En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 2 heures 54 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 8 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 9 heures 35 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 12 heures 59 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 16 heures 10 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 8 heures 21 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 12 heures 39 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 13 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 16 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

L’étrange rapport des Français à la réforme : un changement profond de leur vision de l’État mais une difficulté à en tirer les conséquences

Publié le 08 octobre 2014
Au fil des échecs successifs des pouvoirs publics à résoudre les problèmes du pays, les Français pensent majoritairement que la France a besoin de réformes et sont convaincus de la nécessité de réduire les déficits. Une opinion qui ne se retrouve pas toujours dans les mesures qu'ils plébiscitent.
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au fil des échecs successifs des pouvoirs publics à résoudre les problèmes du pays, les Français pensent majoritairement que la France a besoin de réformes et sont convaincus de la nécessité de réduire les déficits. Une opinion qui ne se retrouve pas toujours dans les mesures qu'ils plébiscitent.

Atlantico : Selon un sondage Ifop paru le 5 octobre, 93% des Français estiment que la mise en oeuvre de réformes est urgente, et qu'elle doit aller dans le sens des économies budgétaires pour 65%. Dans une autre question en revanche, celle sur le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, ils ne sont plus que 50% à approuver la mesure. Comment expliquer ce décalage entre un engouement largement partagé pour les réformes, mais une frilosité devant les mesures concrètes ?

Robin Rivaton : L’analyse qu’on peut en faire réside en le fait que certains débats ont porté davantage sur le fait que le remplacement d’un fonctionnaire sur deux par exemple se traduirait par la disparition des infirmières… Et ceux-ci viennent parasiter le débat technique alors qu’au fond, les Français comprennent très bien que réduire certaines dépenses revient à décider de coupes dans les budgets, et ils sont plutôt favorables à des baisses de fonctionnaires plutôt que des baisses d’aides sociales.

Dans un sondage BVA datant de 2013, et à la question de savoir quels acteurs de la société sont les plus crédibles pour changer les choses, les entrepreneurs apparaissent à la deuxième position (après la société civile) avec 55% d'opinions. Peut-on considérer qu'il y a une rupture dans la confiance des Français à croire que l'Etat peut régler les problèmes ?

Cliquez pour agrandir

Ce qui est intéressant, ce n’est pas tant de voir le rapport des Français à la réforme technique, car ils n’ont pas tous le niveau de compétences pour y être confronté et en comprendre entièrement les tenants et les aboutissants. La vraie question se porte effectivement davantage dans le changement culturel des Français, de plus en plus convaincus de la nécessité de la diminution du rôle de l’Etat. Une grande majorité d'entre-eux veulent plus de libertés pour les entreprises, et donc les entrepreneurs. D’ailleurs le souhait de devenir son propre patron –passé de 2% à 16% en l’espace de 10 ans-, de créer une activité augmente sensiblement là où il y a encore quelques années le fonctionnariat prévalait. Ils se sentent donc concernés par l’entreprise, et y transfèrent leurs espérances.

 

Les Français étaient également 81% à faire confiance aux PME pour sortir de la crise, dans un sondage TNS Sofres réalisé également en 2013. Comment expliquer cette nouvelle "foi" en l'entreprises ?

La complexité bureaucratique des services publics est telle qu’elle empêche une grande partie de l’activité économique du pays. Certains secteurs leurs sont ou entièrement interdits, ou très réglementés –on en a entendu parler dans l'actualité-. L’intérêt d’un marché concurrentiel est immédiatement évoqué à l’augmentation des prix pratiqués à la SNCF  par exemple, alors que le monopole soutient soit disant le maintien des prix bas.

Il y a une lassitude autour de la solution provenant du secteur publique, qui échoue régulièrement et depuis 40 ans. La voix du changement se révèle alors séduisante, même si l’on n’envisage pas dans sa globalité les implications. Le diminution de l’emprise de l’Etat sur la vie publique se retrouve alors dans la position du dernier "debout sur le ring". De même, cette idée est très bien illustrée dans la confiance que les Français donnent aux associations pour s’occuper de certaines problématiques sociales. Elles fonctionnent mieux, les gens les côtoient au quotidien, en gère aussi parfois…

On le voit dans le sondage, les Français ne sont pas si réticents que cela à la mise en place concrète des réformes. Si vous considérez la population sans les fonctionnaires (24% de la population active ndlr) qui ne peuvent dans votre exemple rationnellement pas afficher une position pour la réduction de leurs effectifs, cet engouement prends alors une nouvelle ampleur.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 02/04/2015 - 11:10
L'opinion publique et sa représentation politique.
Si la presse économique, l'expérience des acteurs d'entreprises engagés dans la compétitivité à l'international, convainquent peu à peu l'opinion de la nécessité de davantage de liberté économique tant mieux. L'article relève justement l'écart entre cette opinion publique et la velléité réformatrice des gouvernants.
C'est que précisément entre l'opinion (le corps électoral) et le Parlement, il y a l'effet du lobbying. Ce lobbying étatiste est connu : il s'agit de tous les corps d'administration, et de tout le secteur plus ou moins subventionné, ou favorisé. Ce lobby pousse à la dépense et à la réglementation pour juguler la concurrence. En face où est le lobby de la simplification réglementaire et législative ? Où est le lobby de la réduction du périmètre de l'Etat, et de la réduction des dépenses publiques ? Où et quand se font ses réunions et manifestations ? Face à l'Etat, le citoyen isolé ne compte que pour un. Les citoyens groupés par leurs intérêts légitimes (ou non) sont bien plus à même d'influencer le parlementaire.
Si vous ne faites pas de politique pour défendre vos intérêts, la politique se chargera de poursuivre ses intérêts au détriment des vôtres !
Mao Zedong.
kayric
- 08/10/2014 - 21:45
Puissance publique
La société française est une société bloquée. La bureaucratie à scléroser le système économique.
Une révolution culturelle est nécessaire.
Nos élites politiques et administratives ne sont plus à la hauteur de la situation