En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Justice

Hippodrome de Compiègne : pas de mise en examen pour Eric Woerth

Publié le 26 octobre 2013
L'ancien ministre du Budget conserve le statut de "témoin assisté".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre du Budget conserve le statut de "témoin assisté".

Auditionné durant deux jours à la Cour de justice de la République au sujet de l'affaire de l'hippodrome de Compiègne, Eric Woerth n'a finalement pas été mis en examen. L'ancien ministre du Budget reste toutefois témoin assisté. "Le statut qui est le sien depuis le début de cette procédure", a précisé Me Jean-Yves Le Borgne, son avocat.

L'affaire de l'hippodrome de Compiègne trouve son origine en 2010. Alors toujours membre du gouvernement, Eric Woerth avait validé la vente de gré à gré d'une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne à la Société des courses de Compiègne (SCC). Celle-ci comprenait un golf ainsi qu'un hippodrome.

Cette décision avait été prise malgré l'opposition de l'Office national des forêts et les réserves émises par le ministère de l'Agriculture. Selon eux, cette vente irait à l'encontre des textes qui prévoient que les parcelles du domaine forestier de l'État ne peuvent être cédées qu'après le vote d'une loi au Parlement. Mais, plus que les conditions de vente, c'est le prix de la transaction qui pose le plus problème. Une expertise judiciaire le situe à hauteur de 13 millions d'euros alors que le terrain a été vendu cinq fois moins cher.

Vu sur : Lu sur RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires