En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Etude
Prison : pour Jean-Marie Delarue, l'enfermement d'un enfant doit être "l'ultime solution"
Publié le 25 février 2013
Après cinq ans de visites dans les lieux de privation de liberté, il a rendu un rapport sur les paradoxes des politiques et dogmes carcéraux.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après cinq ans de visites dans les lieux de privation de liberté, il a rendu un rapport sur les paradoxes des politiques et dogmes carcéraux.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, dissèque dans son rapport annuel publié lundi les paradoxes des politiques et dogmes carcéraux. "Notre société, depuis si longtemps, est tant préoccupée de la délinquance des jeunes que le contrôleur général a souhaité (...) se préoccuper de leur enfermement", pose en préambule le chapitre 7 du rapport de 300 pages.

L'expression "prévention de la récidive", sur laquelle vient de plancher une "conférence de consensus" censée inspirer une politique pénale en rupture avec le "tout carcéral", apparaissait largement dans de précédents rapports du contrôleur. Pas cette fois. Concernant les jeunes, il ne parle pas de "mineurs", mais d'"enfants" et de "personnalités en devenir". La "conviction générale" peut être "que l'enfermement punitif règle les problèmes de sécurité en suspens", constate-t-il. Or, "s'il est peu douteux qu'il les règle momentanément et visiblement par soustraction de la société de l'auteur du délit ou du crime, qu'en est-il après la sanction?", interroge-t-il, en pourfendant une vision "naïve et, pour tout dire grotesque" de l'enfermement des enfants.

L'enfant, dit-il, "ne peut supporter sans dommages des relations avec autrui largement fondées sur le rapport de forces et la menace, la dissimulation et le calcul, l'amitié intéressée et la détestation sans motif". La prison, en somme.

Il est vrai, note-t-il, que beaucoup de ces jeunes arrivent dans des "lieux d'enfermement punitifs profondément désocialisés", que "certains souffrent d'inadaptations profondes, y compris sous forme de maladies mentales". "A la question de savoir s'il peut être remédié à de telles difficultés par la solution de l'enfermement, le bon sens conduit à répondre par la négative", lâche Jean-Marie Delarue. Il évoque les "centres éducatifs fermés" (CEF), dont François Hollande a prévu de doubler le nombre et qui font l'objet d'une évaluation en cours à la Chancellerie, rien ne permettant de mesurer aujourd'hui leur efficacité.

Pour le contrôleur, l'enfermement d'un enfant doit être "l'ultime solution", impliquant "que l'on n'y vienne jamais directement, sans avoir épuisé toutes les autres formes possibles de protection et d'apprentissage". Il faut, dit-il, "convaincre l'opinion que l'enfermement ne peut être une réponse certaine et durable à l'errance sociale. Les enfants qui en sont les victimes ne sont pas des animaux sauvages que l'on attache brutalement au piquet".



Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Lagardère, un groupe au top-modèle
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
unpèreencolère
- 26/02/2013 - 10:37
Bien sur et bien évidemment! Logique humaine à laquelle j'adhère
Bien sur et bien évidemment ! Logique humaine à laquelle j'adhère. Je viens de le dire à propos d'un autre article. Parmi ces enfants, qui méritent sanction, plus ou marquée selon le délit, mais marquée de façon sérieuse, beaucoup d'entre eux sont "récupérables", mais ce ne sera pas en les plongeant dans un bain de violence qu'ils mesureront le bien-fondé des choses. Ils pourront retrouver le sens du "juste" si cette même notion leur est transmise par un cadrage sérieux d'une part, et pas à la n'importe quoi, mais aussi par un cadrage intelligent, humain, et porteur d'intégrité. Je reprends le discours de Me Delarue " L'enfant ne peut supporter sans dommages des relations avec autrui largement fondées sur le rapport de forces et la menace, la dissimulation et le calcul, l'amitié intéressée et la détestation sans motif". Ceci étant dit, ce fonctionnement n'est que le prolongement du fonctionnement de notre société de soit-disant "corrects et bien-pensants". Merci Me Delarue pour cette analyse qui corrobore à la perfection ma conviction que la société ne s'intéresse aucunement à l'avenir de nos gamins, et que s'ils sont dans la rue et la drogue aujourd'hui, les miens et les autres, e
roudoudou
- 25/02/2013 - 22:43
Quand la fille (ou le fils) de ce monsieur se fera violer...
...par une bande de sauvages mineurs "désocialisés", on verra s'il tient encore ce genre de discours qui nie volontairement la dangerosité extrême de certains individus en liberté dans notre pays.
Apéro 64
- 25/02/2013 - 21:09
Encore des jolis termes
Que des phrases dignes de la pensée unique et des dessins animés de Disney. Mineurs aujourd hui en 2013 et mineurs en 1945 ou est la différence? La différence est que le mineur d aujourd hui est revendeur de drogues, chef de gang, multirécidiviste, qui n à aucune limite et dernièrement il attaque même les trains..... La prévention est une solution dans une société structurée avec des repères précis et des lois appliquées avec une chaîne police-justice qui se soutient, ce qui n est plus d actualité en France..... Il reste la répression ( un exemple permis à point et radars ont fait la différence).