En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 5 min 22 sec
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 14 heures 41 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 16 heures 18 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 17 heures 49 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 19 heures 57 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 23 heures 46 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 29 min 48 sec
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 15 heures 25 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 17 heures 5 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 23 heures 57 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
Chronique du pot aux roses

Allons enfants de Socialie, les jours de peine (et de clientélisme sans retenue) sont arrivés

Publié le 01 octobre 2014
Lorsqu'il s'agit d'augmenter les taxes et les impôts ou de raboter les dépenses publiques, les victimes prioritaires de la gauche au pouvoir sont les mécréants, c’est-à-dire les familles nombreuses à moyen et haut revenus et les professions libérales.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsqu'il s'agit d'augmenter les taxes et les impôts ou de raboter les dépenses publiques, les victimes prioritaires de la gauche au pouvoir sont les mécréants, c’est-à-dire les familles nombreuses à moyen et haut revenus et les professions libérales.

1 - Mieux que le grand remplacement, le grand démantèlement

Ceux qui pensent que tout est désordonné dans l'action de Mou-Président se trompent ... de peu. Lorsqu'il s'agit d'augmenter les taxes et les impôts ou de rabioter les dépenses publiques, les décisions gouvernementales sont pesées et ciblées. Les victimes prioritaires sont les mécréants, c’est-à-dire les familles nombreuses à moyen et haut revenus ainsi que les professions libérales.

Ainsi, la politique anti-familiale est-elle une constante "hollandaise". Elle s'est traduite dès 2012 par le plafonnement des effets fiscaux du quotient familial. Chaque budget voté depuis est l'occasion d'un nouveau croc-en-jambe. Ô combien savoureuse est la déclaration de Marisol Touraine (MST en acronyme de carabin) qui proclame que : "le gouvernement aime et protège les familles" tout en réduisant la durée du congé parental d'éducation. Ce coup de Jarnac se fait selon les méthodes d'enfumage en vigueur. Sous prétexte d'égalité, on accorde aux hommes un avantage qu'ils ne le prendront pas afin de le réduire pour les femmes qui y ont recours du fait des carences des modes de garde. C’est jouer cyniquement de leur position de faiblesse, mais le gouvernement n’est plus à cela près.

Ainsi, le dernier motif d'optimisme français : la natalité encore robuste va bientôt disparaître. L'avenir ne vote pas et il est donc sacrifié. Pendant ce temps, la gabegie continue dans l'hôpital public, où les effectifs administratifs ont crû déraisonnablement depuis des années et, bien sûr, dans les collectivités locales, repaires à socialistes. Les déficits de l’Etat et de la Sécurité sociale, nonobstant toutes les rustines, ne font qu’enfler.

Le clientélisme sans retenue qui préside aux décisions gouvernementales est, outre son inefficacité, une des raisons du sentiment d’illégitimité du pouvoir actuel dans l’opinion. On notera avec amusement qu'il fait des émules, une Hidalgo aux abois à Paris tentant par exemple de renflouer les caisses de la ville en augmentant les droits payés par les familles "aisées" pour l'accès aux services municipaux. Elle cible également les automobilistes, qui n'ont pas l'élégance de voter pour elle autant que les autres Parisiens. A quand une taxe spéciale sur les propriétaires de monospace ? Ils forment le troupeau idéal d'une tonte socialiste.

Dans un pays qui reste marqué par un goût latin pour la fantaisie, ce côté tristement prévisible du pouvoir est une des raisons de son impopularité. Ce grand démantèlement du lien social, froid, hypocrite et mécanique démoralise le peuple. Tensions et frustrations s'accumulent donc dans une société où chacun se demande s'il va pouvoir mieux s'en sortir que son voisin dans le jeu de massacre gouvernemental.

2 - Déconnage immédiat

Alors que l'Etat ne détient plus que 15,9 % du capital d'air France, Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports, si l’on en croit l’organigramme gouvernemental, a donné un aimable coup de poignard dans le réservoir de la compagnie en déclarant tout à trac qu'elle allait céder aux revendications des pilotes. C'est ce qu'on appelle une minorité de déblocage ? Quand les ministres voleront, Vidalies sera chef d'escadrille.

3 - Deux mille milliards de mille sabord(age)s

Qu'est-ce qui provoquerait à coup sûr l'explosion sociale que beaucoup de Français redoutent ? Un défaut de l'Etat dans le versement des traitements des fonctionnaires ou dans celui des allocations dont des pans entiers de la population sont désormais dépendants. Avec une dette de plus de deux mille milliards d'euros détenue très majoritairement par des non-résidents (au contraire des Japonais par exemple) et dans une monnaie dont nous ne contrôlons plus les conditions d'émission (au contraire des Américains ou des Anglais), la France est dans une des situations financières les plus critiques qui soient. Le retour d'un mouvement haussier sur les taux d'intérêt aurait deux conséquences fâcheuses : un renchérissement insupportable de la charge de la dette publique et un repli du marché des actions rendu moins attractif que celui des obligations. De la même manière que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, les déficits ne peuvent descendre jusqu'aux enfers. La situation de veillée d'armes dans laquelle nous nous trouvons tient pour beaucoup à la conscience diffuse de ce péril.

Sur ces entrefaites, on apprend que Janet Yellen, présidente de la réserve fédérale américaine, envisage d'augmenter les taux d'intérêt sur le dollar d'ici deux ou trois mois ce qui risque de donner le signal de leur remontée générale. Dans la guerre mondiale des monnaies, l'économie française fait figure de chair à canon.

4 - Cambadélis docteur ès mathématiques socialistes

Décidément, le premier sectaire (orthographe vérifiée) du parti socialiste dispose d'autant de diplômes qu'il y a de pochettes surprises en vente à la fête de la rose de Montebourg. Sa dernière peau d'âne est couverte de formules algébriques. Selon Cambadélis, la déroute socialiste au Sénat n'est pas inquiétante : "la gauche résiste mieux que l'effet mécanique des résultats des municipales" a-t-il déclaré. Sachant que ledit effet était forcément minoré en raison du principe du renouvellement partiel du Sénat, l'arithmétique cambadélienne devrait lui valoir un doctorat de plus à Paris VII.

5 - Danger radical

Plus encore que le PS, le parti radical de gauche est la victime du dernier scrutin sénatorial, son président, Jean-Michel Baylet, ayant été battu sèchement. Cet accident électoral est plus inquiétant qu'il n'y paraît pour le gouvernement car le PRG est devenu le supplétif indispensable des socialistes. Si les radicaux de gauche réalisent que le fait de servir le gouvernement les mène à un carnage final, ils risquent de lui faire rapidement défaut.

6 - Coin de parapluie contre coin de paradis

Enfin une bonne nouvelle ? La contestation hongkongaise parviendrait-elle à franchir le delta de la rivière des perles et raviver les feux mal atteints de Tien An Men que la dictature chinoise serait secouée et les revendications salariales locales moins bien réprimées par le pouvoir de Pékin. De quoi réduire un peu la pression concurrentielle qui sape les industries occidentales depuis plus de vingt ans. Hongkongais, à vos parapluies !

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/10/2014 - 13:48
La révolution des parapluies arrive en France...
Ou, qui sait? La révolution-saucisson...seule chose certaine, l'epilogue logique et nécessaire de la déconfiture gauchiste à tous les niveaux sera identique à la pérestroïka Gorbatchevienne...en espérant, toutefois, que les mafieux gauchistes qui avaient habilement subtilisé le pouvoir à Gorbatchov ne fassent pas de même, en France...nous, les patriotes FN seront vigilants pour que cela n'arrive pas!