En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

05.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

07.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 28 min 36 sec
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 1 heure 40 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 4 heures 34 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 5 heures 24 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 6 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 7 heures 46 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 52 min 45 sec
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 3 heures 25 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 21 heures 25 min
© PATRICK BAZ / AFP
© PATRICK BAZ / AFP
Révolte

Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants

Publié le 13 novembre 2019
La situation politique et sociale a connu un net regain de tension au Liban dans la soirée de mardi et dans la journée de mercredi après les propos du président Michel Aoun dans le cadre d'une interview. Un manifestant aurait été tué lors d'un incident avec des militaires.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation politique et sociale a connu un net regain de tension au Liban dans la soirée de mardi et dans la journée de mercredi après les propos du président Michel Aoun dans le cadre d'une interview. Un manifestant aurait été tué lors d'un incident avec des militaires.

Des manifestants en colère ont décidé de bloquer des routes au Liban mercredi 13 novembre. Cette mobilisation intervient après les déclarations du président Michel Aoun lors d'un entretien télévisé diffusé mardi soir. Le dirigeant semblait ignorer les revendications du peuple libanais. A la suite des propos jugés méprisants, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs villes du pays pour exprimer leur colère. 

Les propos du président Michel Aoun, mardi soir, ont avivé la colère. Le chef de l'État a proposé un gouvernement formé de technocrates et d'hommes politiques, affirmant qu'il était possible que les consultations parlementaires pour désigner un nouveau premier ministre commenceraient avant la fin de la semaine. 

"J'ai appelé à rencontrer les protestataires, mais je n'ai jamais eu de réponse. Existe-t-il une révolution sans leader ? S'ils pensent qu’il n’y pas de gens honnêtes au sein du pouvoir, qu'ils émigrent car ils n'arriveront pas au pouvoir."

Michel Aoun a dénoncé les blocages des routes et des institutions publiques qui paralysent le pays. 

Les Libanais réclament le départ de la classe dirigeante depuis le mois d'octobre. Les écoles et les banques sont restées fermées ce mercredi. Des militants avaient appelé sur les réseaux sociaux à manifester devant le palais présidentiel, près de Beyrouth. En milieu de journée, l'armée a fermé toutes les routes menant à l'édifice, notamment avec du gros fil barbelé, a constaté un photographe de l'AFP. Dès les premières heures de la matinée, des manifestants ont brûlé des pneus et bloqué des axes routiers importants dans le centre de Beyrouth et aux entrées de la capitale, ainsi qu'à Tripoli et au Akkar dans le Nord, et dans la Bekaa à l'Est.

Des altercations ont eu lieu par endroits entre des manifestants et l'armée, qui tente de débloquer les routes. Un homme a été tué par balle dans le secteur de Khaldé, au sud de la capitale, a rapporté l'agence nationale d'information (ANI). Il s'agit de la deuxième personne tuée en marge du mouvement. Selon un communiqué de l’armée, l'incident s'est déroulé entre une patrouille et un groupe de protestataires qui coupaient la route, forçant un militaire à ouvrir le feu pour les disperser.

Le Liban connaît un soulèvement inédit depuis le 17 octobre. Les manifestants réclament le départ de l'ensemble de la classe politique, quasi inchangée depuis des décennies et jugée comme corrompue. 

Le 29 octobre, le Premier ministre Saad Hariri a décidé de démissionner. Saad Hariri a lancé un appel au calme. Il a invité "l'ensemble des citoyens dans toutes les régions à préserver le caractère pacifique de leur mouvement", et à la responsabilité des "autorités, des leaders, des forces de sécurité et des manifestants, qui doivent protéger le Liban et faire montre de solidarité pour affronter les défis".

D'après Michel Aoun, les consultations parlementaires contraignantes pour désigner un nouveau Premier ministre n’ont connu aucune avancée majeure. Elles devraient débuter avant la fin de la semaine, selon le dirigeant libanais. Mais les violences de mardi et l'évolution de cette crise sociale et politique risquent de prolonger ce délai. Le pays est également confronté à une grave crise économique. 

Vu sur : France 24
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires