En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Restrictions
Rigueur : quand le budget de la Défense va être réduit à peau de chagrin
Publié le 15 mars 2013
La Défense française doit s'attendre à de nouvelles coupes budgétaires, soulevant la crainte, pour une armée qui s'illustre au Mali, de ne plus pouvoir accomplir certaines de ses missions.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Défense française doit s'attendre à de nouvelles coupes budgétaires, soulevant la crainte, pour une armée qui s'illustre au Mali, de ne plus pouvoir accomplir certaines de ses missions.

Une "apocalypse", un "tsunami" budgétaire... Le monde militaire s'affole. Le budget de la Défense et les effectifs de l'armée devraient être revu à la baisse pour les prochaines années et ce dans des proportions drastiques. En effet les conclusions du nouveau Livre blanc prévoient des réductions de masse qui pourraient réduire l'influence de la France sur la scène internationale. Dès lors, les milieux militaires et industriels s'inquiètent et s'interrogent sur de telles mesures.

"La patrie est en danger !" : Jean-Louis Carrère, le président socialiste de la commission de la défense du Sénat, a sonné la mobilisation pour défendre le budget des armées. Pour la première fois, l'élu PS a évoqué publiquement mercredi les hypothèses budgétaires envisagées avant la publication du Livre blanc, dont les conclusions, plusieurs fois repoussées, sont attendues "courant avril". Le constat est brutal, le message simple : "le passage d'un effort de défense de 1,56% (du PIB) en 2011, à 1,1% en 2025, tel qu'il est envisagé", ne permettrait plus de maintenir le rôle de la France au niveau qui est le sien aujourd'hui, s'alarme-t-il au nom de la quasi-totalité des groupes politiques du Sénat, droite et gauche confondues.

Le Livre blanc fixera les nouvelles priorités stratégiques de la France, mais c'est la Loi de programmation militaire (LPM) - qui devrait être présentée avant l'été pour en tirer les conséquences budgétaires - qui inquiète les milieux de la défense. Le budget défense s'élève aujourd'hui à 31,5 milliards d'euros, mais l'endettement massif de la France oblige le gouvernement à couper dans les dépenses pour rétablir les comptes publics. La croissance en berne complique encore la situation. Plusieurs options sont en cours d'arbitrage : dans un premier cas, la défense participerait à l'effort général à la même hauteur que les autres ministères. Elle limiterait donc la casse.

Mais l'hypothèse d'un budget ramené à 1,1% du PIB, sous la pression de Bercy, se traduirait automatiquement par la suppression de dizaines de milliers d'emplois dans les armées, des dissolutions de régiments et l'arrêt ou le report de quelques uns des plus importants programmes d'armement. "On ne craint pas trop pour les effectifs. Le gouvernement n'a pas envie de remettre quelques dizaines de milliers de chômeurs sur le marché du travail. Mais on craint beaucoup sur les équipements", assure le général Vincent Desportes, ancien responsable de l'Ecole de guerre.

Le débat se cristallise autour du seuil de 1,5% du PIB qu'experts et militaires jugent indispensable de maintenir pour préserver l'outil de défense. Pour rappel, en 1981, la France consacrait 3% de son PIB à sa défense et encore 1,55% en 2012. Un budget ramené autour de 1,2% en 2020 compromettrait la capacité des armées à conduire avec la même efficacité une opération comme celle en cours au Mali.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires