En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 59 min 25 sec
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 2 heures 8 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 5 heures 39 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 6 heures 18 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 8 heures 13 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 8 heures 32 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 47 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 47 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 7 heures 5 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 8 heures 7 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 8 heures 43 min
Le Nettoyeur

Comment la destruction de l'industrie pharmaceutique met en danger la santé des patients

Publié le 02 mai 2014
Comme il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque et qu'il y a moins de nouveaux entrants, ainsi de suite. Et se retrouver avec un secteur aussi atrophié n'est pas sans conséquence.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque et qu'il y a moins de nouveaux entrants, ainsi de suite. Et se retrouver avec un secteur aussi atrophié n'est pas sans conséquence.

Ces jours-ci, l'actualité d'entreprise dont on parle le plus concerne Alstom. Mais il y a un autre “deal” à la valeur beaucoup plus élevée : la tentative d'achat d'AstraZeneca par Pfizer, pour plus de 100 milliards de dollars. Le secteur de la pharmaceutique est devenu un secteur de grands éléphants qui se mangent les uns les autres à coups de méga-fusions.

Pourtant, ce n'a pas toujours été le cas. Le secteur de la pharmaceutique a énormément changé en quarante ans. Une entreprise plus que toutes les autres symbolise cette évolution : Genentech. Genentech est une entreprise de la Silicon Valley, fondée en 1976, pionnière de l'utilisation de l'ADN pour faire des médicaments. Elle entre en Bourse en 1980 pour une valeur de 300 millions de dollars. Genentech, considérée comme l'entreprise qui a fondée le secteur des biotechnologies, devient un peu le “Google” de son industrie, que tout le monde veut imiter. Pourtant, en 2009, Genentech se fait racheter par le gros laboratoire suisse Roche.

Où est le Genentech d'aujourd'hui ? Dans les autres industries de la Silicon Valley, notamment l'informatique, il y a un nouveau leader tous les cinq ans : Microsoft se fait remplacer par Google, qui se fait remplacer par Facebook, fondée seulement en 2004... Genentech a été fondée en 1976, où est le Genentech d'aujourd'hui ?

Il n'y en a pas.

Pourquoi ? Pour une raison assez simple : il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché. Selon une analyse de Forbes, chaque nouveau médicament coûte 5 milliards de dollars à développer. Alors qu'un site web ne coûte presque rien à mettre en ligne. C'est tout simple : plus les barrières à l'entrée d'un marché sont élevées, moins il y aura d'acteurs, donc moins il y aura de concurrence, donc plus il y aura de concentration. Si il faut débourser 5 milliards de dollars avant d'avoir un produit viable, c'est la course aux économies d'échelles pour avoir la surface financière pour pouvoir continuer la recherche.

Cette situation a créé un cercle vicieux : puisque le prix de développement des pharmaceutiques est aussi élevé, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque, ce qui fait qu'il y a moins de nouveaux entrants, et ainsi de suite. On se retrouve avec un secteur atrophié qui est à l'opposé d'un secteur entrepreneurial vivant tel qu'on l'attend : au lieu de leaders qui changent tout le temps et se détruisent les uns les autres, une poignée de vieux mastodontes ; au lieu d'une foison de startups qui peuvent chercher le gros lot, une bureaucratie.

Et le prix de la recherche grimpe chaque année. Pourtant on pourrait s'attendre au contraire. En général, qu'il s'agisse de l'informatique, de l'automobile, ou d'autres secteurs, il y a un phénomène où la technologie et la concurrence font baisser les coûts.

Que se passe-t-il ?

Pour beaucoup d'économistes, la raison en est simple : c'est la faute à la réglementation du marché. Pour mettre un site web en ligne, il suffit d'un ordinateur et de wifi. Pour lancer un médicament sur le marché, il faut passer des fourches caudines réglementaires de plus en plus élevées. Les autorités qui décident de la mise sur le marché de médicaments sont extrêmement restrictives dans ce qu'elles autorisent. Les fabricants de pharmaceutiques doivent attendre des années avant que quelque chose soit approuvé.

Le problème est ce que l'on appelle la théorie des choix publics : que les décideurs publics ont des intérêts qui divergent parfois de ceux du public. Imaginez que vous soyez chargé de la sécurité des médicaments en France. Si un médicament tue une grand-mère, le pays entier vous clouera au pillori. Si vous autorisez un médicament-miracle, personne ne vous en saura gré, à vous. Et si vous interdisez un médicament qui aurait pu sauver des milliers de vies, personne ne le saura et donc personne ne vous le reprochera.

Les réglementations sur les médicaments sont devenu incroyablement onéreuses, alors que pour autant que quiconque s'en souvienne, les années 1970 ou 1980 n'étaient pas une époque où il y avait un gros problème de santé publique lié aux mauvais médicaments.

Si la commercialisation des médicaments, comme celle de tant d'autres produits, était libre, le prix d'introduction d'un médicament sur le marché s'effondrerait et le secteur deviendrait à nouveau un geyser d'innovation, de créativité et de croissance. Le retour de la culture entrepreneuriale dans le monde des pharma mènerait à de nouvelles découvertes. Et, surtout, des milliers de vies seraient sauvées. Le système fonctionnerait comme aujourd'hui : des patients feraient des choix, choix qui comportent toujours un risque et une incertitude, avec l'aide de leurs médecins, médecins qui seraient eux-même aidés par des travaux indépendants de recherche pour conseiller leurs patients.

Personne ne sait le nombre de vies perdues à cause du régime restrictif actuel, mais il se chiffre certainement en centaines de milliers, voire en millions.

Les “grandes entreprises de pharma” sont souvent une cible de ceux qui protestent contre le coût de la santé. Et c'est là qu'on voit le problème de la méconnaissance des mécanismes de marché par la plupart des gens : ceux qui prononcent ces imprécations ne se rendent pas compte que c'est en déréglementant leur marché qu'on peut faire le plus de mal à ces grandes entreprises, pour notre bien à tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
antoine s
- 03/05/2014 - 09:49
Merci "Exact"!
Alors 900 millions ou 5 milliards? Ca fait une difference! Surtout si on considere en plus la proportion dans le cout total d'introduction d'un medicament (incluant le bonus du patron, le marketing,...) du cout du principe de precaution, on s'apercoit que le cout des affaires reglementaires est une petite fraction du cout total, bien utile pour nous proteger. Ce qui tue le developpement des nouveaux medicaments, ce sont les profits excessifs de pharma

En effet, ils attendent des taux de retour de 15% ce qui est difficile quand le temps de developpement d'un medicament prend des annees (mathematique)

C'est pourquoi les grandes pharma qui ont deja structure et reseau de distribution aiment acheter les medicaments deja developpes par petites boites car cela peut payer tout de suite plutot que d'attendre 5 a 10 ans pour pourvoir enfin aller sur le marche.
un_lecteur
- 03/05/2014 - 07:53
Exact
http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_précaution
"Illustration des possibles effets pervers du principe de précaution, le nombre annuel d'autorisations de mise sur le marché de nouveaux médicaments par la Food and Drug Administration a été divisé par deux entre 1998 et 2007, passant de 39 à 19. Cette baisse est due selon Philippe Guy, directeur associé au Boston Consulting Group, à la plus grande aversion au risque de la FDA, qui fait jouer le principe de précaution même quand les risques sont considérés comme faibles. Claude Le Pen, professeur d'économie de la santé, le confirme et déclare que « certains de ses dossiers seraient passés sans aucun problème il y a dix ou vingt ans ». Résultat, en raison de ces refus les coûts de lancement d'un nouveau médicament ont triplé depuis 1990 (900 millions de dollars contre 300), ce qui réduit l'incitation à la recherche de nouveaux traitements"
Le principe de précaution est très dangereux, et aussi très démagogique.
Si on appliquait le principe de précaution, on interdirait l'automobile.
Bien plus de morts par an que les médicaments, ou les OGM qui n'ont jamais tué personne.
Mais qui toucherait à l'automobile ?
antoine s
- 02/05/2014 - 23:50
Vraiment n'importe quoi cet article
5 milliards pour developper un medicament?... en incluant les safaris aux professionels de sante?...
Au lieu de hurler contre les regulations, ce Monsieur devrait reconnaitre que l'Europe avec l'EMA a permis de faire approuver un medicament pour les 28 pays d'un seul coup (et un seul cout) et a donc permis de rendre meilleur marche l'homologation de medicaments. Merci l'Europe!
Bien sur, le principe de precaution a pousse vers des procedures securisantes mais l'industrie pharmaceutique est demandeuse de vos "parapluies" car cela lui permet de limiter les risques lies a l'introduction de nouveaux medicaments dans un Monde ou les Lawyers font le loi et ou les erreurs coutent de plus en plus cher.
On en a assez des "economistes" ideologues de tout poil qui tirent des conclusions hatives idiotes sur des domaines qu'ils ne connaissent pas.
Par contre, la martingale publicitaire (Google, twitter, Facebook internet...temps de cerveau humain...) qui permet a de grandes fortunes de se construire au detriment de la societe est un vrai probleme car elle oriente les talents vers ces activites nefastes au detriment des activites utiles qui ne peuvent pas se payer les meilleurs cerveaux