En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 40 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 17 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 39 sec
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 17 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 13 sec
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 39 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 9 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Comment (vraiment) réformer le système financier à la française

Publié le 31 octobre 2014
“Les banquiers ne prêtent qu'aux riches” est un dicton bien connu et malheureusement vrai en France, et il y a une raison à ce phénomène : le manque de concurrence.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
“Les banquiers ne prêtent qu'aux riches” est un dicton bien connu et malheureusement vrai en France, et il y a une raison à ce phénomène : le manque de concurrence.

Voici une bonne blague. C'est l'histoire d'un candidat à la présidence qui déclare que la finance est son ennemi, puis nomme un ancien de la banque d'affaires Rothschild au ministère des Finances. Prévenez-moi si vous la connaissez déjà...

Le candidat François Hollande avait déjà fait la promesse de séparer les activités de finance de marché et les activités de crédit de nos grandes banques. Il ne l'a pas fait. Notre président n'est pas un ennemi de la finance.

En ceci, il n'est guère différent de ses prédecesseurs. Nicolas Sarkozy avait organisé le sauvetage des banques pendant la crise financière et a installé un de ses amis (aussi un ancien de Rothschild et de l'Inspection des finances) à la tête d'une grande banque, la BPCE. Banque dont l'ami en question avait organisé la création par la fusion de deux banques lorsqu'il était à l'Elysée...

Et c'est un bon exemple du spectre déformé de notre vision en France. Le problème principal de la France, du point de vue économique, est le corporatisme : l'alliance entre l'Etat et les entreprises, qui s'organisent la répartition du gâteau économique. Les principales victimes de ce système sont l'innovation, frustrée par les règles et monopoles et les classes moins privilégiées, qui ne bénéficient ni de l'innovation ni de la concurrence qui font baisser les prix.

La droite et la gauche voient chacune un aspect du phénomène. La droite voit la réglementation et les impôts élevés ; la gauche voit le copinage entre patrons et pouvoir et les profits exorbitants qui en résultent. Mais puisqu'elles ne voient pas le problème complet, leurs solutions sont incomplètes.

Le système financier à la française en est un exemple parfait. Le problème n'est pas tant qu'un bureaucrate puisse devenir banquier ou un banquier bureaucrate, le problème est l'institutionnalisation d'un système où les banques existent sous la férule de l'Etat. Les profits sont privatisés et les pertes socialisées, mais c'est moins au profit de plutocrates que d'une caste de bureaucrates qui font la navette entre une bureaucratie privée et une bureaucratie publique.

La finance, en soi, c'est plutôt un bien. Chacun admettra qu'il est impossible d'avoir une société moderne sans crédit. La question est : est-ce que ce crédit est bien distribué dans l'économie et au bon prix ?

Et en France, la réponse est : non. “Les banquiers ne prêtent qu'aux riches” est un dicton bien connu, et il y a une raison. Entrepreneurs et familles sont laissés sur le carreau.

Pourquoi ? En un mot, le manque de concurrence. Aucun intérêt de prendre des risques en prêtant à un entrepreneur si la rentabilité de la banque est déjà assurée par un environnement où il n'y a pas de concurrence.

Une vraie concurrence pourrait être possible grâce à Internet : les nouvelles méthodes de prêts en peer-to-peer ou de crowdfunding pourraient permettre des financements que les banques interdisent à l'heure actuelle. Mais pour cela, il faut que la réglementation suive. Et ce n'est pas dans l'intérêt de ceux qui nous dirigent.

La prochaine fois que vous aurez une mauvaise expérience avec votre banquier, vous saurez à qui vous en prendre...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/11/2014 - 02:36
Quand on voit la facilité avec laquelle un Ghanéen extorque
800000 Euros à des dames âgées inscrites sur des sites de dating, on a tendance à en conclure que les prêts peer-to-peer et le crowdfunding vont être submergés par les arnaqueurs et autres vautours de la "fiancée espagnole"...le peer-to-peer, à éviter d'urgence! Pour le crowdfunding, il faudra bien décortiquer le business-model, car les Ghanéens et autres adeptes de l'arnaque internet sont ingénieux...
lehutin
- 31/10/2014 - 17:09
Les banques
Contrairement à une idée reçue fort répandue, les banques ne prêtent pas qu'aux riches mais seulement à ceux qui peuvent les rembourser. Nuance !