En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 34 min 20 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 19 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 2 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 45 min 23 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 40 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 37 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 53 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 37 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 40 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Le pot aux roses

Sortir de l’euro (et d’Hollande) pour rentrer dans l’Histoire ?

Publié le 14 mai 2014
La semaine dernière, notre président a écrit dans une tribune publiée dans Le Monde que "Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'Histoire". C’est ne rien comprendre à ce qu’est l’Histoire : précisément un processus collectif qui n’est pas maîtrisé par les hommes, plein de surprises, de heurts et de rebondissements.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine dernière, notre président a écrit dans une tribune publiée dans Le Monde que "Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'Histoire". C’est ne rien comprendre à ce qu’est l’Histoire : précisément un processus collectif qui n’est pas maîtrisé par les hommes, plein de surprises, de heurts et de rebondissements.

1 - Le changement apocalyptique c’est maintenant !

La fin de l’euro signerait-elle la fin du monde ? On pourrait le penser en écoutant le refrain seriné depuis tant d’années par les européistes béats qui mettent le bon peuple en garde contre le chaos que produirait un éclatement de la zone euro et, davantage encore, une disparition de l’Union européenne. Que la croissance se traîne en Euroland en général et en France en particulier, sous l’effet d’une monnaie stupidement surévaluée et mal conçue, n’émeut pas plus que cela ces doctrinaires. Les Français, comme la majorité des Européens, sont frustrés, inquiets et colériques ? Les euro-fanatiques ne l’imputent qu’à la frilosité de peuples rétifs au bonheur qu’ils veulent leur imposer.

La dernière blague en date sur le sujet a été formulée la semaine dernière par notre président qui voit en la sortie de l’euro rien de moins qu’une sortie de l’Histoire. C’est ne rien comprendre à ce qu’est l’Histoire : précisément un processus collectif qui n’est pas maîtrisé par les hommes, plein de surprises, de heurts et de rebondissements. Hollande lui préfère une sorte de digestion sociale où, peu à peu, les particularismes seraient broyés dans le ventre mou d’une élite auto-proclamée de technocrates. Leur Europe ne peut apporter, c’est évident puisqu'ils le disent, que calme et protection. Il n’y a pas d’autre chemin. Leur projet européen est en réalité l’inquiétante élucubration de cette fin de l’Histoire prophétisée à tort par Fukuyama il y a déjà 22 ans. Un grand espace sans aspérités où règnerait une paix ronronnante et un développement lent mais éco-responsable - à condition bien sûr de ne pas le contester. L’Europe bruxelloise avait une ambition orwellienne. Hélas pour elle, elle a échoué. C’est idiot ? Non, c’est rassurant.

Hollande, apparatchik confit, a pour horizon indépassable et méthode quintessentielle, depuis son bon vieux temps de Solférino, l’inertie, l’énervement de ses opposants. La ouate européenne, la dissolution fantasmatique des dissidences dans le consensus ne peuvent que lui convenir. Mais, en remettant entièrement son sort au Léviathan technocratique européen, qui apparaîtra bientôt comme la projection d’une illusion délirante, il scelle son destin politique. Les Français pourront faire d’une pierre deux coups, se débarrassant de l’un et l’autre à la fois. La crise européenne qui s’annonce ne sera certes pas un chemin de roses mais elle ouvrira une vraie séquence historique, plaies et bosses comprises. Et Hollande le rose restera en chemin.

2 - Karaokézaco ?

La Marseillaise entonnée serait donc un karaoké d'estrade pour notre Garde des sceaux ? On appréciera mieux, désormais, les performances de notre président et des éminences qui ne font pas la fine bouche, eux, et l'entonnent à échéance régulière lors des cérémonies républicaines. Après le désastre français à l'Eurovision, Christiane Taubira a trouvé une reconversion intelligente pour tous ces grossiums quand la politique les aura mis sur la touche.

3 - L'enfer fiscal, c'est (pour) les autres

Valls, faux Premier ministre et vrai porte-parole de lui-même et du gouvernement, n'a aucune marge de manoeuvre réelle dans le dispositif piloté depuis l'Elysée par Hollande et Jouyet. Il lui faut malgré tout exister et maintenir son taux de popularité. Quoi de mieux, pour y parvenir, qu'une distribution de sucreries fiscales sous la forme d'exemptions pour l'électorat qui a le plus déserté les socialistes : les faibles revenus ? Ils seront donc 500 à 600 000 - promis, juré - à échapper de nouveau au paiement de l'impôt direct. Et ils pourront retourner à la narcose socialiste qui leur fait croire que ce sont les riches, en tout cas les autres, qui régalent. Tout cela est bien fâcheux. Il suffisait d'une contribution, même symbolique, aux dépenses publiques pour faire comprendre à ceux qui croient être protégés par la grande machinerie administrative qu'elle a un coût. Cet impôt minimum a plus fait, en un an, que des décennies de pédagogie libérale pour apprendre au peuple que l'Etat n'est pas gratuit. Là comme ailleurs, il était urgent de rétablir les illusions. C'est bien la mission réelle de Valls

Quant à la cruelle question : qui supportera les impôts ainsi non acquittés, vous êtes priés de ne la reposer qu'une fois les envoyés de la commission européenne repartis à Bruxelles.

4 - Traduction simultanée

Les députés ont longuement cogité et ont trouvé la solution : ce ne sera plus une écotaxe mais une écoredevance que les transporteurs routiers devront acquitter. Traduite en breton, la nuance doit être particulièrement subtile...

A lire de l'auteur de cet article :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/05/2014 - 22:59
Ah, ce bon vieux déterminisme historique!
Malgré tous les échecs historiques du gauchisme, Flamby n'a pas encore compris que l'histoire ne se maîtrise pas, mais s'anticipe, si on ne veut pas la subir...
Vouloir la contrôler à tout prix ne fait qu'aboutir a l'inverse de ce qui est désiré, par accumulation d'effets pervers et contre-productifs.
Il lui faudra encore combien de désastres économiques socialistes, combien de pays ruinés, combien de drames humains, pour comprendre cela, Flamby?
Les socialistes ont voulu que l'Europe se conforme à notre système social délirant, ils n'ont abouti qu'à augmenter le dumping fiscal et social de ceux qu'ils accueillaient angéliquement dans l'Europe.
Plutôt que de dresser l'inventaire de leurs erreurs depuis Mitterrand, pour tenter de les réparer, ils persistent et signent...
Ce sera eux, UMPSocialo-ecolo-frondegauchistes...ou le déluge!
Pour paraphraser Churchill, si les Européens ne choisissent pas les partis novateurs et Nationalistes, ce sera "eux (les UMPSECOLOFrondegauchistes et le déluge"...