : "Dixit Nadine Morano, Nicolas Sarkozy, en se ralliant à l'abrogation de la loi Taubira sur le mariage pour tous, est "tombé dans un piège" tendu par un "sous-courant extrémiste de l'UMP". Selon elle, "cette question relève de la plateforme présidentielle, et non du programme du président du parti". Un point de vue partagé par Nathalie Kosciusko-Morizet". Et qui accrédite la thèse défendue par Fabrice Lhomme et Gérard Davet dans "Sarkozy s'est tuer"...

 

Sarkozy re-devant Juppé auprès des sympathisants UMP

Piégé ou pas, Nicolas Sarkozy, en appuyant sur la pédale de droite, a en tout cas repris l'avantage sur Alain Juppé auprès des sympathisants UMP... D'après le baromètre Ipsos-"Le Point", il recueille 83 % de bonnes opinions contre 76 % pour le maire de Bordeaux. Ce dernier reste la personnalité politique préférée des Français, "avec une remarquable stabilité à 54 % d'opinions favorables, note "Le Point". Si l'on s'en tient aux présidentiables, le maire de Bordeaux devance François Bayrou de 13 points, Nicolas Sarkozy de 17 points et François Fillon de 20 points". "Alain Juppé pourra-t-il tenir loin devant et au-dessus jusqu'en 2017 ?, s'interroge Franz-Olivier Giesbert dans son édito. (...) Sa popularité nouvelle est désormais le principal handicap de M. Juppé. Il y en a de pire..."

 

"Ce que Valls a dit à Bayrou"

Mais que traficotent donc Manuel Valls et François Bayrou ?, nous interrogions-nous la semaine dernière (voir la RP du 13 novembre). Grâce au "Point", on sait en tout cas "ce que Valls a dit à Bayrou" lors de leur mystérieuse entrevue. "François Bayrou, qui a longuement reçu Manuel Valls à Pau, le 6 novembre, estime que le Premier ministre prépare déjà son départ à Matignon, indique le mag. Pour le remplacer, le leader du MoDem parie que François Hollande nommera Martine Aubry comme chef du gouvernement. "Valls pense que le PS va disparaître. Il veut incarner la social-démocratie. Il vise 2022", croit savoir le maire de Pau". En voilà du nouveau... (?!)

 

Valls : départ au printemps ?

Hasard ? Curieuse coïncidence, en tout cas : d'après "L'Obs", "le chef du gouvernement commence à prendre ses dispositions en prévision d'une année 2015 très éprouvante pour sa majorité. Aux élections départementales du mois de mars, qui s'annoncent comme une bérézina s'ajoute désormais la perspective d'un congrès national du Parti socialiste du 5 au 7 juin. (...) Si bien que le Premier ministre réfléchit à son départ de Matignon au lendemain des départementales... Et avant les régionales de novembre 2015, elles aussi très périlleuses. Il aurait informé François Hollande de cette hypothèse". Ah, ben, si François est prévenu...

 

Martine Aubry à Matignon ? Pas gagné

Quid de son remplacement ? Si François Bayrou parie sur Martine Aubry, les affaires semblent assez mal engagées, en fait, pour la maire de Lille. En découvrant les résultats du dernier baromètre Ifop-"Paris-Match", raconte Nicolas Domenach dans "Challenges", les proches du Premier ministre ont fait les "yeux ronds : "Manuel écrabouille Martine Aubry, qui prétend lui succéder à Matignon, mais avec un rapport de 65 à 34 en faveur de Valls chez les sympathisants PS, elle peut toujours s'accrocher"".

 

PS : le problème Guérini

Et puisque nous parlions de l'échéance des départementales de mars 2015, il semble qu'à Marseille, le PS n'en ait pas fini avec Jean-Michel Guérini... Comme le rappelle "Le Point", "le boss absolu de la gauche provençale", dont Renaud Muselier s'amuse à dire qu'"il a quand même tout le Code pénal sur la tête !", a réussi à "humilier ses anciens amis socialistes aux dernières sénatoriales. En septembre, il s'est fait élire à la Chambre haute avec deux comparses de sa liste". Pour le "contrer", indique le mag, "le PS n'a (...) qu'un moyen à court terme, présenter des candidats partout aux cantonales. "Et nous aurons un autre candidat que lui à la présidence du conseil général", nous révèle Jean-Christophe Cambadélis. Même si, pour l'heure, personne n'est désigné. "Ils finiront par soutenir Guérini parce que c'est le seul qui peut gagner", estime de son côté (le maire UMP de Marseille Jean-Claude) Gaudin". Ah oui ?

 

Comment Guérini tient les élus

"Pour résister à l'offensive du PS, précise "Le Point", Guérini s'est (...) armé d'un microparti créé à la va-vite, la Force du 13, dont les contours idéologiques et le programme restent un mystère. "Il dit qu'il n'est ni de droite, ni de gauche. Alors il est forcément du milieu !" s'amuse Patrick Menucci. Mais il compte surtout sur le conseil général, son atout majeur. Mi-octobre, il a fait entériner une rallonge de 300 millions d'euros d'aide aux communes ! "Ce sont des investissements. Sans les subventions du département, pas de grand projet structurant, et tout s'écroule !" lance Guérini pour réfuter les accusations du clientélisme. "C'est comme ça qu'il tient les élus ! Ils ont une peur bleue qu'il leur coupe les vivres", analyse plutôt Michel Pezet". On change pas les bonnes vieilles méthodes, hmmm ?

