En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

04.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

07.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

04.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 47 min 12 sec
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 5 heures 47 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 20 heures 25 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 21 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Billet vert

Le Dollar est-il en crise?

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 20 heures 40 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 22 heures 49 min
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
La famille Le Pen saison 3

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Chronique du pot aux roses

Honte à elle : la droite moins bonne opposante à Hollande que la gauche ?

Publié le 18 juin 2014
Quelques députés de l'opposition envisagent d'aider Manuel Valls à faire passer sa réforme du statut de la SNCF/RFF en évoquant un intérêt général mal compris afin de surfer sur un anti-syndicalisme qu'ils espèrent partagé par leurs électeurs.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques députés de l'opposition envisagent d'aider Manuel Valls à faire passer sa réforme du statut de la SNCF/RFF en évoquant un intérêt général mal compris afin de surfer sur un anti-syndicalisme qu'ils espèrent partagé par leurs électeurs.

1 - La politique du pire est (parfois) la meilleure des politiques

L’Union Molle et Pusillanime ? Quelques députés de l'opposition envisagent de voler au secours du gouvernement et d'aider Valls à faire passer sa réforme du statut de la SNCF/RFF. Ils évoquent un intérêt général mal compris et tentent de surfer sur un anti-syndicalisme qu'ils espèrent partagé par leurs électeurs.

Sur le fond pourtant, cette loi ne va pas dans la seule bonne direction qui vaille, à savoir la mise en concurrence rapide de ce pachyderme et la suppression des privilèges indus des salariés de la SNCF. Ces avantages plombent les comptes de l'entreprise et se traduisent par des investissements insuffisants et des tarifs excessifs. Il n'y a aucune raison de voter le texte gouvernemental. Le rapprochement prévu de la SNCF et de RFF n'est certainement pas la bonne manière de dérouiller ce mammouth de métal, bien au contraire. Et le fait que les cégétistes s’y opposent ne change rien à l’affaire.

Sur la méthode, pourquoi aider Hollande et Valls dans un domaine quelconque ? Plus tôt les socialistes s'en iront, mieux cela vaudra pour la France. Les esprits conciliants et/ou trop calculateurs se trompent de pragmatisme. Il faut au contraire encourager les grévistes et l'extrême gauche à harceler le gouvernement. Aider Valls & Co dans leur bras de fer avec les syndicats revient à accréditer l'idée qu'ils agissent dans l'intérêt général et sont de bons réformateurs. Cela ferme la porte à une possible interaction de tous ceux qui veulent voir le "pouvoir" socialiste dégager au plus vite. Ne désespérons pas Sud-Rail !

Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait la déflanbysation. Chaque jour de règne socialiste est une journée néfaste pour la République. Ce n'est pas de l'extrémisme mais du bon sens que d'en tirer la conclusion que, sur aucun sujet, le gouvernement ne doit pouvoir compter sur l'aide de la droite.

Du reste, on peut se demander si la gauche n'est pas la meilleure opposante à Hollande. En concentrant sa lutte sur des sujets sociétaux, la droite s'est placée sur un terrain choisi par le gouvernement. Il est des gens de droite et du centre favorables, pour diverses raisons, au mariage homosexuel. Engager le fer sur ce seul thème c'était donc prendre le risque de ne pouvoir compter sur toutes les forces d'opposition au gouvernement. La gauche radicale l'affronte sur des terrains plus sûrs, là où il est le plus défaillant, à savoir les questions économiques. Il faudrait que la droite en fasse de même et la pseudo réforme de la SNCF en est un, même si l’on ne s'y oppose pas pour les mêmes raisons que la CGT.

2 - Courage fuitons !

Epreuve de philosophie

Baccalauréat série PS

1 - Egalité et jalousie

2 - Décroître pour se développer ?

3 - Explication de texte : "Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies."

Questions : a) Que faire quand votre ennemi vous fait vivre ? b) Que gagne-t-on à rembourser ses dettes ? c) Les promesses engagent-elles aussi ceux qui n'y croient pas ? d) Lorsqu'on ne sait pas quoi dire, doit-on parler de changement ?

3 - Une intermittente de la solidarité gouvernementale

Nul n'ose poser la question qui fâche au sujet des intermittents : pourquoi des personnels administratifs, nullement artistes et travaillant principalement pour les chaînes de télévision, sont-ils massivement pris en charge par ce régime ? La réponse est simple : parce que l'Etat et les politiciens qui le peuplent ont peur des chaînes de télévision.

