En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
A qui le tour ?
Affaire Cahuzac : l'Ordre des médecins le suspecte de "manquements à la déontologie"
Publié le 08 avril 2013
Le Conseil de l’Ordre départemental des médecins de la ville de Paris veut entendre le Dr Jérôme Cahuzac, ex-ministre du Budget, sur d’éventuels manquements à la déontologie.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil de l’Ordre départemental des médecins de la ville de Paris veut entendre le Dr Jérôme Cahuzac, ex-ministre du Budget, sur d’éventuels manquements à la déontologie.

Nouveau tournant dans l'affaire Cahuzac. Après ses déboires politiques et judiciaires, l'ancien ministre du Budget est désormais dans le viseur du Conseil de l'Ordre départemental des médecins (CDOM) de Paris. En effet, celui-ci souhaite l'entendre en qualité de médecin. L'ancien chirurgien esthétique est soupçonné d’éventuels manquements à la déontologie comme le lui a signifié dans un courrier recommandé expédié vendredi dernier l’Ordre.

 

"Nous lui avons proposé de prendre rendez-vous pour un entretien" afin d’avoir des explications entre autres sur ses relations avec les laboratoires pharmaceutiques, mais "sans fixer de date", a indiqué la présidente du CDOM de Paris, Irène Kahn-Bensaude. L’Ordre voudrait l’entendre notamment sur la base des articles 3 et 31 du Code de déontologie médicale."Tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci (article 31)", cite-t-elle. Une allusion aux accusations de fraude fiscale et à son mensonge devant la représentation nationale sur l’existence d’un vieux compte en Suisse. De plus, selon l’article 3, "le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine".

L’éventuel non respect de la loi anti-cadeaux dans les relations médecins - industrie pharmaceutique, mais également les accusations d’avoir perçu des paiements en cash non déclarés lors d’activités de greffe de cheveux, font partie des interrogations. "L’Ordre départemental ne juge pas, mais peut porter plainte, pour atteinte au code de déontologie, auprès de la première chambre disciplinaire présidée par un magistrat", précise le Dr Kahn-Bensaude. La sanction maximum dans ce cas là est la radiation à vie du droit d’exercer la médecine. Elle ajoute qu'"un médecin même radié à vie d’exercice, ne peut perdre son titre de docteur, relevant d’un diplôme d’état".

Conseiller technique au ministère de la Santé de 1988 à 1991, Jérôme Cahuzac a créé, en 1993, son activité de consultant pour l’industrie pharmaceutique par le biais du cabinet Cahuzac Conseil. Cette activité a été ramenée à zéro en 1997, année de son élection à l’Assemblée nationale. Cette activité n’a rien d’illégal, mais des élus demandent des éclaircissements sur les bénéfices politiques tirés par le député de ses relations avec l’industrie pharmaceutique. Un nouveau coup dur qui assombrit encore un peu plus l'avenir de Jérôme Cahuzac.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Palmarès équilibré aux César
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires