En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 11 min 56 sec
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 2 heures 42 sec
décryptage > Santé
Poumons en danger

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 16 heures 50 min
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 17 heures 59 min
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 23 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Politique
Interview

“Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 35 min 38 sec
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Chronique du pot aux roses

François Hollande : se démettre ou se démettre

Publié le 03 septembre 2014
Si elle a deux sous de jugeote, l'opposition donnera bientôt un choix plus simple à François Hollande que celui que Gambetta laissa jadis à Mac Mahon : se démettre ou se démettre.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si elle a deux sous de jugeote, l'opposition donnera bientôt un choix plus simple à François Hollande que celui que Gambetta laissa jadis à Mac Mahon : se démettre ou se démettre.

1 - Socialistes, dure rentrée des crasses

La vie politicienne a parfaitement joué son rôle cet été : faire oublier par une vaine agitation l'aggravation des problèmes de la France. Montebourg eut son quart d'heure de célébrité. Il en est profondément satisfait. Il nous avait livré sa plaisante conception du redressement économique de la France depuis Bercy en juillet dernier, usant des accents d'un Churchill de pacotille. Sous la férule d'un chef charismatique (devinez qui ?), un armée de patrons-patriotes, moines soldats du redressement industriel, allait se lever, boutant l'ennemi libéral, le mauvais financier et le Teuton hors de notre outil de production. Cette bouillie doctrinale n'avait évidemment pour objet que de nourrir sa mégalomanie ordinaire. Montebourg s'imagine en calife du socialisme à la française et spécule sur la déroute qui frappera Valls 3 dans un délai de six mois au maximum. Il devait avoir les vrais chiffres de la croissance et des déficits sur son bureau de ministre de l'Economie et a choisi en conséquence d'appuyer au plus vite sur le bouton de son siège éjectable.

Montebourg n'a raison que sur un point : l'euro surévalué tue notre industrie à petit feu. Pour tout le reste, il a tort, comme tous ses "amis" de la gauche du PS. Réclamer la fin d'une prétendue austérité, concrètement la mise en route de la planche à billets, pour financer le puits sans fond des déficits dus à l'entretien de l'énorme bureaucratie française ne peut que se heurter à l'opposition germanique. A peine la Banque centrale européenne aurait-elle racheté mille milliards d'euros de dette française, italienne, grecque et espagnole que Montebourg et ses émules en fabriqueraient deux mille supplémentaires. Les Américains peuvent encore - pour combien de temps ?- se permettre ce genre de facéties pour des sommes du même ordre. Mais les Européens sont trop faibles militairement et politiquement pour vivre aux crochets de la planète juchés au sommet d'une pyramide de Ponzi.

Bref, la nasse se resserre autour du président qui se disait normal. Les rangs des frondeurs, comme nous l'anticipions depuis le début de ces chroniques, vont se garnir peu à peu de tous ceux qui penseront qu'il leur vaut mieux tomber à gauche. Et ce ne sont pas les provocations involontaires de Macron ou Rebsamen sur les 35 heures ou le contrôle des chômeurs qui contribueront à les dissuader de passer à l'opposition pure et simple. L'idée qu'une dissolution se profile, dès lors que le gouvernement ne pourra plus faire voter ses textes et qu'un 49-3 coalise contre lui une majorité de parlementaires, fait son chemin.

Pourtant, le roublard Hollande ne s'en tirera pas comme le rusé Mitterrand. L'opposition sait d'avance qu'elle aurait grand tort d'accepter de gouverner avec Hollande en embuscade à l'Elysée. Si elle a deux sous de jugeote, elle lui donnera un choix plus simple que celui que Gambetta laissa jadis à Mac Mahon : se démettre ou se démettre.

Le côté subtil de cette situation est que, conscient du risque élevé d'avoir à quitter l'Elysée sous les lazzis et les hourvaris après pareil bras de fer, Hollande sera désormais tenté de tout faire pour éviter ladite dissolution. Mais il devra alors passer sous les Fourches caudines de ses détracteurs et éviter toute réforme stigmatisée comme libérale par l'aile gauche du PS ... Sa paralysie n'en sera que plus grande. D'ores et déjà, Valls est condamné à ne pouvoir agiter que ses bras et son menton, comme son recul sur le blocage des loyers l'a montré.

Contrairement à ce que la presse socialo compatible a tenté d'établir, les contestataires socialistes ont donc bel et bien remporté la première manche. Il suffit de voir comment les Radicaux de gauche ont, pour ce qui les concerne, facilement obtenu le maintien en vie des conseils généraux pour mesurer à quel point le gouvernement aura comme seule issue de capituler sur presque tous les sujets.

Les déficits en tout genre vont continuer à se creuser, le chômage à augmenter, les annonces de réformes non suivie d'effets à se succéder et l'inertie à croître.

2 - Au doux refuge sociétal

Heureusement, Vallaud-Belkacem va pouvoir jouer les fières-à-chevilles en tenant bon sur la réforme des rythmes scolaires ou quelques sujets sociétaux trouvés çà et là. La partie n'est pas gagnée pour elle car il reste rue de Grenelle quelques méchants dossiers en suspens, budgétaires notamment. Hamon a eu le nez suffisamment creux pour s'enfuir avant la rentrée des classes. 147 jours ministre de l'éducation nationale, de quoi comprendre qu'il vaut mieux sauter au plus vite du dos du Mammouth quand il s'enrhume. Enfin... quoi qu'il arrive, Najat V-B sera intraitable sur la suppression des bourses au mérite, un mot que le socialisme à la française a décidé de bannir.

3 - Micron ministre

Les recettes fiscales en berne ne laissent aucun espoir de réduction du déficit à la énième édition du "meilleur-inspecteur-des-finances-de-sa-génération", produit que le monde entier nous envie de moins en moins tant il est vrai qu'on finit par juger un arbre à ses fruits. Emmanuel Macron va devoir rapidement ajuster ses ambitions à un niveau microscopique et se contenter d'un rôle de syndic de faillite annoncée.

Pendant ce temps, Merkel avance ses pions à Bruxelles, où la Commission européenne devient peu à peu la succursale d'une entreprise berlinoise. Moscovici sera nommé aux affaires économiques sous la surveillance d'un vice-président germano-obédient.

Tous les autres leviers de commande échappent à l'influence française. Hollande est arrivé au pouvoir en espérant que Merkel en serait chassée lors des législatives allemandes à venir. Elle les a brillamment remportées alors qu'à Paris le gouvernement socialiste ne cessait de s'affaiblir. Le président français est ensuite passé au registre du chantage : la France est trop grosse pour faire faillite, la BCE et l'Allemagne doivent la renflouer sans exiger qu'elle se réforme. Mais, si la situation économique outre-Rhin n'est pas florissante, le début de stagnation est encore loin, aux yeux de la chancelière, pour justifier qu'elle prenne le risque de mettre en péril l'épargne de ses concitoyens pour les beaux yeux des Français. De plus, elle sait que Hollande va se ratatinant et que l'hypothèse de son départ anticipé n'est plus théorique. Voilà un cas d'école de retournement de situation. Verstehen sie sich ?

Merci aux brillants sujets qui nous gouvernent depuis trente ans et que le monde entier nous envie (de moins en moins) pour avoir si bien géré le capital politique laissé par De Gaulle.

4 - Duflot bouillante

Artiste du blocage du marché immobilier, Duflot nous a concocté, le peu de temps qu'elle a pu méfaire dans son ministère, un arsenal bureaucratique dissuadant les affreux profiteurs d'investir dans l'immobilier. Valls, conscient d'un des pires désastres provoqués par le gouvernement de son prédécesseur, a vainement tenté de desserrer un peu le corset en renonçant à un absurde encadrement des loyers. La crise immobilière française est due en effet à 100 % aux règles qui permettent aux élus clientélistes de s'immiscer dans le marché, limiter la construction et privilégier l'habitat dit social pour y loger des électeurs reconnaissants.

Mais Duflot n'apprécie pas que son héritage soit ainsi bradé et l'a fait savoir. Dès le départ, à Paris, ville où depuis 13 ans le malthusianisme politicien triomphe maquillé par des opérations festives, Valls acceptait de faire exception à nouvelle règle : les gentils élus pourront enquiquiner à satiété les méchants propriétaires.

La situation est perverse car la condition du maintien des socialistes au pouvoir dans la capitale est le niveau élevé du prix de l'immobilier. Il remplit en effet les caisses de la ville en gonflant les recettes de droits de mutation et donne aux logés sociaux un sentiment de privilège quand ils comparent le montant de leurs loyers à ceux du secteur privé. Aubry, jalouse, rien que pour embêter Valls, a demandé à bénéficier du même pouvoir de coercition à Lille. D'autres maires suivront, cherchant un marqueur de gauche authentique en cette période troublée.

La crise du logement est bien installée, soyez rassurés pour elle.

5 - Bagus

En Indonésie, pays superbe dont je reviens avec toujours plus de difficultés - mes lecteurs ont pu s'en rendre compte à mon mutisme estival prolongé - un nouveau président, dont l'acronyme est Jokowi (pour Joko Widodo) a décidé, sitôt élu, de prendre par les cornes le principal problème budgétaire du pays : les subventions au prix de l'essence à la pompe. Cette folie distrait plus de 20 % des ressources financières de l'Etat. Jokowi a choisi, malgré l'accoutumance de la population, d'en finir avec cette drogue et a déclaré : "Je préfère assumer tout de suite l'impopularité de ma décision". Jokowi ne pourrait faire partie de l'élite que le monde entier envie (de moins en moins) à la France. Il a peiné dans ses études, travaillé dès l'âge de treize ans et fait différents métiers dans le commerce et l'industrie avant de se lancer en politique.

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
breiz
- 05/09/2014 - 15:51
le demettre ou aussi lui mettre une bonne correction ..
Des millions nous sommes .... il ya un an beaucoup d'entre nous pensions etre les seuls a penser que nous etions seuls a comprendre que Hollande etait une farce personnifie ... Et bien aujourdhui nous sommes des millions a penser de meme , nous sommes des millions a penser que la farce a assez dure , non seulement Hollande mais tous ces diseurs de bonne aventure , qui jour apres jour nous prennent pour des nunuches , qui se coyant sorti de la cuisse Jupiter ou de jean Jaures ont instaure le " mensonge politique " , c'est a dire d'utiliser le mensonge comme forme de doctrine en pensant que nous tous sommes assez crdule pour de pas rechercher la verite . Exemple " lorsque le Flambi nous explique que tout va bien , que l'economie remonte alors que les chiffres prouvent le contraire , que les gens s'enfoncent dans la deprime car a force de croire et de dechanter , ils se rendent bien compte que le mensonge est utilize comme soporifique pour les calmer ...Lorsqu'une entreprise , une famille n'a plus les fonds necessaires pour survivre ils sont en faillite alors qu'en France nous avons largement depasse le seul de faillitte on nous explique que nous nous en sortons ?????
ELLENEUQ
- 05/09/2014 - 13:48
Ni l'un ni l'autre
S'il veut s'en sortir dignement il ne lui reste qu'une solution.

François de Grossouvre, qui était un homme d'honneur, lui, connaissait la méthode.
yeneralobregone
- 04/09/2014 - 21:07
se démettre ou se démettre ?
ou se faire mettre ? ( chez les grecs )