La situation pourrit donc et Filippetti vient de recevoir le Molière de  l'hypocrisie pour une réponse énigmatique à une interpellation du Monde : "Les intermittents posent comme condition préalable le non-agrément par le ministère du travail de l'accord du 22 mars ..."

Dixit Aurélie : "Il y a aussi cette concertation tripartite prévue dans l'accord du 22 mars, associant l'Etat, le patronat et les syndicats. D'une part, la concertation va être avancée au début de l'été. D'autre part, l'Etat est prêt à y prendre toutes ses responsabilités. L'Etat est prêt à aller très, très loin dans cette voie."

Toujours plus loin dans la parlote ! Comprenne cet enfumage qui pourra ... En tout cas, cela ne correspond guère à la position martiale de Valls, prêt à en découdre pour conserver une crédibilité qui s'effiloche de jour en jour comme en témoignent ses mauvais sondages.

Mais il est sans doute trop tard pour ce petit monde : les intermittents sont prêts à un combat radical. Il sera la traduction de leur angoisse face à un Etat autrefois protecteur mais désormais en faillite.

Il s'agit d'un fatum, d'une tragédie grecque qui a besoin d'hémoglobine. Il n'y a pas d'intermittence pour les canons de la beauté antique.

4 - Dernières nouvelles du déficit public

La Cour des Comptes commence à parler de 4 % du PIB pour 2014, en précisant que cela pourrait être davantage. Les réductions de dépenses sont "peu documentées", dit-elle, et les prévisions de recettes du gouvernement sont surestimées. La Commission de Bruxelles, qui craint l’humeur frondeuse des Français, fait semblant de regarder ailleurs. Les marchés continuent de surévaluer l’euro, espérant que l’Allemagne finira par imposer ses vues. Bref, le train accélère et le mur qui l’attend épaissit.

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/06/2014 - 23:39
Demain, grande victoire de l'UMPS!
et grande victoire de la médiocrité, et de ces lois de compromis, qu'il faut soir réviser un an après qu'elles aient été promulguées, soit détricoter totalement.
Et Valls va gagner ses galons de reac-en-chef, avec une apparence de réforme qui ne change rien au fond, qui ne résout pas les déficits de la SNCF.
lexxis
- 18/06/2014 - 20:23
TROIS SOCIETES, C'EST PAS ASSEZ!
Désolé, mais quelle que soit l'empathie qu'éprouve pour elle une partie de la droite et du centre, toujours prête à se démarquer des petits copains, cette réforme du secteur ferroviaire est dès l'origine mal conçue , notamment parce qu'elle ne tient pas suffisamment de l'éclatante réussite du fret dans l'entreprise.

Que nous dit-on en effet? Une holding, la SNCF, avec deux filiales, la première consacrée au réseau, la seconde à la mobilité (ou l'inverse, car l'ordre n'a pas beaucoup d'importance). Mais il manque au moins deux filiales, chargées de dégoûter la concurrence en lui imposant pour son personnel une convention collective unique tout droit sortie des tables du CNR.

La première "SNCF-immobilité", chargé de maintenir contre vents et marées les acquis de la Libération. La seconde "SNCF-grèves" dotée d'un budget de plusieurs centaine de millions d'euros par an et mobilisée par la première chaque fois qu'elle estime que le statut est en danger, que les horaires sont trop lourds et pour toute autre raison qui lui plaira, avec bien entendu le passage obligé et bisannuel du changement des horaires d'été vers ceux d'hiver et inversement de ceux d'hiver vers ceux d'été.
langue de pivert
- 18/06/2014 - 19:01
Laissons faire la nature ! ☺
Le socialisme (et la gauche en général) porte en lui les germes de sa propre pourriture. Le syndicalisme (enfin une forme dévoyée du syndicalisme) est un de ces germes ! Laissons faire la nature ! Ne pas intervenir dans les processus naturels. Les CGTistes ont probablement voté à 100 % pour Hollande (consignes de leur ex gourou) Il serait intéressant de connaitre les noms des ces députés ainsi que les courants du parti qu'ils représentent ! Laissons Valls et la CGT s'éreinter ! Laissons les se souiller dans leur bauge ! Ne détournons pas la rage des usagés/victimes des vrais responsables de leurs problèmes ! La "loi sur la représentativité syndicale de 2010" a renforcé ces syndicats-voyous (et les a de plus "arrosés" du fric des contribuables !) Ils étaient où ces clowns ? Ils faisaient quoi ces députés ?