En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 2 heures 36 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 4 heures 10 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 5 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 10 heures 14 sec
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 10 heures 22 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 10 heures 25 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 3 heures 30 sec
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 10 heures 25 min
Le Nettoyeur

Comment la destruction de l'industrie pharmaceutique met en danger la santé des patients

Publié le 02 mai 2014
Comme il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque et qu'il y a moins de nouveaux entrants, ainsi de suite. Et se retrouver avec un secteur aussi atrophié n'est pas sans conséquence.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque et qu'il y a moins de nouveaux entrants, ainsi de suite. Et se retrouver avec un secteur aussi atrophié n'est pas sans conséquence.

Ces jours-ci, l'actualité d'entreprise dont on parle le plus concerne Alstom. Mais il y a un autre “deal” à la valeur beaucoup plus élevée : la tentative d'achat d'AstraZeneca par Pfizer, pour plus de 100 milliards de dollars. Le secteur de la pharmaceutique est devenu un secteur de grands éléphants qui se mangent les uns les autres à coups de méga-fusions.

Pourtant, ce n'a pas toujours été le cas. Le secteur de la pharmaceutique a énormément changé en quarante ans. Une entreprise plus que toutes les autres symbolise cette évolution : Genentech. Genentech est une entreprise de la Silicon Valley, fondée en 1976, pionnière de l'utilisation de l'ADN pour faire des médicaments. Elle entre en Bourse en 1980 pour une valeur de 300 millions de dollars. Genentech, considérée comme l'entreprise qui a fondée le secteur des biotechnologies, devient un peu le “Google” de son industrie, que tout le monde veut imiter. Pourtant, en 2009, Genentech se fait racheter par le gros laboratoire suisse Roche.

Où est le Genentech d'aujourd'hui ? Dans les autres industries de la Silicon Valley, notamment l'informatique, il y a un nouveau leader tous les cinq ans : Microsoft se fait remplacer par Google, qui se fait remplacer par Facebook, fondée seulement en 2004... Genentech a été fondée en 1976, où est le Genentech d'aujourd'hui ?

Il n'y en a pas.

Pourquoi ? Pour une raison assez simple : il est de plus en plus cher d'amener un médicament au marché. Selon une analyse de Forbes, chaque nouveau médicament coûte 5 milliards de dollars à développer. Alors qu'un site web ne coûte presque rien à mettre en ligne. C'est tout simple : plus les barrières à l'entrée d'un marché sont élevées, moins il y aura d'acteurs, donc moins il y aura de concurrence, donc plus il y aura de concentration. Si il faut débourser 5 milliards de dollars avant d'avoir un produit viable, c'est la course aux économies d'échelles pour avoir la surface financière pour pouvoir continuer la recherche.

Cette situation a créé un cercle vicieux : puisque le prix de développement des pharmaceutiques est aussi élevé, il y a peu de nouveaux entrants, ce qui fait que les investisseurs en capital-risque ne veulent pas prendre de risque, ce qui fait qu'il y a moins de nouveaux entrants, et ainsi de suite. On se retrouve avec un secteur atrophié qui est à l'opposé d'un secteur entrepreneurial vivant tel qu'on l'attend : au lieu de leaders qui changent tout le temps et se détruisent les uns les autres, une poignée de vieux mastodontes ; au lieu d'une foison de startups qui peuvent chercher le gros lot, une bureaucratie.

Et le prix de la recherche grimpe chaque année. Pourtant on pourrait s'attendre au contraire. En général, qu'il s'agisse de l'informatique, de l'automobile, ou d'autres secteurs, il y a un phénomène où la technologie et la concurrence font baisser les coûts.

Que se passe-t-il ?

Pour beaucoup d'économistes, la raison en est simple : c'est la faute à la réglementation du marché. Pour mettre un site web en ligne, il suffit d'un ordinateur et de wifi. Pour lancer un médicament sur le marché, il faut passer des fourches caudines réglementaires de plus en plus élevées. Les autorités qui décident de la mise sur le marché de médicaments sont extrêmement restrictives dans ce qu'elles autorisent. Les fabricants de pharmaceutiques doivent attendre des années avant que quelque chose soit approuvé.

Le problème est ce que l'on appelle la théorie des choix publics : que les décideurs publics ont des intérêts qui divergent parfois de ceux du public. Imaginez que vous soyez chargé de la sécurité des médicaments en France. Si un médicament tue une grand-mère, le pays entier vous clouera au pillori. Si vous autorisez un médicament-miracle, personne ne vous en saura gré, à vous. Et si vous interdisez un médicament qui aurait pu sauver des milliers de vies, personne ne le saura et donc personne ne vous le reprochera.

Les réglementations sur les médicaments sont devenu incroyablement onéreuses, alors que pour autant que quiconque s'en souvienne, les années 1970 ou 1980 n'étaient pas une époque où il y avait un gros problème de santé publique lié aux mauvais médicaments.

Si la commercialisation des médicaments, comme celle de tant d'autres produits, était libre, le prix d'introduction d'un médicament sur le marché s'effondrerait et le secteur deviendrait à nouveau un geyser d'innovation, de créativité et de croissance. Le retour de la culture entrepreneuriale dans le monde des pharma mènerait à de nouvelles découvertes. Et, surtout, des milliers de vies seraient sauvées. Le système fonctionnerait comme aujourd'hui : des patients feraient des choix, choix qui comportent toujours un risque et une incertitude, avec l'aide de leurs médecins, médecins qui seraient eux-même aidés par des travaux indépendants de recherche pour conseiller leurs patients.

Personne ne sait le nombre de vies perdues à cause du régime restrictif actuel, mais il se chiffre certainement en centaines de milliers, voire en millions.

Les “grandes entreprises de pharma” sont souvent une cible de ceux qui protestent contre le coût de la santé. Et c'est là qu'on voit le problème de la méconnaissance des mécanismes de marché par la plupart des gens : ceux qui prononcent ces imprécations ne se rendent pas compte que c'est en déréglementant leur marché qu'on peut faire le plus de mal à ces grandes entreprises, pour notre bien à tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
antoine s
- 03/05/2014 - 09:49
Merci "Exact"!
Alors 900 millions ou 5 milliards? Ca fait une difference! Surtout si on considere en plus la proportion dans le cout total d'introduction d'un medicament (incluant le bonus du patron, le marketing,...) du cout du principe de precaution, on s'apercoit que le cout des affaires reglementaires est une petite fraction du cout total, bien utile pour nous proteger. Ce qui tue le developpement des nouveaux medicaments, ce sont les profits excessifs de pharma

En effet, ils attendent des taux de retour de 15% ce qui est difficile quand le temps de developpement d'un medicament prend des annees (mathematique)

C'est pourquoi les grandes pharma qui ont deja structure et reseau de distribution aiment acheter les medicaments deja developpes par petites boites car cela peut payer tout de suite plutot que d'attendre 5 a 10 ans pour pourvoir enfin aller sur le marche.
un_lecteur
- 03/05/2014 - 07:53
Exact
http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_précaution
"Illustration des possibles effets pervers du principe de précaution, le nombre annuel d'autorisations de mise sur le marché de nouveaux médicaments par la Food and Drug Administration a été divisé par deux entre 1998 et 2007, passant de 39 à 19. Cette baisse est due selon Philippe Guy, directeur associé au Boston Consulting Group, à la plus grande aversion au risque de la FDA, qui fait jouer le principe de précaution même quand les risques sont considérés comme faibles. Claude Le Pen, professeur d'économie de la santé, le confirme et déclare que « certains de ses dossiers seraient passés sans aucun problème il y a dix ou vingt ans ». Résultat, en raison de ces refus les coûts de lancement d'un nouveau médicament ont triplé depuis 1990 (900 millions de dollars contre 300), ce qui réduit l'incitation à la recherche de nouveaux traitements"
Le principe de précaution est très dangereux, et aussi très démagogique.
Si on appliquait le principe de précaution, on interdirait l'automobile.
Bien plus de morts par an que les médicaments, ou les OGM qui n'ont jamais tué personne.
Mais qui toucherait à l'automobile ?
antoine s
- 02/05/2014 - 23:50
Vraiment n'importe quoi cet article
5 milliards pour developper un medicament?... en incluant les safaris aux professionels de sante?...
Au lieu de hurler contre les regulations, ce Monsieur devrait reconnaitre que l'Europe avec l'EMA a permis de faire approuver un medicament pour les 28 pays d'un seul coup (et un seul cout) et a donc permis de rendre meilleur marche l'homologation de medicaments. Merci l'Europe!
Bien sur, le principe de precaution a pousse vers des procedures securisantes mais l'industrie pharmaceutique est demandeuse de vos "parapluies" car cela lui permet de limiter les risques lies a l'introduction de nouveaux medicaments dans un Monde ou les Lawyers font le loi et ou les erreurs coutent de plus en plus cher.
On en a assez des "economistes" ideologues de tout poil qui tirent des conclusions hatives idiotes sur des domaines qu'ils ne connaissent pas.
Par contre, la martingale publicitaire (Google, twitter, Facebook internet...temps de cerveau humain...) qui permet a de grandes fortunes de se construire au detriment de la societe est un vrai probleme car elle oriente les talents vers ces activites nefastes au detriment des activites utiles qui ne peuvent pas se payer les meilleurs cerveaux