 

Droit de vote des étrangers : les Français disent (toujours) oui

Mais sortons de la politique politicienne, de ses calculs et de ses trafics, essayons d'ouvrir un peu le débat... "Oui, les étrangers doivent voter !", s'exclame "Politis". "L'enquête d'opinion réalisée par Harris Interactive pour "La lettre de la citoyenneté" montre certes que l'écart entre "pro" et "anti" tend à se réduire par rapport aux sondages précédents effectués par le même institut, concède le mag, mais les partisans d'une extension du droit de vote conservent une majorité relative. 47 % des personnes interrogées y sont en effet favorables, contre 44 % d'un avis contraire". 47 % contre 44 %, cela fait une majorité relative, mais une majorité, quand même, plutôt réchauffante, par ces temps de froidure et de repli sur soi... 

 

Les jeunes et les classes populaires plus partisans que les autres

Autre motif de satisfaction : "Les partisans devancent les opposants dans toutes les classes d'âge, excepté chez les plus de 65 ans, hostiles à 58 % (...), souligne le journal. A l'inverse, les jeunes sont les plus réceptifs à cette extension : ils sont 61 % à y être favorables chez les 18-24 ans et les 25-34 ans, ces derniers n'étant que 27 % à s'y opposer". "Politis" le remarque par ailleurs : "le droit de vote des étrangers aux élections locales est davantage accepté par les catégories socio-professionnelles inférieures (CSP-), chez qui il recueille 51 % d'opinions favorables contre 39 % (...). Les opinions défavorables n'arrivent en tête que chez les inactifs (47 %), les indépendants (49 %) et les retraités (58 %). Ce taux d'approbation record dans la population ouvrière infirme l'idée (fausse) selon laquelle le Front national, dont les sympathisants sont les plus hostiles (84 %) au droit de vote des étrangers, serait le premier parti chez les ouvriers".

 

En un an, l'écart entre les "pro" et les anti" s'est réduit de 7 %

Ces bonnes choses étant dites, il n'en reste pas moins que l'écart entre les "pro" et les "anti" se réduit... et pas qu'un peu. D'après les résultats du sondage, les "pro" sont passés en effet, en l'espace d'un an, de 54 % à 47 % : 7 points de baisse, ce n'est pas rien... Comme l'indique l'étude, le nombre d'"anti" a, dans la même période, augmenté de 2 %. Mais c'est surtout le nombre de personnes "qui ne se prononcent pas" qui a grimpé en flèche, puisqu'il a augmenté, lui, de 5 % — "Un niveau jamais atteint dans les précédents sondages, commente "Politis", que le gouvernement serait bien inspiré de prendre pour une alerte". Et une grosse ! Sur ce, bonne semaine, les goulus de l'info !

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

02.

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

03.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

04.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

05.

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

06.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 24/11/2014 - 10:42
Vous avez dit "fourbe" ?
Ils sont nombreux...Le premier : Zigou Zag bien sur en faux jeton - chef et son Equipe de "juges" du ....... Noir. ( je suis dans les cabinets, on se cache comme on peut...)
Le second, Valsatrois, qui fait semblant d'être de droite pour jouer un coup de poker au printemps prochain ( démission longuement préparée)
Les troisièmes : la presse et les Médias, forcement de goche,
La Biroute, toujours prêt au croche pattes,
Alors Filloux ?
Traitre ?
Va savoir avec les faux culs...
Vincennes
- 22/11/2014 - 12:41
Hollande est connu pour n'avoir JAMAIS d'argent sur lui
comme Mitteux qui allait s'acheter de très très beaux livres/rès chers sur le quai de Seine (lesquels, je l'espère sont restés à l'Elysée.....)!! et Hollande a repris les bonnes habitudes en étant très généreux avec l'argent des Français, pour s'occuper de ses Dames mais pas que !!!!!. N'a t'il pas promis de verser UN MILLIARD d'€ (lors de la conférence mondiale sur le climat) pour le fond vert de l'ONU (les caisses ne sont t'elles pas vides)!!! mais, sur cette nouvelle les Médias restent très silencieux sauf V.ACtuelles et l'Opinion!! bravo à eux
Nicolas V
- 22/11/2014 - 12:17
Bon appétit !
Il faut savoir qui : 1 a demandé ce déjeuner, 2 qui a réglé la note. Si c la carte de l'Elysee on a tt compris. Le but n'était pas Sarko, ms la mise en place d'un gouvernement PS /UMP en cas de dissolution. Ce qui veut dire que Valls est sur le départ .evoqué aussi par Anna Cabana (BFM/Fillon). Réaction d'1 journaliste :"ms c'est ce que les français demandent". Qu'est-ce qu'elle sait de ce qu'on veut, celle-là ?! Fillon s'est défendu mollement . La "fuite" probable hollande qui les a renvoyés vers Jouyet. Pourquoi ? Parce que le vrai but de cette rencontre commençait à être connu. Il a allumé un contrefeu. Que Sarko soit 1obstacle à cette belle alliance, évident ! Au fait, le prix par personne est de l'ordre de 450 à 500€ sans folies. Ça va réjouir les Sans Dents. Si carte de l'Elysee "ça coûte rien, c'est l'Etat qui paie" comme dit l'autre.