En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 36 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 3 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 2 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 2 heures 58 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 37 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 11 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 6 heures 53 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 23 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 11 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 12 heures 42 min
© REUTERS/Chris Helgren
© REUTERS/Chris Helgren
La justice suit son cours

Affaire Karachi : l'ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres à nouveau mis en examen

Publié le 22 avril 2013
L'ex-ministre de la Culture a été mis en examen le 16 avril pour recel d'abus de bien sociaux au préjudice des deux sociétés qui avaient conclu des contrats d'armements avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite en 1994.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-ministre de la Culture a été mis en examen le 16 avril pour recel d'abus de bien sociaux au préjudice des deux sociétés qui avaient conclu des contrats d'armements avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite en 1994.

L'affaire Karachi refait surface. Et Renaud Donnedieu de Vabres se trouve une nouvelle fois sous le feu des projecteurs. L'ancien ministre de la Culture, déjà mis en examen pour abus de biens sociaux dans le volet financier de l'affaire Karachi, a été de nouveau mis en examen le 16 avril pour recel d'abus de bien sociaux, ont indiqué ce lundi des sources concordantes. Cette récente mise en examen correspond à un recel d'abus de bien sociaux au préjudice des deux sociétés qui avaient conclu des contrats d'armements avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite en 1994. Conseiller spécial de François Léotard alors ministre de la Défense d'Edouard Balladur (1993-1995), Renaud Donnedieu de Vabres avait été mis en examen une première fois le 15 décembre pour complicité d'abus de biens sociaux par les juges d'instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke, chargés du volet financier du dossier Karachi.

Les magistrats tentent de déterminer si des rétrocommissions, alimentées grâce à l'intervention d'intermédiaires dans les contrats signés en 1994 avec le Pakistan (Agosta), et l'Arabie Saoudite (Sawari II) ont financé la campagne présidentielle de 1995 d'Edouard Balladur et le Parti Républicain de François Léotard. L'enquête a démontré que le réseau d'intermédiaires, dont faisait partie l'homme d'affaire Ziad Takieddine également mis en examen, était intervenu après l'arrivée de M. Léotard au ministère de la Défense. L'ancien ministre de la Culture avait reconnu en garde à vue avoir imposé des "informateurs" avant de se rétracter devant les juges.

Plusieurs témoins ont récemment évoqué devant les juges une somme beaucoup plus importante de 40 millions de francs. "Je réalise maintenant que les 40 millions qui ont été évoqués lors des négociations sont vraisemblables. Cette somme ne peut venir en aucune cas des fonds secrets", a déclaré aux enquêteurs, selon le PV d'audition consulté par l'AFP, Serge Hauchart, à l'époque proche de François Léotard, qui avait mené les négociations avec la banque Fondo.

Mais entendu de nouveau le 16 avril par les juges, M. Donnedieu de Vabres a de nouveau démenti avoir eu des contacts avec la banque italienne, affirmant que le montant de 40 millions était "totalement faux", selon une source proche de l'enquête. Devant les juges, M. Hauchart avait par ailleurs évoqué avoir été "destinataire d'une information privilégiée qui faisait état d'un dépôt important" sur un compte "dans un établissement bancaire au Maroc". Pour Serge Hauchart, "il s'agissait bien évidemment de fonds restant en dépôt au PR". Les juges ont lancé une commission rogatoire au Maroc afin de vérifier l'existence de ce compte, selon la source proche de l'enquête. MM. Léotard et Donnedieu de Vabres avaient été condamnés en 2004 pour "blanchiment" mais la justice n'a jamais élucidé l'origine exacte des 5 millions de francs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires