En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Nouvelles révélations

Affaire Tapie : ces embarrassantes lettres qui confirmeraient l'escroquerie

Publié le 29 juillet 2013
Des documents révélés par Le Monde ce lundi attesterent des liens entre l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne, et le juge arbitre dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, Pierre Estoup.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des documents révélés par Le Monde ce lundi attesterent des liens entre l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne, et le juge arbitre dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, Pierre Estoup.

L'affaire Tapie suit son cours. Mais elle est parsemée de péripéties. De rebondissement en rebondissement, il est parfois difficile d'y voir clair. D'autant que chaque partie possède sa version des faits et entend bien la défendre bec et ongles. Ce lundi, de nouvelles informations viennent contredire la défense de Bernard Tapie. En effet, les juges en charge de ce dossier ont réussi à se procurer deux lettres qui viennent conforter les accusations d'"escroquerie en bande organisée", comme le révèle Le Monde. Ces deux courriers, datés des 5 et 12 septembre 2006, prouvent qu'il existe bel et bien des liens entre l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne, et le juge arbitre dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, Pierre Estoup.

Pour cela, les magistrats ont multiplié les perquisitions dans l'ancien cabinet d'avocat de Maurice Lantourne. Déjà en 2008, rappelle le quotidien, Pierre Estoup avait été suspecté d'avoir eu des relations commerciales avec l'avocat de Bernard Tapie. Il avait dû s'en expliquer auprès des conseils du Consortium de réalisation (CDR). "Je n'ai délivré aucune consultation, aucun avis, ni reçu aucune note dans le dossier faisant l'objet du présent arbitrage", avait-il alors déclaré. "Je n'ai jamais consulté Pierre Estoup", avait répondu de son côté, Maurice Lantourne.

Les deux documents démontrent que ces déclarations étaient fausses. La première lettre, rédigée par l'avocat de Bernard Tapie, est accompagnée par toutes les pièces essentielles qui touchent au conflit qui oppose l'homme d'affaire au Crédit lyonnais. En effet, Me Lantourne écrit à Pierre Estoup et cette missive porte comme référence "Aff. BT". Or à l'époque, comme il l'affirme depuis le début, il est pourtant censé ne plus travailler avec le futur arbitre depuis quatre ans.

Mais ce n'est pas tout. L'avocat et le juge arbitre se rencontrent quelques jours plus tard. Et un autre courrier suit, une semaine après le premier. Lettre dans laquelle, Maurice Lantourne écrit, toujours selon Le Monde : "il paraît aujourd'hui opportun de mettre un terme à la liquidation judiciaire" et assure que les "fautes commises par le CDR et le Crédit lyonnais sont extrêmement graves". Contacté par Le Monde, Pierre  Estoup n'a pas souhaité s'exprimer. Maurice  Lantourne, pour sa part, a appelé à "la plus grande prudence sur les documents saisis" et a maintenu "n'avoir jamais demandé à M. Estoup de travailler en 2006 sur ce dossier".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires